Grigny change de nom ?

Mais pourquoi donc parler de la commune de Grigny. Depuis les dernières élections municipales de avril 2014, la ville est dirigée par M. Xavier Odo (Divers droite) maire mais aussi conseiller métropolitain. Mais de mars 1977 à 1992, le maire de cette ville était M. Roger Tissot (PCF) et de 1992 à 2014, c’était M. René Balme (PCF, puis apparenté PCF puis PG puis FDG) jusqu’en 2014. Et depuis cette date la ville a basculé à droite. 

Même aujourd’hui, dans l’opposition on ne retrouve aucun communiste au conseil municipal de cette ville. Alors vous allez me dire, mais qu’est-ce qu’on s’en fout un peu de cette ville qui se trouve à peu près à 16 km de Vénissieux !!!. Et bien non, on s’y intéresse et c’est grâce à Mme Michèle Picard, suite à son intervention au Conseil Métropole du 21 mars 2016.

Car c’est à cette occasion qu’a été proposé une délibération pour le changement nom de la ville par « Grigny sur Rhône« .

Et Mme Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux, et conseillère métropolitaine, n’a pas du tout à priori apprécié cette délibération puisqu’elle a voté contre. Dans son intervention elle parle même de « véritable déni de démocratie participative« . Ah bon, rien que çà  :-)  

Cette intervention a bien évidemment fait réagir, M. Benkhélifa élu conseiller PS à Vénissieux qui a écrit sur sa page Facebook 

LBK_facebookGrignyJe retiens un passage sur la democratie et l expression des habitants. Madame Michele Annette Picard devrait s abstenir de donner des leçons de « démocratie » quand nous voyons comment ont été désignés les membres du conseil citoyen de Vénissieux, pourtant encadré par la loi. Michèle Annette Picard : « Les habitants auraient été consultés, alors que les élus Front de Gauche affirment le contraire, dans un courrier qui vous a été adressé, monsieur le Président. Peut-être n’ont-ils pas les mêmes exigences participatives. Comment peut-on accepter qu’une ville change de nom, sans référendum local, ou a minima, sans véritable consultation ouverte au plus grand nombre ?. » ….Michèle tous les Venissians auraient aimé être consultés’consultés’ comme prévu par la loi, plutôt que vos méthodes claniques !

Je vous invite à lire l’intervention de Mme Picard sur son site michele-picard.com ou elle déclare que :

En tant que Maire d’une Ville populaire, je suis tout simplement outrée. Cette répulsion stéréotypée, qui plus est de la part d’élus de la République, est une véritable insulte à tous les habitants des quartiers populaires. Et je voudrais redire ma fierté pour ma Ville et ses habitants.

Selon ce texte, Mme Picard (PCF) met en doute la consultation des habitants de Grigny par le maire de la ville qui selon les élus de l’opposition Front de Gauche n’auraient pas été consultés pour le changement de nom et c’est à ce titre qu’ils ont adressé un courrier au maire communiste de Vénissieux. Décidément, qui croire ?

Puis elle s’en prend à un leader de droite vénissian, qui selon elle 

A Vénissieux, c’est le conseil municipal et toute la population mis en émoi, par l’intervention honteuse du leader de droite, n’hésitant pas à salir la mémoire de Guy Fischer, lors de la délibération annonçant la création d’une nouvelle voie qui portera son nom.

Décidément, elle est colère de chez colère  :-) Plus sérieusement. Les habitants de la ville de Grigny, après 37 ans de communisme municipal ont décidé d’élire avec 53% des suffrages exprimés M. Xavier ODO (Divers Droite), libre à lui et à son conseil municipal de demander à la Métropole le changement de nom de sa ville en Grigny sur Rhône.

Mais pour parler de démocratie, je pense que la première magistrate de Vénissieux, n’a pas de leçon à donner au maire de Grigny surtout que récemment, un grand nombre de vénissians n’ont pas du tout été informés de la création du Conseil Citoyen. Et je le redis, une fois de plus, aucune campagne d’affichage, aucun tract, aucune information, aucune page dédiée Internet. Alors ou est-elle la démocratie ? Ah si, j’oubliais les conseils de quartier, tellement démocratique que les présidents de ces conseils de quartier sont élus par la municipalité.

Encore un autre exemple d’une démocratie à deux vitesses, pourquoi certains vénissians reçoivent par voie postale, une invitation à se rendre au conseil municipal, alors qu’il aurait été logique de l’envoyer à tous les électeurs. Bref, à Vénissieux ce n’est pas le nom de la ville qu’il faudrait changer mais celles de certaines rues !!!

L'info c'est le partage !.

2 Commentaires

  1. Michèle Annette, sympa le prénom, Grigny for ever !

    Fait-elle vraiment dans le clanique par ailleurs, sinon comment répondre du sentiment de probité et d’honnêteté dans l’esprit démocratique qui n’a d’autre projet que servir l’intérêt général, en veillant sur les siens , tous, sans distinction aucune, sans étiquette aucune qui pût interférer son auguste dessein? Nous sommes la cité de laquelle transparaît une diversité intrinsèque que nul ne niera ou éludera désormais, et qu’il incombe dors et déjà qu’elle soit représentée politiquement, juridiquement et durablement. Ainsi la démocratie survivra!

    On est dans de beaux draps cependant, mais comme les 3 mousquetaires ou encore Dumas et son talent, de croire à:

     » un pour tous et tous pour un « 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.