Michèle écrit à Edouard

Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux, a une fois de plus décidé de prendre sa plus belle plume pour écrire à un premier ministre. Et cette fois-ci ce sera au premier Ministre Edouard Philippe, nommé par le Président Emmanuel Macron.

Après des semaines de silence sur son compte twitter, elle a posté le lien de sa lettre sur le réseau social. Mais pourquoi une lettre. Bon, ce n’est certainement pas pour le soutenir dans sa politique gouvernementale bien au contraire. 

L’élue de terrain, comme elle se décrit, a décidé d’adresser ce courrier suite à l’annonce de la suppression de 139 000 contrats aidés et du plan d’économies de 13 milliards d’euros pour les collectivités. Mais sur ces points elle rejoint la position de l’association des maires de France qui voit dans ces suppressions « de graves conséquences » pour leur ville.

Et notre maire est très inquiète mais aussi mécontente. Heu bon, çà on le savait déjà !!!

Je tiens aussi à vous faire part de mon inquiétude et de mon mécontentement tant sur le fond que sur la forme.

Que l’on soit pour ou contre ces contrats aidés, qui me semble t-il, étaient renouvelables une fois, permettaient à des personnes de retrouver un emploi, mais la plupart de ces contrats n’aboutissaient pas vraiment à un CDI. J’aimerai savoir, si depuis que ces contrats aidés existent, combien la ville de Vénissieux en a pérennisés et permit à des personnes de garder un emploi stable ? Car pour moi, cela reste quand même des contrats précaires.

Selon le maire communiste de Vénissieux

A Vénissieux, c’est 70 500 euros qui vont manquer à nos territoires en politique de la ville, pour mener des actions en faveur de publics déjà fragilisés. Je rappelle que 25 000 Vénissians habitent dans ces quartiers et ils sont 31% à y vivre en dessous du seuil de pauvreté.

Vous allez me dire, mais d’où sort-elle ce chiffre de 31%. Il semble que la première magistrate de la ville, s’est basée sur une étude du Compas de janvier 2014.

Mais selon un article dont le titre est « Vénissieux, trop de pauvres ? » de son adjoint au logement, Vénissieux ne serait pas classé dans le TOP 10 des villes les plus pauvres 

Dans les villes du TOP 10 du classement des plus forts taux de pauvreté, on trouve des villes de droite comme Perpignan (32%) ou d’extrême-droite comme Béziers (33%) et de grandes villes communistes de la région parisienne se découvrent plutôt avec peu de pauvres, comme Nanterre ou Champigny sur marne (20%), bien sûr à cause de leur proximité avec Paris […] On peut constater ainsi que malgré le taux de pauvreté élevé, aucun quartier des Minguettes ne fait partie des dix quartiers prioritaires les plus pauvres de France

Mais en fin de compte que demande l’élue communiste ? Et bien elle rejoint ses collègues maires, pour grosso modo, demander à M. Le Premier Ministre de revoir sa copie. Heu je pense que Macron And Co ne sont pas en ce moment trop à l’écoute des maires de France.

L'info c'est le partage !.

2 Commentaires

  1. « Car pour moi, cela reste quand même des contrats précaires. » Attention admin, c’est à l’esprit de cette idée qu’il faille être attentif non à l’effet d’immédiateté . Il y entend que le bénéficiaire reapprend à se lever tôt, fait et met sa toilette et enfin, il se met à la tâche et participe de la vie sociale. C’est qu’il en verra du monde le gars et plein même.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.