Les Arts d’Echo : Clap de fin

Arts d'echo 30maiCe samedi 30 mai 2015 a eu lieu le dernier clap du troisième festival Les Arts d’Echo organisé par l’Ecole de Musique Jean-Wiener, Bizarre !, l’école de Musique et la Médiathèque Lucie-Aubrac qui ont proposé une journée « cultures urbaines » dont le but est de faire découvrir au public les jeunes talents de la ville.

Au programme de cette dernière journée a eu lieu sur le parvis de la médiathèque. Cet après-midi musical a commencé avec l’ouverture des festivités par DJ Kestia en proposant un mix de soul/Hip Hop, suivi de chant Soul/RnB, par un groupe de fille accompagné à la guitare par Chem’s

L’EPJ (Equipement Polyvalent Jeunes) Charréard et la Compagnie Second Souffle ont préparé une chorégraphie pour la Classe parfum du Collège Louis-Aragon. Puis la place a été laissée à la danse par les Monky D Creww issu de l’atelier danse hip-hop de l’EPJ du Moulin à Vent encadré par Fares Baliouz du Pokemon Crew.

Ensuite la partie Rap avec Labo Musique de Bizarre qui est un groupe de rappeurs accompagné d’un Dj, un set marqué par les personnalités de chacun. Ces rappeurs du Labo Musique Rap Hip Hop ont eu un grand succès auprès du public (voir l’interview en bas de page).

Les amateurs de Djing et de la manipulation de disques vinyles : les élèves Djs de l’EPJ du Moulin à Vent et de l’Ecole de musique Jean- Wiener se sont réunis sur la scène pour une présentation hip-hop 100% scratch.

Les élèves du collège Honoré de Balzac ont slamé des textes écrits avec Julien Liard, qui ont eu pour thème les dix mots de la francophonie. Il faut préciser qu’un atelier Ecriture/Slam est proposé tout au long de l’année à la Médiathèque de Vénissieux, et qui rencontre un grand succès auprès des jeunes. Oui à la médiathèque il n’y a pas que des livres ou des DVD et des lumières qui restent alluméez en période de congé : lol, mais aussi différents ateliers organisés et animés par un personnel motivé, malheureusement la communication au public n’est pas suffisante et on va dire que c’est le maillon faible.

La journée s’est terminé avec DJ Kestia qui s’est mis aux platines pour proposer un mix de musique.

Une après midi qui a aussi permi à quelques jeunes vénissians de faire connaissance avec des artistes amateurs locaux. Tous ces jeunes amateurs ont été présenté par le rappeur ESKA qui a joué le rôle de maître de cérémonie. Eska leader d’Eska Crew. Eska est issu du hip-hop mais emprunte notamment à la chanson française, à l’électro ou au reggae. Ouvrier le jour et artiste la nuit, il se nourrit de sa double vie pour écrire des textes. 

Mais je voudrais revenir sur ces jeunes rappeurs de Labo Musique « Bizarre » qui se sont rencontré grâce à l’association Projet Bizarre. Ils ont bien évidemment remercié Ines et Pauline, employé de l’association. Ces jeunes ne comprennent pas pourquoi certains vénissians critiquent le « Projet Bizarre », qui permet d’accompagner des « djeunes » à faire de l’art. Mais ils critiquent l’absence d’un « ingénieur son qui s’est fait virer parce que l’association n’avait pas assez d’argent à Bizarre« . Pour ce groupe de rappeur il faudrait plus d’argent pour la culture et l’un d’entre eux rajoute « A Vénissieux on critique Projet Bizarre parce qu’ils ont trop d’argent, pourquoi on ne critique pas beaucoup d’autres choses […] Pourquoi on n’enlèverait pas l’argent qu’ils utilisent dans la Com’ du parti communiste à Vénissieux pour la mettre à Projet Bizarre, mais c’est beaucoup plus dur à critiquer çà » puis un autre membres du groupe précise « est-ce qu’on préfère mettre 1 millions d’euros dans un rond-point qui va servir au maire de dire regarder quelle infrastructure j’ai fait, j’ai fait un bon rond point fleuri, pour que çà soit une trace une voyante pour les électeurs, parce que lui c’est ce qu’il cherche ou alors mettre un million d’euros dans un projet artistique« . A priori, il ne doit pas être informé que le maire est une femme !!! Et ne sont pas très informé de la vie politique à Vénissieux, mais cela ne m’étonne pas, peu de jeunes de la ville sont informé politique de ce qu’il se passe à Vénissieux. Malgré tout il remercie le Projet Bizarre et la ville de Vénissieux qui organise ce genre d’événement. Mais effectivement on peut se poser la question, pourquoi une association dont le but est de mettre en valeur les musiques de cultures urbaines, n’a pas un ingénieur du son ? Qu’est devenu l’ingénieur son de l’ancienne MJC ?

Interview LaboMusique

 [simpleviewer gallery_id= »17″]

Vidéo par VénissieuxInfos : LaboMusique Projet Bizarre

L'info c'est le partage !.

10 Commentaires

  1. L art et la culture sont très importants et il est de notre devoir d’y faire goûter à notre jeunesse de Vénissieux.

    « La culture c’est comme la confiture, plus on y goûte plus on en reprend »

  2. Eh bien, je crois que grâce à ces rappeurs, tout est dit sur la finalité de ce site. Ah, il aime pas qu’on le titille, le Monsieur qui l’alimente ! Et pareil pour ses amis. Faut pas les prendre à rebrousse poil, faut pas dire qu’ils ont tort… S’agit juste pour eux de tourner en rond et d’alimenter tous les ressentiments.
  3. Petite rectification.
    Premièrement critiquer la ville de Vénissieux n’était pas dans nos objectifs, bien au contraire. Plusieurs fois dans l’interview on peut nous entendre remercier la mairie pour ses subventions. Vous nous avez amenez sur ce terrain en nous demandant si les critiques à l’encontre de projet bizarre étaient justifiées. Le seul point que nous soulevons est qu’il est plus facile de critiquer une association culturelle (qui au final est tellement peu puissante qu’elle perd son ingé son lors d’une recoupe du budget) que d’accuser la ville pour d’autres choses qui réclament plus d’argent et sont moins bénéfiques (ex : la com politique). J’ajoute que projet bizarre n’est pas juste une association qui aident les jeunes « bobo lyonnais » comme vous pouvez nous considérer. Depuis plus de trois ans que je travaille en tant qu’animateur à Vénissieux, j’ai pu observer ou ai eu la chance de participer à de nombreux projets artistiques organisés pour les enfants de la ville, comme le dernier projet de fresque à Montmousseau. Comment peut on se permettre de critiquer une association qui apporte de la culture à notre jeunesse ? Où l’argent pourrait être plus utile ? Dans les nouvelles caméra flambant neuve du quartier armstrong ?
    Ensuite vous partez du principe que nous ne connaissons rien du projet politique de la ville car mon collègue barbu dit « un » plutot que « une » en parlant d’un maire fictif. Il n’exprimait là qu’une généralité. Lui même avoue par la suite personnellement ne pas bien connaitre la politique de la ville, mais celà vous donne-t-il le droit d’affirmer que nous sommes TOUS ignorants ? Pourquoi vouloir nous faire passer pour des incultes et nous décrédibiliser ainsi ? Je ne comprend toujours pas, ayant moi même trouvé l’interview agréable et abordant des sujets bien plus intéressant que les guerres intestines municipales.

    Nous avons un esprit libre monsieur. Nous avons accepté de répondre à votre interview car nous la pensions axée sur notre musique, et nous vous avons exprimé nos opinions quand bien même vos questions sortaient de ce cadre. Nous retrouver ainsi utilisés afin de servir votre propre ressentiment envers une association et une ville qui nous a tant aidé, c’est juste malhonnête. Pourquoi ne pas avoir posé ces questions au personnel de Bizarre présent sur place ce jour là ? Il me semble que ceux ci auraient été beaucoup plus apte à vous répondre.

    Cependant, et malgré ces points négatif, je vous remercie d’avoir couvert cet événement qui a regroupé trop peu de monde et d’avoir parler de notre groupe en terme élogieux, du moins dans la première partie de votre article. Mais aussi de prendre partit pour l’ingénieur son qui ne pourra pas participer à l’ouverture de la nouvelle salle de bizarre l’an prochain.

  4. Il faut savoir accepter les différences de point de vue, n’est ce pas le but de la démocratie, les rappeurs doivent-ils ne jamais être critiquer. Je comprend que l’aide de Bizarre vous a permis d’exprimer votre créativité et forme musical, mais la critique qu’elle soit bonne ou mauvaise, doit être pris en compte. Il est trop facile de parler de « racolage » il ne suffit pas de venir et d’utiliser les moyens techniques de Bizarre, financé par la ville, et ensuite dire « je n’ai aucune envie d’alimenter un débat sur les impôts et leur utilisation. Cela ne m’intéresses pas au vue de la tournure que prennent les choses ».
    Je pensais que les rappeurs avaient un esprit libre comme le vent ?
  5. ouais ridfa on fait moite moite pour le groupe et j’apprend à chanter vite fais pour 500 000 € lol
    Les lyonnais ne comprennent pas pourquoi on est faché de voir l argent de vénissians qui n’est pas dépensé pour eux……
  6. Bon je ne voulais parler à la base que de musique. Donc j’en resterai là car je n’ai aucune envie d’alimenter un débat sur les impôts et leur utilisation. Cela ne m’intéresses pas au vue de la tournure que prennent les choses.
    Et pour ceux qui le désirent, continuez de tourner en rond sur de beaux carrefour giratoire fleuris au frais de la princesse, moi je continuerai de croire en cette culture qui est bien loin de n’être que du vent.
  7. Moi aussi pour 1 millions d euros je fais du rap,
    Et sinon je prefere 1 rond point qu une culture qui n est que du vent
    Et le barbu de valmy pas content qu on regarde ou passe nos impôts ?
    Désolé mais on prend pas vos thunes à lyon alors laissé nous le peu de fond pour vivre correctement
  8. Oui mais vous savez qu’un enregistrement audio de 15 minutes est très peu écouté et que c’est ce que vous en sortirez qui sera retenue. Je ne regrettes aucune paroles, mais nous parlions de musique et vous avez préférer l’aparté politique.
  9. L’interview audio n’a pas été coupé. Libre à chaque lecteur de donner leur point de vue sur votre musique. Je pense que vous devez aussi prendre conscience de la réalité de la vie vénissianne, certes, Bizarre vous a permis de vous rencontrer et de participer à cet événement, est ce une raison pour ignorer le rôle de la ville. Vous dîtes vous même dans votre article que le fait de ne pas avoir un ingénieur son, est anormal et je suis entièrement d’accord avec vous. Les artistes doivent aussi assumer leur propos et ne pas jeter le tort sur le fait de relater ce qui a été dit dans cette interview. Si mon but était de faire du racolage, je n’aurai pas publié entièrement votre interview audio. J’ai aussi posté une vidéo de votre prestation musicale. Projet Bizarre est financé par des subventions donc de l’argent public, et il est de notre devoir d’informer aussi les lecteurs de cet aspect financier. Aucuns de vos propos n’a été déformé, toutefois je vous laisse la liberté de vous donner un droit de réponse si vous le jugez nécessaire.
  10. Je ne sais que trop dire…Merci ou pas pour cet article.

    Je trouve très bonne l’initiative de venir sur des lieux d’événements et de les relater par le biais d’un site d’information sur la ville.
    Je trouve plus dommage de ne pas le faire correctement.

    Vous dites que nous ne sommes pas trop « informé » de la vie politique de la ville et que cela ne vous « étonne pas, peu de jeunes de la ville sont informés de ce qu’il se passe à Vénissieux ».

    Premièrement, je trouve dommage de jouer sur les mots quand il s’agit d’un ou d’un maire. Deuxièmement, nous avons passé un quart d’heure ensemble et je trouve dommage d’en avoir utilisé qu’une infime partie politisée. Peut-être est-ce cela que vous êtes venu chercher ? Pour alimenter la piètre machine à débat politique.

    Enfin, je vous questionne à mon tour. Est-ce que les jeunes d’aujourd’hui ne sont-ils pas moins informés de la vie culturelle de la ville ? Peut-être parce qu’on leur en parle de moins en moins au profits d’informations plus racoleuses que pertinentes.

    C’est dommage parce que nous avons jouer le jeu de l’interview en parlant de notre musique, de notre passion et de la manière de l’aborder, mais cela semblait en fait moins vous intéresser.

    .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.