Martial Passi et la justice

Lors des élections municipales de mars 2014, plusieurs villes communistes ont perdu leur bastion, et ont basculé à droite, ou soit du côté PS. Dans le département du Rhône, la ville de Givors et de Vénissieux ont remportés les élections municipales et ont pu garder leur majorité.

Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux, a même réussi l’exploit de gagner une seconde fois les élections municipales partielles de mars 2015, suite à l’annulation des élections de mars 2014. A l’occasion des élections partielles de 2015, Martial Passi avait soutenu Michèle Picard et avait écrit sur son site blog martialpassigivors.fr

En ces heures graves pour la démocratie et l’avenir de nos collectivités territoriales, réélire Michèle Picard et toute son équipe, c’est voter utile pour des élus communistes efficaces au service des populations et du territoire vénissian.

Mais que se passe t-il à Givors. En 2015, une affaire a secoué la ville puisque selon l’article de LyonMag datant du 01 décembre 2015 :

Le maire PCF de Givors et membre de l’exécutif de Gérard Collomb à la Métropole de Lyon en tant que vice-président en charge des déplacements, est sous la menace d’une enquête de la brigade financière de la police judiciaire.

En fait la justice s’intéresserait aux conditions dont un membre de sa famille a été nommé au poste de Directeur Général des Services. Le parquet financier une enquête sur sur une « prise illégale d’intérêts », « de faux et d’usage de faux sur la base de documents transmis à la justice ». (Source LyonMag)

Mais depuis le 9 juin 2016 de nouvelles informations ont été publiés sur le site de LyonMag,

Le maire PCF de Givors, Martial Passi, a été placé en garde à vue début mai sans que l’information ne fuite. L’enquête pénale vient d’être  bouclée par la PJ de Lyon. Selon nos informations, les enquêteurs jugent l’infraction comme étant caractérisée.

Et oui l’information a été bien gardée, puisque personne ne semble avoir été informée de cette garde à vue. Selon l’article :

M. Passi a été auditionné une douzaine d’heures sur les conditions de recrutement de sa sœur, Muriel Goux, au poste de directeur général des services

Mais comment les juges se sont intéressés à cette affaire. C’est M. Mohamed Boudjellaba, conseiller municipal d’opposition à Givors qui aurait transmis plusieurs documents à la justice, ce qui aurait permis de démarrer l’enquête en août 2015.

Selon les informations de LyonMag

Le frère et la sœur devraient être obligés de s’expliquer devant le tribunal correctionnel et pourraient recevoir prochainement une convocation par officier de police judiciaire (COPJ). Mais avant cette étape, le parquet pourrait permettre à Martial Passi de faire un certain nombre de demande d’actes afin de démontrer sa bonne foi avant un procès éventuel.

Procès ou pas procès, une affaire à suivre.

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.