Pyramide : quel avenir pour les commerces et la pharmacie

Le 08 août 2018, aux alentours de 4 h du matin, une soixantaine de sapeurs pompiers et 15 engins, sont intervenus au centre commercial de la Pyramide où cinq magasins étaient en proie aux flammes. La boucherie, la pharmacie, le snack, le salon de coiffure ainsi que le taxi phone, ont été détruits pas un violent incendie. Malgré le déploiement et les moyens misent en oeuvre pour circonscrire le feu, 1 000 m² de surface sont parties en fumée.

Selon les investigations de la police scientifique qui à cette époque n’ont constaté aucune infraction ou de portes vandalisée, et qu’aucun vol n’a été relevé au niveau de la pharmacie, l’incendie serait accidentelle puisque l’alarme s’étant déclenchée à cause des fumées. L’incendie se serait déclaré suite à un dysfonctionnement électrique, mais à ce jour des expertises sont encore en cours afin de connaître l’origine et le départ exact de ce violent feu, probablement dû à un matériel électrique, compteur, onduleur ? Ou autres ?. A ce jour, officiellement, la thèse officielle est d’origine accidentelle mais les experts devront en déterminer la cause.

 

Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux, accompagnée de M. Benmabrouk, adjoint aux commerces et Mme Callut (PCF) adjointe étaient présents sur les lieux pour assurer aux commerçants le soutien de la municipalité.

Trois mois après cet incendie, que devient ce soutien et que sait-on sur l’avenir et d’une éventuelle ouverture de ces magasins, mais surtout les vénissians de ce quartier attendent avec impatience la réouverture de la pharmacie. 

Une réunion a eu lieu en mairie, le mercredi 07 novembre 2018, de 14h30 à 16h30 avec la présence des commerçants et de Mme le maire, et M Benmabrouk adjoint aux commerces. A l’ouverture de cette rencontre, Michèle Picard, a bien précisé qu’il n’était pas question de privilégier qui que ce soit et qu’une solution globale devait être trouver pour tous les commerçants. 

Devant la lenteur des décisions à prendre et la difficulté d’une réouverture rapide, un artisan du parc d’activité Bourdarias a proposé au pharmacien de lui louer son local. Le responsable de la pharmacie de la Pyramide a donc proposé deux projets à la mairie, dont celui d’une installation sur le parc Bourdarias. Mais comme l’ont souligné Mme le maire et M. Benmabrouk, la municipalité propose l’installation de bungalows, sur le parking de la Pyramide, pour tous les commerces, pour une solution globale et que ceci pourrait malheureusement prendre du temps, on parle même de plusieurs mois, ce qui n’est pas acceptable pour une pharmacie liée par des contraintes administratives.

Mais Mme le maire, ne doit pas savoir qu’une pharmacie n’est pas un commerce comme les autres et que son implantation et son exercice est très réglementée, l’installation ne peut se faire que dans le périmètre qui lui est alloué. De plus sans activité de plus d’un an, le pharmacien, présent sur la Pyramide depuis 30 ans, risque de perdre sa licence d’exploitation, qui serait certainement renouvelée mais cela engendre encore des démarches et du temps.

Pour redémarrer cette activité bien spécifique, une pharmacie a besoin des autorisations de la mairie, de l’A.R.S et de l’ordre des pharmaciens. Pour ce qui concerne l’A.R.S et de l’ordre des pharmaciens, cela ne devrait poser aucun problème, le hic, c’est l’autorisation E.R.P (Etablissement Recevant du Public), car la construction, l’aménagement ou la modification d’un établissement recevant du public (E.R.P) est soumis(e) à une réglementation différente selon que les travaux nécessitent ou non un permis de construire, Ils sont soumis à des procédures d’autorisation auprès du maire ou du préfet (dans certains cas) : autorisation de travaux, d’ouverture de l’établissement, d’aménagement, etc..

L’installation de la pharmacie dans de nouveaux locaux sur le parc Bourdarias, ne coûterait pas un seul centime à la municipalité alors que la mise en place de ses bungalows et les infrastructures qui vont avec, engendrerait des sommes importantes pour la commune.

Il n’est pas question de privilégier tel ou tel commerce, mais pour les habitants de ce quartier, la réouverture de cette pharmacie ne serait que bénéfique. De plus financièrement, cette nouvelle installation serait totalement pris en charge par le pharmacien. Mais pour la renaissance de la pharmacie de la Pyramide, il suffit que Mme le maire donne son feu vert pour l’autorisation E.R.P (Etablissement Recevant du Public).

Mme le maire, vous parlez souvent des habitants, des commerces de proximité, du vivre ensemble, alors ne serait-il pas dans l’intérêt des habitants du quartier de la Pyramide, de permettre l’ouverture d’un service de santé de proximité, mais pour cela il suffit tout simplement de signer cette autorisation et l’ouverture pourrait se faire sous 3 mois, alors qu’il faudrait presque 1 an avec votre projet d’algéco, sans compter le coût financier de cette installation qui serait à la charge de la ville donc de l’argent public.

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.