Traité du CETA : le député a voté pour, erreur ou suivre la ligne directrice du parti ?

Meuhhh, la viande canadienne arrive !!!

Certains vont se dire mais qu’est ce que c’est encore le CETA, car avec les fortes chaleurs, les médias ont très peu parlé du vote qui a eu lieu à l’Assemblée Nationale le mardi 23 juillet 2019, qui a approuvé  la ratification du controversé traité de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta) avec 266 voix pour, contre 213, et 74 abstentions.

Dans le département du Rhône avec ses 14 circoncriptions, neuf ont voté pour, deux contre et trois se sont abstenus. Le député Yves Blein est l’un des députés LREM qui a voté pour. Parmi les trois députées qui se sont abstenues :

  • Blandine Brocard (5e circonscription)
  • Anissa Khedher (7e circonscription)
  • Danièle Cazarian (13e circonscription). 

D’autres député de la majorité ont voté contre, comme le député de la 8ème circonscription du Pas de calais :

Mais croyez moi, ce traité vous concernera, car le libre échange entre le Canada et les états de l’Union Européenne, est un vrai bouleversement dans les échanges commerciaux et en tant que consommateur vous devriez à l’avenir bien regardé les étiquettes des produits que allaient acheter.

Pour l’association des consommateurs (UFC-Que choisir) la crainte serait une dégradation de la qualité des produits d’élevage que les consommateurs trouveront dans leurs assiettes car selon eux « le principe de précaution n’existe pas du tout dans l’accord de libre-échange. » 

Mais les associations de consommateurs ne sont pas les seuls à être inquiets puisque les éleveurs craignent de voir débarquer sur le marché communautaire du bœuf canadien nourri aux protéines animales transformées et aux antibiotiques. Et ce n’est pas tout, car Sophie Devienne, agronome à AgroParisTech déclare qu’à « partir du moment où on signe le Ceta on diminue le taux de contrôle. Sur les viandes, on est à 20% de taux de contrôle des matières en moyenne. Avec l’accord Ceta, on descend à 10%. » (Europe1). Et la critique ne s’arrête pas là puisque selon l’économiste Lionel Fontagné :

« Et à ce jour, « rien n’interdit l’importation en Europe d’animaux nourris aux farines animales, en provenance du Canada ou d’ailleurs » dans les textes européens. » (FranceTVInfo)

Alors le député a t-il bien pris connaissance de ce texte ou a t-il vote pour suivre la ligne du parti LREM, qui se comporte vraiment comme tous les autres. 

Plus d’infos sur l’article de FranceTvInfo → Le Ceta va-t-il faire débarquer de la viande aux farines animales, aux hormones et aux antibiotiques dans nos assiettes ?

 

L'info c'est le partage !.

2 Commentaires

  1. Malgré une interdiction de principe de l’alimentation des ruminants à base de farines issues de ruminants, la législation canadienne autorise l’utilisation de certaines protéines, comme les farines de sang et la gélatine..
    Aucune règle européenne ne permet de refouler à la frontière les bœufs canadiens nourris avec ces « protéines ». Aussi étonnant que cela puisse paraître, toutes les normes sanitaires applicables sur le sol européen ne valent pas automatiquement pour les produits importés…..
  2. Bientot il va nous pousser un troisième oeil avec ces cons qui nous font bouffer n’importent quoi.Ils veulent vraiment tuer le peu de neurone qu’il nous reste.Et dire qu’on a voté pour nos bourreaux. Peut etre que c’est trop tard qu’on a plus de cerveaux déjà

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.