De nouvelles rues à Vénissieux

Le numéro 618 d’Expressions vient de sortir et ne va pas tarder à arriver dans votre boîte. Ceci dit qu’elle ne fut pas ma surprise en le feuilletant puisque je n’ai trouvé aucun article, ni déclaration de Mme le maire concernant les événements qui ont eu lieu aux Minguettes suite aux débordements qui ont suivi le tournage du clip du rappeur Elams. Mais bon ce n’est pas moi qui vais dicter la ligne rédactionnelle du journal qui rappelons le perçoit une subvention de 610 000 euros de la municipalité communiste de Vénissieux.

Mais on trouve aussi des articles intéressants, et cette fois-ce cela concerne le futur chantier du Puisoz et dont les aménagements prévoient trois nouvelles rues. Des noms ont été proposés et votés au conseil municipal. Selon l’article les nouvelles rues seront :

  • La rue Simone Veil (ancienne ministre de la santé)
  • Joseph Pernet-Ducher (1859-1928)
  • Jean-Baptiste Croibier (1869-1939)

Selon l’article les deux derniers sont d’illustres rosiéristes, d’ailleurs pour l’un d’entre eux, il y a même un wikipédia

Ok, pourquoi pas, mais il faut savoir que lors du vote deux élus de l’opposition (Divers droite) ont voté contre, il s’agit de Nasser Djaidja et Houria Taguine. Mais remontons un peu le cours de l’histoire, pour rafraîchir la mémoire à certaines personnes. Le 5 novembre 2014, deux policiers municipaux pourchassaient un automobiliste qui avait refusé d’obtempérer à un contrôle, suite à cet accident, Yassine Zobiri [1] fonctionnaire de 30 ans, avait été tué dans la collision, son collègue avait été lourdement blessé. Face à l’émotion, une marche silencieuse était organisé et pas moins de deux cent policiers étaient venus de toute l’agglomération pour former une haie d’honneur à hauteur du commissariat de police.

Mme Picard avait alors déclaré

Tout le monde doit aujourd’hui prendre conscience des dangers et des difficultés auxquels les fonctionnaires de police sont exposés, bien souvent au quotidien. Yassine est mort dans l’exercice de ses fonctions, parce qu’il était de son devoir de sanctionner des comportements irresponsables et dangereux sur la voie publique.

Alors,

  • Pourquoi avoir donné deux noms de rues à des rosiéristes, une seule n’aurait-elle pas suffit ?
  • Pourquoi aucun nom de rue n’a été proposé en mémoire au policier décédé ?
  • Pourquoi aucune plaque commémorative sur le mur extérieur de la police municipale ? Hormis une plaque dans une salle de la DUPS (Direction Unique Prévention Sécurité).

Oui la majorité aurait peut-être dû proposer le nom de Yassine Zobiri pour l’une de ces nouvelles rues et je suis certain que les élus du conseil municipal aurait voté dans ce sens. 

[1Le policier municipal a été cité à l’Ordre de la Nation, parue dans le journal officiel n°0300 du 28 décembre 2014 page 22762 texte n° 85 (lien)

L'info c'est le partage !.

3 Commentaires

  1. Je comprends pas pourquoi on ne donne pas un nom de rue au policier !!!
    Et qu’elle belle annonce le lendemain, oú tout le monde doit prendre conscience des risques auxquels s’expose les policiers !
    Il y a-t-il eu des réformes, du nouveau matériel pour mieux les protéger ?!
    Je ne connais personne dans la police mais je pense pas…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.