Rassemblement contre les expulsions

Le mardi 20 mars 2018 a eu lieu un rassemblement à 17 heures sur l’esplanade Jean Cagne. Le but étant de mobiliser un maximum de personnes pour défendre le droit au logement et s’opposer aux expulsions locatives. Selon le réseau d’alerte, à ce jour il n’est pas possible de connaître le nombre d’expulsion qui auront lieu sur la commune de Vénissieux mais selon André Mazuir « Le réseau s’occupe de 18 dossiers en direct » (Le Progrès) tout en constatant des situations croissantes de grande précarité.

Ce rassemblement était organisé par le Réseau d’Alerte et de Solidarité, CNL, Conseil Citoyen, Secours populaire, Secours catholique, LSR, Comité CGT travailleurs privés d’emploi et précaires, USR-CGT, PCF, Jeunes Communistes, PG, LO. Rassemblement qui a aussi eu lieu en 2017 et au même endroit. Heu il ne pourrait pas changer d’endroit, de temps en temps.

Ben dis donc, y en avait du monde, même le Conseil Citoyen est venu faire un p’tit tour et selon l’article du Progrès en date du 21 mars une centaine de personnes étaient présentes. Bon, vu le nombre de partenaires, je trouve que c’est peu, et selon, des personnes ayant vu ce rassemblement, le nombre d’une centaine de personnes, c’est peut-être un peu trop, mais possible, si on compte, tous les officiels, les fidèles des communistes, les amis des amis, les élus, etc etc :-)

Bref, certaines photos postées sur le réseau social FaceBook, semble dire le contraire, mais ce ne sont que des photos, et ne reflète peut-être pas la réalité.

En tout cas c’est une occasion de plus pour Mme Picard, maire communiste de Vénissieux, pour nous dire son intention de prendre des arrêtés, comme elle le fait depuis huit ans, trois arrêtés municipaux contre les expulsions locatives, les saisies immobilières et les coupures d’énergie et comme le faisait son prédécesseur, il me semble.

Bon fallait bien aussi un discours, ce que Mme Picard a aussitôt fait en nous énumérant un certain nombre de chiffres tout en dénonçant elle aussi les expulsions : 

Le 31 mars marque la fin de la trêve hivernale et avec elle, la reprise des expulsions locatives, des pratiques indignes de notre siècle. La politique de régression sociale orchestrée par le tandem Macron-Philippe va de nouveau frapper les plus démunis. Partout en France, la pauvreté se durcit, 9 millions de nos concitoyens vivent en dessous du seuil de pauvreté, 15 millions de Français sont touchées par la crise du logement, 6 millions de ménages souffrent de précarité énergétique.

Bien entendu, c’était aussi l’occasion pour la maire anti Macron, de dénoncer la baisse des APL qui selon elle, réduirait les constructions et réhabilitations.

Cette mesure réduira les capacités de construction et de réhabilitation de logements sociaux pour les bailleurs

Mais ce rassemblement qui aurait rassemblé une centaine de personnes a bien énervé l’administrateur de la page FaceBook de VénissieuxPoubelleLaVille

A quel moment il y avait 100 personnes ? Au mieux ils etaient 30 et encore beaucoup d employés d alliade qui sont venu faire la claque . Trop de mytonnerie journalistique 

 

Donc, si je comprend ce sera rebelotte l’année prochaine, et toujours au même endroit.

 

L'info c'est le partage !.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.