Kessi et Blein : la rupture

Il y a une chose que la majorité communiste peut se féliciter, c’est de laver le linge sale en famille. Car il y a certainement des divergences au sein de la majorité de Michèle Picard, c’est le but de la démocratie, mais au moins elles ne sont pas étalées sur la voie publique ou dans la presse et l’équipe sortante reste soudée et doit bien rire des querelles politiques des opposants à Michèle Picard. 

Maintenant c’est au tour de Mokrane Kessi, qui après avoir été il y a quelques années au sein de la majorité communiste, puis de la quitter, a ensuite rejoint Laurent Wauquiez puis Alain Juppé, et aujourd’hui le Mouvement Radical Social afin d’être positionné sur la liste conduite par Yves Blein.

Mais sa position sur cette liste ne semblait pas convenir à cet ancien militant politique vénissian qui a décidé avec deux des colistiers de quitter le groupe Nous, Vénissieux. 

Les mots envers le député ne sont pas tendres, puis M. Kessi se dit avoir été « trahis et manipulé » tout en ayant ce sentiment de «honte d’avoir appartenu à cette insulte pour la ville »

On se demande après les révélations de M. Kessi, pourquoi il a persisté à faire campagne pour le premier tour, car il semblerait que les divergences ne sont pas récentes et datent depuis le mois de mars. Donc pourquoi, avoir continué à faire campagne, au point aujourd’hui de demander à sanctionner le député candidat. 

A ce jour, Yves Blein n’a pas réagi aux attaques de son ancien supporter, qui a prêché la bonne parole du candidat dans les quartier et qui aujourd’hui semble vouloir la défaite du député de la 14ème circonscription.

Décidément, la politique nous réserve bien des surprises et il ne faut pas être étonné que les électeurs boudent ensuite le scrutin électoral.

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.