Une usine ou station de concassage aux Minguettes ?

Certains parlent d’usine de concassage d’autres de station. Bref, c’est jouer sur les mots et moi j’ai horreur que l’on dise ne pas un chat est un chat. Ce qui est sur, le projet existe bien sur le papier puisqu’il a été présenté lors de la délibération n° 2019/10 du conseil municipal du 17 juin 2019 et présenté par Yolande Peytavin (PCF) première adjointe au Développement de la Ville, aux Relations Internationales, à la Communication et aux Droits des Femmes (ouf tout çà). On se demande bien pourquoi ce n’est pas l’élu de la France Insoumise, adjointe au Grand Projet de Ville qui ne l’a pas présenté ? S’il était absent, c’est encore plus grave !!!

Cette délibération votée à l’unanimité concerne la Création de la ZAC marché Monmousseau-Balmes – Avis de la Ville sur l’étude d’impact.

La démolition d’immeubles engrange des tonnes de gravats qu’il faudra déplacer ou traiter sur place.

  • Période de démolition 2020 / 2022 :
    • La grande barre Monmousseau : 6 mois,
    • Les trois tours Monmousseau : 7 mois,
    • La petite barre Monmousseau : 3 mois,
    • 2023 : résidence Adoma : 2 mois.

Oui, même le foyer Adoma, ou un grand nombre de personnes âgées ont une chambre vont devoir partir, et ne seront certainement pas relogées sur Vénissieux, ce qui peut être un vrai problème social et psychologique pour ces personnes, souvent d’origine maghrébine.

Le tonnage de ces démolitions est assez conséquent : 

  • Les volumes de démolition estimés à ce stade des études sont les suivants :
    • Grande barre Monmousseau : de l’ordre de 14 500 Tonnes
    • Trois tours Monmousseau : de l’ordre de 16 000 Tonnes
    • Petite barre Monmousseau : de l’ordre de 7 500 Tonnes
    • Résidence Adoma : de l’ordre de 4 500 Tonnes
    • Autres démolitions : de l’ordre de 5 500 Tonnes

On peut se demander, quelles sont ces « Autres démolitions : de l’ordre de 5 500 Tonnes ».

En tout cas, pour ce qui concerne les démolitions, ce projet va certainement aboutir, et l’enlèvement des gravats va générer de nombreuses nuisances sonores, de poussières, de pollution, même si nos élus, institutions, et sociétés privés essayeront de nous rassurer en nous précisant que tout sera fait et étudier pour éviter le maximum de désagréments. Mais vu le tonnage des gravats, j’ai le droit et nous avons la légitimité de ne pas prendre pour argent comptant tout ce que l’on peut nous dire pour nous rassurer.

En tout cas dans le projet, il y a deux scénarios envisagés par la Métropole : 

  • Un scénario sans valorisation des matériaux de démolition avec l’évacuation des matériaux par camions vers les différentes filières adaptées.
  • Un scénario de valorisation des matériaux de démolition sur site : concassage sur site et réemploi sur site pour réaliser les fondations des nouvelles rues et de la future place du marché. Ce scénario prévoit la mise en place d’une station de traitement des matériaux de démolition (concassage et criblage) sur le parking propriété d’Immobilière de Chemins de Fer (ICF), proche du gymnase J Brel et le stockage des matériaux valorisés sur une partie du site de l’ancien lycée J Brel.

Si les habitants ne prennent pas conscience de l’implantation d’une usine ou station de concassage, ils risquent de le regretter plus tard, et c’est pour cette raison, qu’ils doivent se mobiliser contre la possibilité de l’installation de cette usine ou station qui risque d’apporter de multiples nuisances. D’ailleurs une page FaceBook→ Va concasser ailleurs  a été mise en place pour présenter ce projet en donnant des exemples de société de concassage en France.

Le projet

Alors si ce n’est actuellement encore qu’un projet, il est peut-être temps aux habitants de s’organiser en collectif, pour qu’ils puissent être entendu avant que la décision finale ne soit prise, et là ce sera trop tard.

 

L'info c'est le partage !.

3 Commentaires

  1. IMMONDE ! Poussières, bruit, pendant des années comme ça ? C’est honteux. Faut qu’on se bouge et qu’on vire cette bande des commandes de la ville de Vénissieux.
  2. La population est tout simplement méprisée, voilà ce que je pense de ces pratiques. Il est temps que les vénissians se réveillent et mettent le holà à ces façons de faire. Une station de concassage, non mais et puis quoi encore ?! Les déchets nucléaires de la France entière à Vénissieux aussi ? Cela me rappelle les boues et terres polluées du Port Edouard Herriot (ça date de près de 10 ans), on n’avait rien trouvé de mieux que de les stocker sur ce qui est aujourd’hui la Clinique « Mutualiste » Porte du Sud sous une bâche énorme qui est restée des années. A l’époque, on avait bien alerté France Nature Environnement … ça a pas dû les empêcher de dormir que les banlieusards vivent avec ça … NOUS NE DEVONS COMPTER QUE SUR NOUS : stoppons ce programme toxique de bétonisation une bonne fois et tout ce qui va avec. Si les bétonneurs veulent faire du bizness, qu’ils ailleurs. A bon entendeur. René.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.