Des chiffres : « 701 fois et 95 photos »

Et ben dis donc, les élus socialistes de vénissieux, ils en ont du temps à perdre pour compter, mais au fait compter quoi ou qui. Vous le saurez en lisant l’article entièrement, je ne vais pas quand même vous donner la solution tout de suite 🙂

Et bien lors du conseil municipal du 09 mai 2016, les élus socialistes par la voix de Lotfi Benkhélifa sont revenus à la charge et ont profité de l’approbation du compte rendu du précédent conseil du 14 mars 2016, dans lequel ils demandaient un espace d’expression politique dans le journal Expressions et dans le site internet de la mairie.

Mais lors de ce précédent conseil municipal, Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux, avait répondu Niet, heu pardon non et la réponse leur est aussi arrivée par courrier.

Les élus socialistes ont pris acte et ont décidé de porter l’affaire devant le tribunal administratif de Lyon. Et bien en ce moment, ce tribunal, va en voir passer des vénissians : lol  🙂

Lors de son intervention au conseil municipal de ce lundi 9 mai, M. Benkhélifa (PS) a remis à Mme le Maire et à la presse un document :

Le mémoire que nous adressons ce jour au greffe du tribunal administratif de Lyon.

Dans son intervention, M. Benkhélifa donne des précisions sur ces fameux chiffres :

Depuis les élections de 2014, les groupes d’opposition n’ont pu s’exprimer qu’une seule fois dans le magazine Vénissieux singulier pluriel. Dans la même période, 48 numéros du journal Expressions sont été distribués dans toutes les boites au lettre de la commune. Votre nom apparaît 701 fois et vous êtes présente sur 95 photos…

Que décidera le tribunal administratif, du recours contre le journal « Expressions » pour cela, il faudra attendre encore quelques mois.

Lire l’intervention de M. Benkhélifa lors du conseil municipal du 09 mai 2016 → Recours-au-tribunal-administratif-contre-expressions

L'info c'est le partage !.

6 Commentaires

  1. J’entends vos critiques sur ce journal de notre ville mais je vous invite à faire le tour de toutes les villes qui en ont un. Vous n’y verrez pas un autre mode de fonctionnement.

    De toute manière la neutralité d’un journal n’existe pas réellement puisque qu’il aura forcément une ligne éditoriale selon les journalistes et la direction qui le compose.

    L’indépendance financière n’est pas non plus vraiment réaliste puisque celui qui finance est que très rarement critiqué. Pierre Laurent n’est pas remis en question par l’Humanité et Dassault est régulièrement encensé dans le Figaro tout comme les performances de LVMH dans les Echos qui ne sort jamais un article qui pourrait faire baisser son cours en bourse.

    Si vous allez aujourd’hui sur le site internet d’expression vous constaterez que à part la une sur les arrêtés anti-expulsions, les autres articles qui suivent sont consacrés au chantier Anatole France, à l’UL CGT de Vénissieux, à la fusion AS Minguettes et Charréard, le conflit Bosch, le décès d’une figure de la Darnaise et la ligne T6. L’actualité de Vénissieux en somme.

  2. Guillaume,

    On ne peut pas comparer Expressions avec le Figaro ou Libération. L’un est distribué dans toutes les boites aux lettres de la commune et est financé exclusivement par le contribuable, les autres tient leurs revenus des abonnements notamment (même si, il est vrai, la presse nationalité reçoit des subventions, mais voilà : on trouve des opinions très variées dans les publications nationales).

    Force est de constater que le journal Expressions s’apparente à un bulletin municipal, et sert de tribune à la majorité. Honnêtement j’ai très rarement vu dans les colonnes de ce journal ne serait-ce que l’amorce d’un début de chouia d’une critique de l’action municipale, alors que récemment ils ont sorti un coup de gueule contre l’opposition au conseil municipal uniquement parce qu’elle ose ne pas faire consensus autour du fait de donner le nom de Guy Fischer à une rue. En cela, Expressions s’apparente à une publication d’opinion avec une orientation qui est la vôtre.
    Soit vous ne le voyez pas, et il faut enlever ces œillères, soit vous feignez de ne pas le voir, et là c’est encore plus grave.

  3. Un journal exclusivement de la ville de Vénissieux qui parle du maire de Vénissieux est-ce vraiment étonnant? Comment parler des arrêtés anti-expulsion sans parler du maire, des inaugurations sans parler du maire qui les réalise, d’un conseil municipal sans parler du maire etc…

    De mon côté je suis vraiment jaloux car mon nom à moi n’y apparaît pas une seule fois, même pas une petite photo. Où est l’équité?

    On devrait aussi dénoncer Libération ou le Monde qui parle beaucoup plus du gouvernement que de l’opposition de droite ou du PCF. Où alors du Figaro qui est toujours négatif avec la gauche. Ah oui mais il est financé par Dassault un député de droite. Rien d’étonnant alors.

    Bref quand on pas grand chose à dire on fait du vent, ça occupe. Je préférai l’entendre en détail sur Bosch ou la loi El-Khomri.

  4. Prodigieusement intéressant le recours près du tribunal administratif déposé par nos pugnaces opposants d’ « Ensemble pour Vénissieux », dans lequel on y apprend que depuis mars 2014(début du mandat de Mme le maire), les 48 numéros et autres spéciaux du journal Expressions qui ont été tirés et proposés à la lecture de tous les vénissians, figurent 701 fois le nom de madame Picard contre 104 pour celui de M.Benkhelifa, soit 7 fois plus env. Chercher l’erreur ou l’équité quand d’aucuns proposent le partage et la justice pour tous… d’un argent public je veux mon neveu!.

    On y apprend également que le mot “maire” apparaît 856 fois durant la même période. Serait-on revenu à l’époque ou Narcisse se regardant dans le clair de l’eau, s’éprit qu’il en devint fou? « Miroir o miroir, dis-moi qui est la plus belle » (blanche neige bien évidemment, t’as cru quoi grand béta)) »

    Et que dire enfin de ligne éditoriale de ce bimensuel, est-elle objective, représente-t-elle tous les vénissians, sans distinctions aucunes ni étiquettes politiques qui purent égratigner le conseil municipal qui n’est pas une agence de presse que je sache nous apprend l’arrêt du 25 septembre 2013? Est-elle seulement indépendante ou dispose-t-elle de cette qualité professionnelle qui permit à celle-ci de naviguer librement dans le respect de la déontologie et de la mission d’information qu’elle propose aux vénissians?
    Est-elle soumit à quelques pressions qui permit de croire que la liberté d’expression, socle des droits de l’homme, est muselée et soumit au règne de l’arbitraire?
    Sommes nous seulement représentés dans cette diversité qui rend à la richesse de cette ville dont je rappelle qu’on la doit entre autre à nos parents qui ont répondu à l’appel d’un grand besoin en main d’oeuvre qui allait ravir les Berliet et autre Maréchal et enrichir de fait les caisses de la cité? dédé s’en souvient, c’était la grande époque!

    Peut-on aussi et pour finir, s’exprimer légitimement et en toute liberté dans les colonnes du journal local Expressions, en exposant nos doléances qui sont nombreuses, sans passer par la censure municipale, dans le respect des règles et des us qui rendent à la politesse? Affaire à suivre…

  5. Belle analyse M benkalifha ! La persévérance peut parfois porter ses fruits Et admin corrige ton post c est le 9 mai et non 9 juin

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.