Nous, Vénissieux lance un journal de campagne

Après le confinement, puis le déconfinement, c’est au tour des politiques de sortir de leur isolement et réapparaître au grand jour. C’est par le biais d’un journal de campagne que la liste Nous Vénissieux conduite par Yves Blein, a décidé de faire son retour sur le marché de la place du centre de Vénissieux.

Un journal de campagne qui sera certainement aussi distribué dans nos boites aux lettres. Pour ce premier numéro, le député candidat, qui est arrivé en seconde position, a publié un édito, en commençant par le nombre de voix recueillies par Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux. Effectivement elle a bien remporté la première partie de cette campagne électorale avec seulement 2 330 voix sur un total de 29 000 électeurs. Autant dire que sur le plan moral, ce n’est pas très représentatif ni légitime.

Selon le mouvement Nous, Vénissieux, ce score est le plus mauvais depuis qu’elle se présente à une élection. Les vénissians ne feraient-ils plus confiance à leur maire, c’est la question que pose le mouvement sans étiquette.

Il est vrai que si Mme Picard, était si populaire, pourquoi n’a t-elle pas remporté l’élection dès le premier tour comme les maires de Saint-Priest, Feyzin ou de Corbas, mais une abstention à 72% sur Vénissieux, ne permet pas d’être élu au premier tour, et malgré ce fort taux, Mme Picard (PCF) est arrivée en tête. 

Au delà de l’analyse que fait le groupe Nous, Vénissieux, que l’on peut approuver ou pas, ce premier journal de campagne a décidé de mettre avant 6 colistiers, personnels soignants à Vénissieux, qui ont été en tête de ligne lors de la crise du Covid-19, et qui doivent encore faire face au virus qui est toujours présent sur le territoire.

 

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.