Antennes relais : ils ont osé

Lors du dernier conseil municipal, les élus ont approuvé l’installation d’antennes relais sur le complexe sportif Laurent-Gérin et sur le stade Auguste Delaune. Les opérateurs concernés sont Orange, Free, Bouygues et SFR. Dans le cadre de la charte signée par la ville et les opérateurs, l’implantation ne se fera pas dans un rayon de 100 mètres autour d’équipements sensibles (crèches, écoles…). Mais les stades ou des enfants s’entraînent régulièrement ne sont pas dits sensible. Quelle contradiction. Alors on n’installe pas d’antennes près des écoles et des crèches mais à l’intérieur des stades cela ne gênent personne. Et tout çà pour avoir une redevance annuelle de 7 500 euros par opérateur. Mais de qui se moque t-on. Les opérateurs et la ville nous signalent que des mesures de contrôle seront effectuées après un an de fonctionnement. Les élus se cachent derrière le seuil légal d’exposition pour justifier son accord, et la ville nous précise, pour nous rassurer, que du fait de la hauteur de ces pylônes le rayonnement des ondes n’aura aucun impact sur les immeubles d’habitation qui ne se trouve pas très loin. Or on sait que certaines associations réclament au titre du principe de précaution que le seuil légal soit abaissé à 0.6 V/m, aujourd’hui celui-ci se situe entre 41 et 61 V/m. Trouvez l’erreur ?. Je considère que si ces antennes ne peuvent pas être installé dans un rayon de 100 mètres autour d’équipements sensibles, je pense que l’installation dans des stades ne devraient pas se faire car je pense qu’il doivent être considéré comme des  sites sensibles. Parfois il ne faut pas se contenter du seuil légal et qu’il serait judicieux d’appliquer le principe de précaution, car l’on sait aujourd’hui que mêmes les ondes Wifi peuvent avoir un impact sur la santé.

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.