Analyse des primaires citoyennes par Guy Créquie

APRES LE SECOND TOUR DE LA PRIMAIRE DU PS : LES DILEMMES ?

S’agissant du résultat du premier tour de la primaire organisé par le PS = que dire ? Au-delà de l’amateurisme de la haute autorité chargée d’organiser le scrutin et les péripéties pour annoncer les résultats qui altèrent le crédit de la Direction du parti.

Au second tour, la participation a été selon la remontée des résultats à 20H30 de 1.101.080 votants pour 60% des bureaux recensés. Ceci permet de penser à une participation totale d’environ 1.900.000 votants, soit supérieure de près de 20% à celle du premier tour.

C’est Benoit HAMON, comme prévisible, qui sera le candidat du PS (parti socialiste) et des radicaux de gauche lors de l’élection présidentielle. Manuel Valls, malgré ses charges, n’a pas convaincu lors du débat télévisé entre les deux candidats restants le 25 janvier.

Il l’a emporté le 29 janvier avec 58,65 % des suffrages exprimés. Manuel Valls, pour sa part, a recueilli 41,35 % = résultat à 20H30 pour 4322 bureaux recensés.

Le soir du 22 janvier, avec arrogance, il s’est présenté comme le seul rempart crédible face à la droite et cela a irrité une partie de la gauche. Ainsi, le candidat ancien Premier Ministre, candidat de la gestion gouvernementale a été battu. Benoit Hamon représente les frondeurs = l’aile gauche du PS. Dès la soirée du 22 janvier, Arnaud Montebourg, lui a apporté son soutien. Cependant pour quelle perspective ?

Lors du congrès d’Epinay en 1971, François Mitterrand, avait inscrit la démarche du PS dans l’ambition de devenir un parti de gouvernement, et ce, bien après Bad Godesberg en 1959 présenté comme l’Aggiornamento des socialistes européens avec une autre vision que le marxisme pour un réformisme actif. En France, la signature du programme commun en 1972  dont l’objectif était d’affaiblir le PC (parti communiste), puis la rupture en 1977 de ce programme, lui ont permis de devenir le premier parti de gauche, ceci, alors que c’était le PC qui l’était de la libération en 1945 à la fin des années 70.

Benoit Hamon, à qui les sondages prédisent un score de 6 à 8% pour le premier tour de l’élection présidentielle est un candidat de contestation, de rupture, mais pas celui de l’ambition d’un parti de gouvernement.

Ainsi, avec un score de 5 à 10% lors du premier tour de l’élection présidentielle, le PS se retrouverait dans la situation de 1969 où Gaston Deferre récolta 5% des suffrages, ceci, alors que le candidat du PC : Jacques Duclos, avait dépassé les 22%.

Benoit Hamon, lors du débat préparatoire à la primaire, a indiqué qu’il prendrait contact s’il était le vainqueur de la primaire avec Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron.

Avec Jean-Luc Mélenchon, les points de convergence seront plus nombreux, mais à l’écoute des sondages : Jean-Luc Mélenchon, s’estime le mieux placé, alors, se désister pour Hamon, ceci parait guère plausible !

De leur côté, des partisans de Valls, seront plus enclins pour sauvegarder leur crédit, à se rapprocher d’Emmanuel Macron, mais dans cette hypothèse, c’est l’existence du PS qui est menacée et pour refonder : quel type d’organisation ?

En effet, un désistement de Hamon au profit de Mélenchon, ou de Macron(s’il se positionne réellement comme de gauche) ? sonnerait le glas du PS dans son identité actuelle.

Alors sans accord : Avec Yannick Jadot, le candidat d’Europe écologie les verts, et trois candidats de gauche : Hamon, Mélenchon, Macron, le candidat socialiste risque de se retrouver en 5ème position à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle. Les temps sont durs ! Les heures et semaines à venir s’annoncent intenses, porteuses de changements pour la vie politique française.

Des suspicions pèsent contre le FN( Marine Le Pen), s’agissant de l’utilisation réglementaire de ses assistants au parlement Européen, mais la justice n’ a pas encore donné son verdict, en attendant : la présomption d’innocence reste la règle pour elle, comme pour d’autres. Ces derniers jours, certaines attaques médiatiques de divers ordres justifiées ou non ? ont visé François Fillon, pour ce dernier = s’agissant des activités largement rémunérées de son épouse, mais travail fictif ou réel ?

L’enquête du parquet financier vient juste de débuter, et Emmanuel Macron, a été également attaqué quant à l’utilisation de fonds pour des déplacements électoraux alors qu’il était Ministre ! Alors bassesses politiques et médiatiques, ou révélations justifiées ? Pour tous, la présomption d’innocence joue : ceci, tant que la justice ne  se prononce pas en leur défaveur.

Simplement, les françaises et les français qui vivent des périodes austères en ont assez ! Ils sont choqués et indignés par ces étalages, ils ont l’impression, que les élites politiques bénéficient de privilèges exorbitants qu’ils ne supportent plus.

Espérons, qu’un minimum d’éthique subsistera tant pour les candidats, que s’agissant des médias, face aux affrontements idéologiques et aux soutiens et aux ambitions parfois démesurées d’accès au pouvoir. 

Avant les seuls investissements économiques et politiques à court terme, la question du sens de l’existence et l’apport des intellectuels vont- ils retrouver une écoute du côté des appareils politiques et de leurs leaders candidats aux postes de direction du pays ? En effet, la culture (à part une tirade de Benoit Hamon lors de son débat avec      Manuel Valls), a été la grande absente des débats lors des primaires : tant de la droite que de la gauche !

Et cependant, avec l’éducation : la culture est l’un des deux piliers lequel dans un monde compliqué et mondialisé permet de s’élever, d’étendre ses connaissances et son humanité, et de mieux comprendre les enjeux de notre siècle et millénaire engagé. Pour tenter de dominer notre devenir. Sinon, c’est le déclin de civilisation qui sera le processus engagé !

 

Copyright Guy Créquie : Ecrivain –Observateur social

Auteur de :

  • « Philosophie aujourd’hui –Philosophie demain «
  • « Poésie de la paix et de l’Harmonie »
  • « Quel devenir pour l’Homo sapiens à l’horizon 2120 »

 

L'info c'est le partage !.

1 Commentaire

  1. Le PS est un parti social democrate depuis 1983…c etait une illusion de croire autre chose!! Il renaîtra autre chose…à suivre…je pense que ce resultat dit qq chose de ce que les français attendent: une vision et un avenir à partir de la réalité de l appauvrissement des français et des jeunes et d une politique qui entend cela!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.