Michèle Picard : députée de combat ?

Le scénario se répète puisque comme en 2012, Michèle Picard se présente devant les électeurs pour la députation. Mais d’où vient celle qui fût en 1997 gestionnaire à la cuisine centrale. Elle adhère au parti communiste en 1989 et devient secrétaire du mouvement de la section de Saint-Fons en 2000. Elle est élue en 2002, puis en 2007, est députée suppléante jusqu’en 2012 de M. Gerin, député de la 14ème circonscription du Rhône. En 2008, André Gerin est encore le maire communiste de Vénissieux, et elle est nommée adjointe déléguée à la politique sociale, la lutte contre la grande pauvreté, le troisième âge et le droit des femmes  Puis la suite vous la connaissez, elle accède au poste de maire, lors de la démission de M. Gerin.

Lors des élections législatives de 2012,  Michèle Picard, candidate du Parti communiste et du Front de gauche avait obtenu 13,70% des suffrages soit 4 612 voix, pas assez pour aller au second tour. A cette période, son suppléant était Yannis Al Mahdi, étudiant en droit, âgé de 27  ans, etait conseiller municipal délégué à la jeunesse à Saint-Priest.

Lors du premier tour des élections législatives de 2012, Mme Picard avait déclaré, suite a un taux d’abstention élevé

Je déplore que cette grève des urnes ait aussi  contribué à l’implantation durable des idées de rejet et de haine du Front national, en progression constante dans notre pays après chaque scrutin

L’abstention n’est pas toujours la cause du vote FN car c’est parmi les couches du salariat les plus populaires, ouvriers et employés, que la candidate du Front national enregistre ses meilleurs scores : lire l’article sur regards.fr→ la sociologie préoccupante du vote Le Pen

Pour les élections législatives de 2017, son suppléant sera Kamal Ahamadi, militant CGT chez Bosh Vénissieux, déclare être :

comme un enfant de Vaulx-En-Velin

Quoi, un suppléant, qui ne résiderait pas dans la 14ème circonscription ?

En tout cas la candidate Michèle Picard, qui sera face au député sortant Yves Blein, considère qu’elle veut être « une députée de combat ». Pour l’instant on sait seulement que son combat sera :

  • la lutte pour un service public
  • La construction de logements sociaux
  • Réhabiliter le parc vieillissant

Heu, c’est tout ?. Franchement pour ce combat, pas besoin d’être député, le rôle de maire de la troisième ville du Rhône peut parfaitement le faire.

Bref, j’espère que cette fois-ci, comme elle se présente à une élection nationale, je pourrai lui poser quelques questions, car lors d’un communiqué de presse du 09 janvier 2012, elle avait déclaré :

j’aborde toutes les questions sans tabou, en transparence, les mains dans le cambouis, même si ce n’est pas toujours confortable.

Et bien, je pourrai, à ce titre, lui poser toutes les questions, par exemple sur la transparence des indemnités des députés et des maires ou bien sur si vous êtes élue, quelles propositions de loi proposerez-vous à l’Assemblée nationale ? etc etc

Alors Mme la maire candidate, prête à mettre les mains dans le cambouis !!!

L'info c'est le partage !.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.