Projet culturel : Bizarre

Même l’état s’est engané à hauteur de 600 000 euros pour financer le projet Bizarre de la ville de Vénissieux, à cela rajoutait 600 000 euros que la ville injectera dans cette parodie de projet culturel. Tout ceci sera dirigé par Michel Jacques ( et qui c’est ?) et bien c’est le Monsieur Fêtes Escales qui se déroule chaque année sur le parc Louis Dupic, en sorte il est le chef de projet Bizarre, que la plupart des vénissians ne connaissent. Et pourquoi un titre tout aussi étrange, et bien monsieur Jacques s’est contenté de prendre la fameuse réplique d’un film « Moi, j’ai dit bizarre, comme c’est bizarre ! Ouais pas terrible, mais venons en au principale, ce projet a pour vocation de soutenir de jeune création artistique issue des cultures hip-hop et électronique, et bien sur, on s’en doutait, des musiques héritières de l’immigration, des danses et des arts numériques. Cette action est réservé, d’après l’article du Progrès, l’émergences d’artistes amateurs ou en voie professionnalisation. Bref ce n’est pas le petit groupe de quartier ou de séniors de la ville qui pourront répéter pour leur plaisir, d’autant plus que la MJC est fermé et qu’aujourd’hui il n’y a aucun lieu pour que ces personnes puissent faire de la musique. Mme l’adjointe à la culture nous dit que le coût de l’opération sera de 1.2 Millions d’euros alors qu’à l’époque André Gerin avant avancé un chiffre de 4.5 Millions d’euros. Comme à son habitude la ville de Vénissieux, en complicité avec l’état et la Région, prenne l’argent des contribuables pour un projet dont une grande majorité de la population en a jamais entendu parlé, alors que Bizarre existe depuis plusieurs années.

L'info c'est le partage !.

2 Commentaires

  1. je ne pense pas que les bobos lyonnais viennent encore se perdre à Vénissieux……quant aux employés de mairie, ils sont toujours trop nombreux sauf quand on en a besoin dans les écoles, les centres de loisirs, les équipements sportifs, pour assurer la sécurité etc..c’est un discours classique du café du commerce.
    Pour en revenir au projet culturel bizarre, quel est le problème ? Pourquoi une ville de 60 000 habitants (la 3eme du Rhône), n’aurait pas le droit, ou plutôt le devoir d’encourager le développement culturel au profit de groupes artistiques émergents ?
    Savez vous que la Culture est un élément essentiel de lien social et par de là participe à l’image et à l’économie d’un territoire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.