Logement social : majorité et opposition ont des points de vue différent

Un article du Progrès dont le titre est « la ville construit désormais très peu de logements sociaux » était publié le mardi 27 avril 2021. L’article revient sur la ZAC Monmousseau dont 1 026 logements sociaux vont être détruits. Une première démolition de la barre ICF a déjà eu lieu le 02 avril 2021, l’autre barre devrait être aussi démolie ainsi que les tours de Monmousseau.

Mais en ce qui concerne le logement social, majorité et opposition ont des points de vues différents. L’article du Progrès a rapidement fait réagir Camille Champavert présidente du groupe d’opposition Ensemble Pour Vénissieux qui s’étonne que l’élu communiste regrette que l’Etat freine la construction de logements sociaux :

« Pierre Alain Millet, adjoint au maire en charge du logement et président de la SACOVIV, le bailleur de la ville Vénissieux, regrette que l’État freine la construction de logements sociaux sur la commune. »
Alors que la commune connaît un taux de logement sociaux de 45% et atteint 70% sur le plateau des Minguettes, M. Millet (PCF) s’étonne que la dérogation demandée pour la construction de ce type de logement ait été refusé. Quant à ses allié-es de la France Insoumise demande à l’opposition de s’insurger contre les communes qui n’appliquent pas la loi SRU. 
Mais le groupe Ensemble pour Vénissieux, va plus loin dans ses critiques, et s’étonnent que des élus-es habitent dans des logements sociaux :
« Le maire de Vénissieux qui se veut exemplaire et charitable – en tout cas dans le discours – pourrait exiger de ses quelques adjoints de quitter les logements sociaux qu’ ils occupent pour les attribuer à des familles modestes. En supposant que ces elus payent un surloyer au vu de leurs revenus conséquents, rien ne justifie, qu elles et qu’ils continuent de bénéficier d’un logement social. L’exemplarité commence par soi-même ! »
Du côté de la majorité, on aimerait peut-être plus de logements sociaux, tandis que du côté de l’opposition, il serait temps que les communes ne respectant pas loi SRU soit plus sévèrement réprimandées, tout en demandant au Préfet de préempter des terrains dans l’ouest lyonnais, ou dans les communes voisines ou le taux n’atteint pas les 25% qu’ impose la loi SRU, pour faire construire du logement social.

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.