Center commercial La Pyramide : réunion en mairie

Suite à l’incendie accidentel survenu sur le centre commercial La Pyramide, la municipalité a pris l’initiative d’organiser une réunion le vendredi 10 août 2018 avec la présence de M. Djillannie Benmabrouk, adjoint en charge des commerces. L’article du Progrès ne nous dit pas si Mme le maire était présente à cette réunion

Sur les 8 commerces de ce centre commercial, cinq ont été détruits, ce qui représente une vingtaine de salariés qui seront en chômage technique ce qui pour certains représentent une difficulté. Il est certain que les magasins resteront fermés pendant plusieurs mois, et l’incertitude règne concernant leur réouverture. 

M. Benmabrouk, leur a promis que la ville les accompagnerait et qu’ils seront mis en contact avec la DIRECCTE (DIrections REgionales des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi). Bon, c’est bien d’avoir organisé une réunion, mais si c’est pour entendre simplement çà, je ne sais pas si les commerçants et les salariés soient plus avancés.

En fait il suffit de faire une recherche sur internet pour connaitre les conditions pour les personnes au chômage technique ou partiel.

Indemnisation du salarié au chômage partiel : comment ça marche ?

Indemnités de l’entreprise : Le salarié perçoit une indemnité d’activité partielle versée par l’entreprise. Le montant de cette indemnité est fixé à 70 % de sa rémunération brute horaire par heure chômée. Il peut toutefois correspondre à la totalité de la rémunération brute en cas de suivi d’une action de formation.

Bon à savoir : les salariés à temps plein qui perçoivent une rémunération mensuelle inférieure au SMIC bénéficient d’une allocation complémentaire.

Aides de l’État : Si le préfet valide la situation, l’État versera une allocation spécifique à l’entreprise qui s’élève à :

  • 7,74 € de l’heure pour les entreprises qui comptent moins de 250 employés ;
  • 7,23 € de l’heure pour les entreprises qui comptent plus de 250 employés.

Cette allocation est toutefois soumise à un quota de 1 000 heures par salariés et par an.

Bon à savoir : selon les cas, une entreprise pourra demander une dérogation pour dépasser ce quota. (Source Assurance-chômage)

Comme la situation risque de dépasser les six semaines, chaque salarié est considéré comme étant à la recherche d’un emploi et il pourra par conséquent bénéficier des aides qui correspondent à ce statut.

Les magasins sont très endommagés, la bibliothèque est fermée mais l’adjoint nous annonce que les livres ont pu être sauvés. 

La ville va t-elle penser à mettre en place des algécos provisoires, comme à Vénissy et ainsi permettre à certains commerçants de reprendre une activité et aux salariés de retrouver leur emploi ? 

L'info c'est le partage !.

4 Commentaires

  1. Nous sommes le 05 septembre (soit presque 1 mois après cette catastrophe!) et, à ce jour, malgré les dires des représentants de la mairie, nous n’avons eu aucune information..
    Tjrs pas de communication sur les recherches d’amiante!
    Nos employés, merci, nous nous en occupons et leurs salaires leurs sont intégralement versés.
    Maintenant, ce sont les employeurs qu’il faut aider, au plus vite, si l’on veut maintenir les emplois et les services dans le secteur!
  2. Le pharmacien, qui a tout perdu, n’abandonne pas son équipe et tous n’attendent que la mise en place d’une structure pour poursuivre leur service de santé publique…aidez nous a redémarrer
    Page facebook: Pharmacie de la pyramide-minguettes
  3. Il est evident que le devoir de la ville est de mettre en place des algeco dans les plus brefs delais…le reste c est du pipeau…ça veut dire debrouillez vous!! Et surtout n attendez rien de nous!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.