Arrêté anti-expulsion : une venissiane en détresse ? 3 commentaires


Cela fait 9 ans que le maire de Vénissieux signe des arrêtés anti expulsion interdisant :

  • les expulsions locatives
  • les saisies mobilières
  • les coupures d’énergie et d’eau.

Michèle Picard (PCF) est dans la continuité des mêmes procédures de M. Gerin qui fût le premier a publié ces arrêtés anti-expulsion.

Vous allez me dire c’est une bonne chose, le problème est que chaque année et depuis plus de 20 ans la Préfecture du Rhône entame une procédure pour dénoncer ces arrêtés, et à chaque fois le maire communiste est débouté. Et ceci a évidemment un coût et le conseiller municipal PS, Lotfi Benkhelifa a posté sur sa page FaceBook le montant des frais d’avocat qui s’élève pour l’année 2016 à 1 350 euros

En mai 2017, Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux avait fait distribué dans les boites des vénissians une lettre expliquant sa démarche, elle écrivait entre autre :

Au travers de mes arrêtés. Je veux alerter les pouvoirs publics sur la détresse, l’angoisse et la peur que subissent des milliers de familles. Une souffrance quotidienne qui peut mener au pire. Je veux aussi démontrer que l’expulsion ne règle rien, sauf accentuer des situations déjà dramatiques. Ces arrêtés, c’est également pour prévenir les accidents dus aux moyens de substitution de chauffage et d’électricité.

Et bien cela tombe bien, puisque selon le post publié sur le compte FaceBook de M. Benkhélifa, il aurait reçu un courrier d’une vénissianne qui serait semble t-il expulsée de son appartement et ceci à partir du 19 juillet dernier. Et que malgré ses démarches, elle n’aurait reçu aucune aide de la municipalité.

Ci dessous la capture d’écran du post publié sur la page de l’élu PS vénissian

Selon M. Benkhelifa :

L’équipe municipale PCF, veut incarner le monopole du coeur alors qu’ en réalité, ils n’ont que du mépris et surfent sur la misère. Je vous laisse lire le message d’une venissiane que j’ai reçu, c’est révoltant. Des élus sourds et insensibles à la détresse.

Si cette habitante a fait le nécessaire pour contacter les services sociaux et qu’aucune solution n’ait été trouvée pour aider cette dame en détresse et qui vit l’angoisse, ce serait une situation assez grave et qui va dans le sens contraire de ce que préconise Mme Picard.

Peut-être que la première magistrate de la ville et son adjoint au logement ont une explication, et bien nous sommes tout ouïe pour écouter la version de la municipalité qui chaque année se bat contre les expulsions. 

L'info c'est le partage !.


Laisser un commentaire

3 commentaires sur “Arrêté anti-expulsion : une venissiane en détresse ?

  • Léon Taram
    On continue de démolir des logements en bon état à Vénissieux, aux Minguettes. C’est le renouvellement urbain. Monsieur Khélifa a-t-il quelque chose à redire à ceci?
    Il y a actuellement des logements vides, et des gens sans logement… N’y a-t-il rien à dire, rien à faire?
  • Visiteuses
    Tout ça payé avec nos impôts locaux.
    Notez que pour paraître cohérente, la mairie fait appel à un autre cabinet d’avocats
  • Rachid Zani
    20 ans que la mairie signe des arrêtés anti-expulsion et 20 ans que la Préfecture les déboute, C’est bien ça?

    Pourquoi le font-il(les communistes s’entend)? Si ça coûte un bras et si par dessus le marché, ce sont nos impôts qui régalent les dépenses, pourquoi font-ils ça?

    Simplement pour surfer sur la misère et toucher le plus grand nombre par l’émotion, qui verra par voie de conséquence, sa cause ralliée par l’électeur indécis et mieux par l’abstentionniste désabusé qui lui a totalement abandonné l’idée qu’il faille voter pour être heureux, et à partir de laquelle sera en mesure de conserver le pouvoir? Finalement la politique c’est psychologique, faut toujours garder à l’esprit que derrière chaque idée, il y a forcément quelque chose, une petite casserole qui traîne et qui attend de retentir. Et toi mon poto tu la cherches cette casserole, l’objet t’anime, te fascine peut-être, mais tu l’admires de toute évidence.

    Nota: je ne sais pas si il existe un rapport, un petit quand même, avec la première question posée au président, dans l’entretien accordé au Point cette semaine:

    Question: Vous avez pris vos fonctions il y a trois mois. Qu’avez vous appris?

    Emmanuel Macron: « Que ce n’est que le début du combat. Nous sommes un pays unique, un pays de calcaire, de schiste et d’argile, de catholiques, de protestants, de juifs et de musulmans; un pays qui n’a vraiment d’équivalent… »L’identité de la France »… »un amalgame ». »

    Bref, tu as raison, c’est toujours psychologique!