Covid-19 : Action Logement, 300 € d’aide préventive aux impayés de loyers ou dépenses de logement

Récemment, notre maire nous a fait partager via son site internet, son texte sur les 30 ans de la loi visant à la mise en œuvre du droit au logement, en faisant au passage une petite critique de la politique gouvernementale sur cette question du logement. Bon, c’est clair, que de ce côté là, Macron ne s’est pas fait d’amis, surtout qu’avec la crise sanitaire du Covid-19, la crise du logement est une problématique majeure. Mais certaines mesures ont été prises par ce gouvernement pour aider les personnes défavorisées, ainsi que des aides aux employeurs, mais çà, l’élue communiste ne tient surtout pas à le préciser !!! Wouep comme dirait l’autre

Action Logement, est une association qui représente les partenaires sociaux et paritairement par le patronat et les syndicats de salariés, elle est issue du regroupement des plusieurs comités interprofessionnels pour le logement (CIL), assurant la collecte et la distribution des aides et services aux entreprises. Anciennement dispositif « 1% Logement », Al’association gère la Participation des Employeurs à l’Effort de Construction (PEEC), créée en 1953. Action Logement Immobilier est le premier bailleur social français grâce à sa filiale Immobilière 3F. Elle a pour mission de gérer l’ensemble des filiales immobilières, dont les entreprises sociales pour l’habitat. (Wikipédia)

Pour faire face à cette crise sanitaire, l’association propos aux salariés du secteur privé fragilisés par la crise sanitaire une aide 300 € d’aide préventive aux impayés de loyers ou dépenses de logement. Cette aide de 150 € par mois sur deux mois maximum est accessible sous conditions d’éligibilité et dans la limite des fonds disponibles. Reste à savoir aujourd’hui si les fonds sont disponibles.

Les conditions sont assez strictes et il faudra répondre à un questionnaire en ligne pour savoir si vous êtes éligible à cette aide exceptionnelle 

Conditions liées au bénéficiaire :

  • Vous êtes locataire (hors résidence CROUS) ou propriétaire accédant; (1)
  • Vous êtes salarié du secteur privé en France métropolitaine ou DROM, ou demandeur d’emploi (2)

Vous êtes ou avez été dans l’une de ces situations entre le 1er avril 2020 et la date de la fin de la crise sanitaire (date en cours d’identification par l’État) :

  • Chômage partiel, réduction du temps de travail ou travail à temps partiel ;
  • Arrêt de travail lié à la garde d’enfant ;
  • Perte d’emploi (suspension mission intérim, non renouvellement d’un CDD, arrêt d’un CDI en période d’essai, report d’un nouveau contrat);
  • Diminution de votre rémunération variable
  • Contraint de prendre en charge un surcoût de logement tel que :
    • maintien d’une double résidence pour un motif professionnel
    • cas d’un locataire HLM qui aurait dû quitter son logement pour un logement du parc privé et qui doit s’acquitter d’un double loyer.  

Durant cette période de crise :

  • Vous disposez de ressources inférieures ou égales à 1,5 SMIC (soit 1 828, 50 € net/mois). Pour les demandeurs ayant subi une situation de chômage partiel ou de garde d’enfant avec un arrêt de travail, les ressources doivent être supérieures  à une fois le SMIC (soit 1 219, 00 € net/mois) et inférieures ou égales à 1,5 SMIC (soit 1828,50 € net/mois). En cas d’activité à temps partiel, le revenu horaire net doit se situer entre 8,03 € et 12,05 € (ces ressources sont à déclarer).
  • Vous avez subi une baisse de revenus mensuels d’au moins 15% par rapport aux ressources du mois de février (sans les primes et heures supplémentaires)

Toutes les infos et savoir si vous êtes éligibles, se rendre sur le site de ActionLogement ou sur le lien suivant → je fais ma demande

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.