Jardin de Tess : encore une inauguration de résidence

Décidément, je ne compte plus le nombre de fois où Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux, a inauguré des immeubles. Cette fois-ci, c’est au tour de la résidence Les Jardins de Tess située au centre de Vénissieux, composé de 37 logements neufs de type maison et appartement répartis en T2, T3 et T4.

Bien évidemment à chaque inauguration, le discours va de pair, et notre maire n’hésite pas à mettre les atouts de la commune, et cette fois-ci, elle a réussi à intégrer dans son intervention, l’installation du nouveau TechniCentre SNCF, et ses 500 employés. Heu, au fait ce fameux fleuron de l’industrie française va recruter combien de vénissian ? Car les employés de Oullins vont tout simplement se déplacer sur le nouveau centre de Vénissieux.

Ceci dit, la majorité se réjouit de cette nouvelle résidence « loin de l’anonymat des cités dortoirs »

« Il s’y crée un attachement durable, à échelle humaine, loin de l’anonymat des cités dortoirs. Vous retrouvez cette logique, aussi bien dans le projet de Cœur de Ville ici même, que dans l’aménagement urbain du Grand Parilly, ou la rénovation du Plateau des Minguettes. »

Donc selon notre maire, tout ce qui se fait actuellement ou qui va se faire, « c’est pour un attachement durable et à l’échelle humaine ». Bon, alors dans un premier temps Mme le maire devrait être à l’écoute des habitants du plateau à qui on promet de belles choses dans le cadre du renouvellement urbain, malgré une contestation sur une partie du projet de cette rénovation, et plus particulièrement au niveau du quartier de la Pyramide où un collectif d’habitants apolitique dénonce un projet inhumain et à l’encontre des revendications des habitants.

Et malgré les discours du maire et de son équipe, qui consiste à défendre le logement social, des logements sociaux vont être détruit pour laisser le passage d’une route, mais dans son discours où il est question du logement social, un paragraphe m’a interpellé :

L’autre pilier de notre politique réside, dans la dimension sociale, du logement à Vénissieux. Contrairement aux idées reçues, cette dimension sociale, ne consiste pas à ne produire que du logement social, même si personne ne doit ignorer l’urgence des familles, dans l’incapacité de pouvoir se loger. On ne peut fermer les yeux sur cette réalité, et chaque commune a aussi le devoir d’y répondre. Je ferme la parenthèse. Pour la ville de Vénissieux, une politique sociale du logement, consiste à privilégier la mixité, et la diversité des parcours résidentiels.

Donc elle renvoie la balle aux autres communes, genre faite votre job, nous à Vénissieux on a déjà donné dans le social. Si je comprends bien, la mixité passe par la démolition d’immeuble pour produire une diversité de parcours résidentiels ? Vite fermons la parenthèse, avant que les vénissians n’ouvrent les yeux sur des discours qui me semblent parfois contradictoires.

Pour terminer son intervention, notre maire a quand même réussi à parler culture. Trop fort, de l’immobilier, elle passe à l’industrie en faisant un p’tit tour par la culture : 

« Un dernier mot aux résidents installés, notre théâtre est à deux pas, alors n’hésitez pas à venir découvrir la création, et la vitalité de la culture à Vénissieux. »

La vitalité de la culture à Vénissieux ? La création ? Faudrait peut-être faire un sondage auprès des vénissians et voire ce qu’ils pensent de la gestion de la culture dans la commune

 

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.