L’adjoint de la France Insoumise et l’art lyrique

On pourrait se dire que M. Braïki, adjoint à la culture, est plus à même de parler d’un sujet qui concerne sa délégation, mais on apprend par le journal Le Progrès que l’adjoint chargé du Grand Projet de ville, M Boumertit semble s’être trouvé un nouveau bataille de cheval, et qui concerne l’art lyrique. A quand un duo à l’opéra !!!

Plus sérieusement, voilà que la culture rentre dans la bataille électorale, puisque selon l’article du Progrès, « l’adjoint France Insoumise à la politique de la ville de Vénissieux, a souhaité que la Métropole la soutienne pour l’installation d’un nouvel équipement de démocratisation de l’accès aux arts lyrique. »

L’élu de la France Insoumise, qui soutient la candidature de Mme Picard (PCF) a interpellé la Métropole, sur le regret de la ville de ne pas avoir eu le financement nécessaire, pour mettre en place certains projets de la ville dont :

  • la démolition-reconstruction de la piscine Auguste-Delaune
  • la création d’une halle de marché des Minguettes
  • la démolition-reconstruction de la Maison des fêtes et des familles 

L’ANRU a rejette ces projets et non La Métropole, et voilà que l’adjoint en question demande à la Métropole de « soutenir financièrement la municipalité pour la réalisation de ces projets au titre de l’exception de la Politique de la ville »

Ben voyons !!! Et au fait, si le projet de démolition-reconstruction de la piscine avait été accepté, il peut nous dire le lieu de la nouvelle piscine ?

M. Boumertit en période électorale, a plein d’idées, notamment la construction d’un bâtiment pour l’art lyrique. Mais ce projet n’est pas une nouveauté en soi, puisqu’il me semble qu’en 2014, on parlait déjà de la construction de la Fabrique de l’Opéra National de Lyon près du lycée Jacques Brel, et l’élu demande à ce que la troisième du département dispose d’un équipement pour l’accès à l’art lyrique, avec en parallèle un pôle d’activité économique lié aux métiers de l’art et du spectacle vivant.

La Métropole n’a, à ce jour, donné aucune réponse à l’adjoint vénissian, mais il faut quand même lui faire rappeler que lors du conseil municipal du 16 décembre 2014, Mme Picard, maire communiste de Vénissieux, avait déclaré : 

« Le projet de la pré fabrique opéra n’est pas mort, il est au point mort. Sans jouer sur les mots, je ne l’enterre pas de facto, même si le retrait du financement de la ville de Lyon lui porte un net coup d’arrêt. »

Et malgré ces courriers envoyés à Gérard Collomb, elle n’a jamais eu de réponse !!!

On est en 2020, et on ressort du tiroir à poussière, ce dossier, dont la ville de Lyon a semble t-il enterré.

Avant de nous parler d’art lyrique, l’ajoint venissian en charge du Grand Projet de Ville et de l’insertion, est-il au courant que la troisième ville du Rhône n’a même plus de MJC (Maison des Jeunes et de la Culture) ? Pourtant il ne peut pas nier que ce genre d’équipement est inutile puisque une grande majorité des villes du Rhône ont leur MJC. Mais à Vénissieux, on parle d’art lyrique, alors que l’équipement fondamental ouvert aux jeunes est fermé depuis des années. Allez comprendre pourquoi !!!

De plus, on apprend qu’à Vénissieux le taux de chômage reste très élevé avec 9 000 demandeurs d’emploi et que « le chômage est aux Minguettes est trois fois supérieur à celui de la Métropole avec 59 % de demandeurs d’emploi sans diplôme. »

Bref, que c’est beau la période des campagnes électorales, car les cerveaux de nos politiques, toutes tendances confondues, sont en pleines ébullitions pour nous parler de leur projet, de leurs engagements, et de l’art lyrique.

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.