La ministre était à Vénissieux

Une ministre à Vénissieux, raison de plus pour en parler. Mais qui est-elle ? Et bien c’est la ministre des Droits des femmes du gouvernement Hollande. Vous ne la connaissez pas, moi non plus, mais elle a fait parler d’elle lorsqu’elle a déclaré sur RMC au micro de Jean-Jacques Bourdin le mercredi 30 mars 2016 :

Il y a des femmes qui choisissent [le voile musulman], « Il y avait des nègres afric… des nègres américains qui étaient pour l’esclavage »..

L’utilisation du mot nègre par une personnalité de gauche a suscité beaucoup de commentaires dans les médias et les réseaux sociaux. 

Aux États-Unis, même les rappeurs sont censurés s’ils utilisent le mot « nègre » sur un plateau. En France Laurence Rossignol, minstre de la République, l’a déclaré sans gêne mais elle a tenté de se justifier en citant Montesquieu

«Le mot nègre est un mot péjoratif qui ne s’emploie plus que pour évoquer l’esclavage en référence à l’ouvrage abolitionniste “De l’esclavage des nègres” de Montesquieu. Il n’y a donc pas de provocation de ma part ni de volonté de choquer. C’est un mot que je n’emploie en aucune autre circonstance.»

Ah bon, alors pas de quoi fouetter un chat, en tout cas un grand nombre de personnalités et de français n’ont pas apprécié ses propos.

Mais revenons à sa visite, ou elle a été accueilli par Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux, qui a fait un long discours en commençant son intervention par : 

Je tiens avant tout à vous remercier de votre présence, ici, à Vénissieux, 3ème ville du Rhône, 6ème de Rhône alpes, une ville à découvrir toujours victime de préjugés, mais tous ceux qui la visitent, sont agréablement surpris.

Chouette, on est heureux d’apprendre que les « visiteurs » apprécient la ville de Vénissieux. Sérieusement, la ministre s’est-elle déplacée dans certains quartiers « chauds », j’en doute.

Mme le Maire a tenu a souligné que la ville de Vénissieux a reçu « la quatrième fleur« , de la charte de coopération ville-entreprises, et des 500 000 euros de dotations que nous avons obtenus de l’Etat, dans le cadre du fonds de soutien à l’investissement local 2016, et les 1,2 million de dotation de la politique de la ville

Mais il aurait fallu aussi dire à Mme le ministre que la somme de 1,8 millions d’euros a été engagée pour rénover l’ancienne salle Le Truck, et 80% de cette somme a été financée par l’Etat grâce à la DDU.

Mais pourquoi le déplacement d’une ministre de la république, et bien Laurence Rossignol a visié le centre social Roger Vailland et y à présenté une action labellisée dans le cadre du plan d’actions et de mobilisation contre le sexisme et a participé à un échanges avec les Femmes bénéficiaires des actions portées par le Centre social et les associations du quartier

Son planning était constitué ainsi :

15h00 : Visite du centre social Roger Vailland et échange avec des bénéficiaires et des professionnels

15h20 : Présentation de l’action « Femme, mère : le chemin vers l’emploi » labellisée dans le cadre du plan d’actions et de mobilisation contre le sexisme

Bien entendu, le député Yves Blein était présent, et lui qui soutient fermement la politique du gouvernement, à comme Michèle Picard, parlé du vivre ensemble :

Vénissieux est un concentré des problèmes nationaux, mais ici peut être plus qu’ailleurs, la solidarité, le partage, sont une force et une richesse : c’est l’intérêt général, le collectif, le vivre ensemble qui priment sur l’individualisme. 

Moi j’ai l’impression que nos politiques vivent dans un autre monde !!!

L'info c'est le partage !.

10 Commentaires

  1. Erratum : l’enseignement public coûte plus cher que le privé et LE PRIVE donne de meilleurs résultats.
  2. : youpi, encore plus de salades !

    L’Etat a soigneusement entretenu le mythe de la gratuité, mais les faits sont là et ils sont têtus : l’enseignement public coûte beaucoup plus cher que l’enseignement privé. Et en plus, il donne de meilleurs résultats !
    Bref, rendez l’argent aux ménages et laissez-les choisir librement !
    Source : http://www.ifrap.org/education-et-culture/education-lenseignement-public-beaucoup-plus-cher-que-le-prive

    Le vilain méchant privé qui laisse pourrir les voies de chemin de fer britannique, c’est un mythe. Voici des explications avec de la vraie nuance dedans : https://analyseeconomique.wordpress.com/2010/10/09/privatisation-des-chemins-de-fer-britanniques-un-mythe/

    Quand au logement, c’est précisément parce qu’il y a trop d’Etat que c’est une catastrophe. Le locataire est si surprotégé que quelqu’un avec une bonne connaissance des lois peut rester squatter des années sans pouvoir être expulsé.
    http://www.europe1.fr/economie/pourquoi-est-ce-toujours-si-dur-dexpulser-un-squatteur-939256

    Ajoutez à ça de l’encadrement des loyers par ci, des charges écrasantes par là et étonnez-vous que plus personne ne veuille louer, c’est bien trop risqué ! Du coup, principe de l’offre et de la demande, les garanties à fournir et les prix explosent.
    Et vous, vous demandez encore plus d’Etat pour tuer le peu de marché qui gigote encore ? Ne seriez-vous pas maso sur les bords ?

  3. Le système éducatif privé n’est accessible que par ceux qui ont les moyens de payer, les autres n’ont cas sans passer. Oui les Etats Unis ont de super écoles mais combien d’américains ont les moyens d’y aller? Seuls les fils de ceux qui ont déjà réussi peuvent y aller et c’est comme ça que l’on perpétue les inégalités de génération en génération. C’est sur que ce n’est pas « l’élite » du pays qui a accès à ces écoles pour eux et leurs progénitures qui va remettre en cause le système.

    En Angleterre l’état avait du re-nationalisé les chemins de fer car la gestion du privé avait « oublié » de faire les investissements nécessaire à l’entretien préférant distribuer des dividendes que dépenser dans la sécurité. Mais après plusieurs accidents mortels il devenait difficile de le cacher. Alors le miracle du privé, c’est surtout le miracle des inégalités perpétuelles.

    Quant au logement, c’est surtout parce que l’état ne joue pas son rôle que c’est le bazar. Il laisse les mairies se débrouiller et choisir seules. Et au gré du niveau de revenu de leur population, les maires choisissent ou non de faire du logement social pour contenter leur population locale. L’intérêt général est souvent le cadet de leur souci.

  4. : dans la vraie vie, vous devez être maraîcher, c’est la seule explication à tant de salades de votre part.

    Le rôle de l’impôt n’est pas de financer l’égalité mais de financer les services de l’Etat, point à la ligne.
    Si vous cherchez de l’égalité, n’allez surtout pas la chercher du côté de l’éducation : l’Eduknat, ce repaire de crypto-marxistes, est l’inégalité incarnée. Ceux qui le peuvent vont dans le privé, à la recherche d’une école de qualité. Les autres subissent une école publique qui nivelle par le bas et s’enfonce chaque jour dans la médiocrité, comme le révèlent les tests PISA.
    Bizarrement, Hong Kong, où tout est privatisé, nous écrase.

    C’est parce que l’Etat s’est emparé du logement que le secteur est en crise. Bizarrement, partout où le marché est libre, on constate des prix plus bas et moins de disparités.

    Idem pour les routes. Les autoroutes (privées) cachent la misère d’un réseau secondaire de plus en plus délabré. Mais bon, d’après Guillaume, l’Australie, qui a entièrement privatisé le bazar, ne possède aucune route.
    Idem pour la santé : l’Etat prélève de plus en plus pour un service de moins en moins bon.

    La recherche la plus puissante n’est pas publique et en France, mais privée et ailleurs : USA, Canada, Chine…

    La pluralité de la presse, quelle blague ! Les subventions à la presse sont un scandale absolu. La presse ne devrait être financée que par une seule chose : l’argent des lecteurs (et des publicités). Le reste, c’est de la flûte pour tenter de justifier une ingérence supplémentaire nuisible à cette même liberté. Entre les subventions et les niches fiscales, si vous étiez journaliste, vous mordriez la main qui vous nourrit ?

    J’arrête là, sinon l’admin va me taper. Mais je pourrais continuer très longtemps tant vous débitez les âneries à un rythme quasi-industriel.


  5. Les syndicalistes comme toi n ont plus aucune surprises
    On leur parle d augmentations d impôts et ils ressortent tous le même pipeau, et gnnana cic et gnanana pacte de competivité et gnanana c est la faute à sarkozy
    vivement la droite au pouvoir qu il sabre vos acquis de bourgeois ouvrier et vous remette au taf
    Ca te laisseras moins de temps pour coller pour ta copine à la teinture blonde flashy
  6. Mr Ridfa69

    A la différence de vous, je ne suis pas contre payer des impôts qui permettent de financer l’égalité par l’éducation nationale pour tous, la justice, la recherche, le logement, la solidarité, les routes, l’aménagement du territoire, la sécurité, la pluralité de la Presse, et même la défense et j’en oublie surement. Tout ce dont j’ai eu besoin à un moment de ma vie et pour une grande partie me sers encore actuellement. Et j’ai même la chance de pouvoir en payer car cela veut dire que j’ai un travail qui me permet d’avoir des revenus suffisants pour vivre.

    Je veux bien en payer aussi pour soutenir l’investissement dans l’économie mais pas quand c’est juste pour faire des cadeaux sans résultat concret. Le CICE qui rembourse une partie des cotisations sociales payées par les entreprises c’est plus de 20 milliards d’euros par an en moins pour les caisses de notre sécurité sociale compensés par les finances publiques et donc nos impôts. Peut être es tu content de payer plus d’impôts pour des gars qui n’ont aucun problème financier mais moi je ne suis pas d’accord avec ça. Même avec l’estimation la plus haute soit 100 000 emplois créés c’est un coût annuel de 200 000€ par emploi au final. Pour le même coût on aurait pu embaucher 5 fois plus de fonctionnaires utiles aux français (pompiers, infirmières, policiers, gendarmes, professeurs, etc…) et réduire le chômage d’autant tout en finançant aussi nos caisses sociales. Ça serait juste une autre politique qui ne serait pas tournée vers les financiers.

  7. : la rhétorique communiste ne cessera jamais de me fasciner.
    En France, nous sommes passés champions du monde des prélèvements obligatoires. Tous les autres pays sont donc des paradis fiscaux par rapport à nous. Tous.
    L’impôt, c’est l’Etat qui rentre chez toi et te prend ta télé, ton ordinateur, ta PS3 et ton portable.
    Le CICE vu par les cocos, c’est l’Etat qui te dit : allez, je suis généreux, je vais te laisser la moitié de ta télé. C’est un cadeau que je te fais !

  8. merci a l equipe communiste de s octroyer des hausses d indemnités en parallèle de l augmentation de nos taxes foncières et d habitation
    Toi qui la connait bien mon petit coleur d affiches matinale, tu pourrais lui demandé si c est moins chere les taxes sur st fons, il parait qu elle a une idéé precise la dessus
  9. Mr LBK,

    Il aura surtout fallu que nombres de maires et même de vos rangs montent au créneau contre le gouvernement pour que celui ci daigne justement faire un geste en faveur des villes défavorisées. De l’aveu même du gouvernement qui par Mme Estelle Grelier, secrétaire d’Etat chargée des collectivités avouait avoir pris ces mesures pour limiter les effets de la baisse des dotations sur les budgets des communes les plus pauvres.

    Sachant que ce soutien ponctuel ne sera pas forcément pérenne dans le temps à l’inverse de la baisse des dotations qui sera t-elle poursuivi les prochaines années dixit le gouvernement.

    Merci au socialiste pour les aides au patronat (CICE, CIR etc..) et la hausse des impôts pour les français pour compenser ces cadeaux à leurs amis financiers.

  10. Pour une fois que madame le maire reconnait que l État aide Vénissieux, il faut savourer
    Finalement nous avons raison les dotations n ont pas baissé pour Vénissieux bien au contraire. La propagande faite par le maire à des fins électoralistes avec l argent de nos est scandaleuse..
    LBK

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.