Invasion de punaise : l’éradication risque d’être longue

Certains vont dire, encore un article sur les punaises, et oui, de plus certains journaux nationaux ont publié au cours de l’année 2020, plusieurs articles faisant référence à cette bestiole.

Malgré l’accord de partenariat signé le 21 février 2020 entre la Chambre Syndicale des Industries de Désinfection, Désinsectisation et Dératisation (CS3D) et le Ministère chargé de la Ville et du Logement pour lutter contre les punaises de lit. Elles sont de plus en plus présentes sur le territoire. Aux Etats-Unis, certains sites internet, ont été jusqu’à renseigné les hôtels et motels, ou des cas de punaises de lits ont été repérées par les clients.

Un nouveau rapport vient d’être publié par la CS3D (Chambre Syndicale des Métiers de la Dératisation Désinfection et désinsectisation, et leur conclusion est édifiante.

Selon les professionnels, ce nuisible se répand de plus en plus et ils ont constaté une augmentation des cas. Selon le journal Le Parisien qui a pu se procurer le rapport il y aurait une augmentation de 76% en France, et cela risque de ne se pas s’arrêter.

Les autorités ont déjà constaté un retour en force de ces petites bestioles de quelques millimètres. Ce qui est le plus inquiétant, Romain Lasseur, docteur en toxicologie et spécialiste du comportement des espèces envahissant précise que « c’est trop tard maintenant pour essayer de l’éradiquer ». (Le Point)

Et pourtant le gouvernement tarde à prendre des mesures pour mettre en place des aides en faveur des personnes les plus démunis. Le ministre devrait présenter un plan d’action contre ces nuisibles, qui semblent être résistant à certains traitements, et leur éradication est très difficile, si un strict protocole n’est pas respecté, d’autant plus que les punaises peuvent hiberner pendant un an sans se nourrir de sang.

Ne vos faîtes pas d’illusion, car certaines personnes pensent que c’est lié à l’hygiène et bien pas forcément, car même les plus grands hôtels sont parfois touchés, autant dire que dès la crise Covid sera en passé, et certains les lieux seront autorisés à ouvrir (les hôtels, cinémas) mais aussi dans les transports en commun, il risque d’avoir un pic d’infection.

Il serait temps que les municipalités, les bailleurs, prennent en charge dès maintenant ce dossier, en faisant de la prévention, mais aussi penser à mettre en place, les aides nécessaires afin de diminuer la présence de ces bestioles qui peuvent devenir un vrai cauchemar.

 

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.