Michele Picard : « ne nie pas qu’une petite partie de la population des Minguettes se soit radicalisée »

Les médias parlent encore une fois de plus du rapport de la Cour des Comptes concernant l’attractivité de huit quartiers prioritaires en France, dont celui des Minguettes, qui ces derniers jours a fait beaucoup parlé de lui, puisque selon ce rapport un des constats démontre que l’attractivité n’est pas au rendez-vous et qu’il existe un « phénomène d’entre soi »

Mais ce rapport ne semble pas trop satisfaire les élus communistes, puisque l’adjoint au logement a publié un article sur son site internet, avec ce titre « Oui, la rénovation urbaine est utile à tous les vénissians » tout en critiquant que la presse n’a évoqué dans leur colonne que « l’islam et le fondamentalisme »

Certes, la rénovation a permis d’avoir de nouvelles constructions, l’arrivée du Tram, etc, et malgré tous les milliards injectés depuis toute ces années, les problèmes persistent.

Mme Picard, s’est aussi prononcée dans les colonnes du site de RadioScoop, où elle déclare qu’il ne faut pas généraliser sans toutefois ne pas nier « qu’une partie de la population des Minguettes se soit radicalisée et que ce « problème n’est pas propre au quartier et ne date pas d’hier » 

Toujours selon l’élue communiste, ce qui la dérange dans ce rapport « c’est le manque de sources : on ne sait pas qui a été interrogé, ni la personne qui l’a rédigé. »

Cette explication semble bien étrange, puisque selon le rapport, la Cour des Comptes s’est, entre autre, basée sur les informations de ses propres services :

« des problèmes de comportement, la promotion d’un autre mode de vie, la multiplication des incidents quotidiens, un phénomène d’entre soi sur une base religieuse, une marginalisation progressive des femmes, un nombre croissant ne sortant plus, une présence des hommes oppressante, deux écoles désertées lors d’évènements religieux, le poids du ramadan de plus en plus fort chaque année, des certificats religieux pour jeunes filles au motif d’allergies au chlore, des épisodes de prières au sein d’un groupe scolaire, etc. »

La politique de la ville a porté ses fruits selon la maire communiste de Vénissieux, alors là, il faudrait nous expliquer pourquoi la cour des Comptes constate que l’attractivité n’est toujours pas au rendez-vous et la mixité sociale n’est pas non plus présente dans certains quartiers. 

« le rapport précise bien que malgré les milliards injectés dans les différents programmes de la politique de la ville, tout cet argent dans la « rénovation urbaine » n’a pas permis d’améliorer l’attractivité des quartiers sensibles »

L’élue communiste précise bien que de nombreuses entreprises se sont installées à Vénissieux ces dernières années, mais elle ne nie pas les chiffres du chômage aux Minguettes (qui sont trois fois supérieur à la moyenne nationale) Donc beaucoup plus d’entreprises mais toujours aussi un taux de chômage élevé, trouvez l’erreur !!!

Face à tous ces articles de presse, Michèle Picard se demande pourquoi on ne regarde que « ce qui ne va pas ». Ah ouais c’est vrai, ben regardons ce qui va, et selon la maire communiste, elle nous parle du label des quatre fleurs, à Vénissieux, ainsi que des trois sportifs vénissians qui ont participé aux jeux olympiques. 

J’ai failli m’étouffer de rire ou de colère Rappelons à Mme Picard, que les fleurs et les sportifs cela ne fait pas le prestige d’une ville !!!

Face aux explications du maire, l’opposant Farid BenMoussa, dont les vidéos commencent à faire le Buzz sur les réseaux sociaux, a été bien énervé, en publiant une nouvelle vidéo, avec un ton mêlant l’humour et la réalité du quotidien. 

 

C’est vrai que Mme Picard, aurait pu citer les actions de la ville au lieu de parler du label des quatre fleurs et des sportifs. Faut vraiment lui trouver un nouveau directeur de communication – lol –

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.