Après « une campagne délétère, voici le délitement de la société »

Michèle Picard réélue maire de Vénissieux   YouTubeQuelle surprise ce lundi matin en lisant l’édition du Progrès, ou l’on peut lire une interview de Mme Picard, maire de Vénissieux. Cela commence fort puisque elle parle de « délitement de la société« . Oula un mot bien compliqué pour moi 🙂 et allons vite chercher la définition chez mon ami « Google« .

Délitement : En parlant d’une roche, se fragmenter selon des plans privilégiés (plan de stratification, plan de schistosité). Pour une substance, s’écailler, tomber en poussière.

Bon, alors pour Mme le Maire, la société se fragmente, s’écaille, tombe en poussière. Et bien on aura tout entendu. Lors de la campagne pour les élections municipale de 2015, elle a souvent utilisé « campagne délétère« , et bien maintenant c’est « le délitement de la société« . J’peux dire qu’avec çà, mon vocabulaire s’est enrichi.

Mais soyons un peu plus sérieux et décortiquons cette interview. A la question de la journaliste 

  • Comment expliquez vous cette flambée de violence urbaines qui a touché Vaulx-en-Velin, Vénissieux, Saint-Fons ou Meyzieu. ?

La réponse de Mme Picard n’est pas sans surprise et son analyse est stupéfiante.

  • On paye trente ans d’un laisser-aller des politiques nationales qui révèlent aujourd’hui le délitement de la société

Quoi, encore la faute des différentes politiques nationales, des différents gouvernements, ben oui c’est toujours la faute aux autres. Bon je ne vais pas revenir sur le détail de sa réponse, mais elle parle

  • de manque de repère
  • de rejet de toute autorité des jeunes
  • s’attaquer aux policiers, aux pompiers est devenu presque un jeu

Elle précise toutefois que le 14 juillet comme la Saint Sylvestre sont des prétextes à ce genre de violence, sans oublier bien évidemment un autre contexte lié à la chaleur, des événements extérieurs peut avoir un lien. Heu, peut-elle nous préciser quels sont ces événement extérieurs ?

Par contre, elle déclare que « la politique de la ville doit faire plus« , alors j’comprends plus rien, d’un côté elle nous parle de « l’échec des politiques nationales » et de l’autre il faut continuer « la politique de la ville« , et poursuivre « l’aménagement urbain et travailler avec tout le monde, la police, les acteurs de terrain, les bailleurs ». Oups je crois qu’elle a oublié de citer les habitants qui sont les premiers concernés.

Mais on est content d’apprendre que nos impôts servent aussi à avoir 32 policiers municipaux, un centre de supervision de la vidéosurveillance, et le TOP, dont le standard est ouvert 24/24 mais que l’équipe de terrain n’est disponible que jusqu’à 18 heures. Au fait quels sont les horaires des agents du CSU (Centre de Supervision Urbain) ? Sont-ils présents 24/24 ? 

Aie, voilà un sujet sensible, la police municipale. Mme Picard souligne que « quand des communes comptent sept agents, à Vénissieux nous avons 32« . C’est vrai, certaines communes n’ont même pas de policiers municipaux mais je ne pense pas qu’elles soient confrontés aux mêmes problématiques d’une grande ville. Et puis j’aimerai bien qu’elle cite le nom de la ville avec le même nombre d’habitants qu’à Vénissieux, qui ne compte que 7 policiers municipaux.

Ok, alors petite précision, le gouvernement a rendu public le 16 janvier 2014, le nombre de policiers municipaux, ville par ville. En se basant sur ces données datées de 2012 Vénissieux comptait 28 policiers municipaux, ce qui représente 1 policier pour 2 137 habitants pour une population de l’époque de 59 855 vénissians. Aujourd’hui nous avons donc 32 agents pour une population de 60 000 habitant donc à peu près 1 policier pour 1 875 vénissians. L’écart se creuse, mais les vénissians ne connaissent pas très bien le rôle précis des policiers municipaux, il serait judicieux de fournir une plaquette d’information définissant exactement le rôle du policier municipal mais on peut d’ores et déjà se baser sur un exposé du Sénat datant de Août 2015

  • Le maire est investi d’une compétence générale de police administrative au niveau communal. Il lui revient d’assurer l’ordre public local. Il est également chargé d’attributions de police en tant qu’agent de l’Etat. Enfin, il est officier de police judiciaire.
  • Les lois de décentralisation ont renforcé leurs responsabilités et les ont conduits à se préoccuper davantage encore des différentes formes de mise en cause de l’ordre public local.
  • Les buts de la police municipale, énoncés à l’article L. 2212-2, sont le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques. Le même article donne une liste détaillée mais non limitative des matières dans lesquelles ce pouvoir de police municipale s’exerce. Cette liste témoigne de la diversité et aussi de la complexité des missions ainsi confiées au maire.

Le rapport du Sénat révèle que 

Le sentiment d’insécurité est encore aggravé par la multiplication des  » incivilités  » qui ne sont pas toujours réprimables pénalement mais sont difficiles à supporter au quotidien. Elles sont souvent le fait de mineurs dont la délinquance apparaît extrêmement préoccupante. Elle est en effet de plus en plus précoce et en augmentation notable, près de 20% des infractions ayant mis des mineurs en cause en 1997, ce qui conduit à s’interroger à la fois sur le rôle des familles et sur une éventuelle réforme de l’ordonnance de 1945 dont l’approche éducative pourrait être devenue largement inadaptée.

Alors que faut-il faire, la première magistrate ne donne pas trop de détails sur le travail « fait en amont« , faut-il plus de policiers municipaux, de caméras de surveillance, plus de sévérité. Certains vénissians pensent qu’il existe un certain laxisme voire une forme d’impunité, sur des actes d’incivilités, de comportements, etc …

Mais soyons rassuré car en terme de sécurité, elle ne s’avance sur rien « je suis pragmatique, pas angélique« .

En résumé, tout ceci est la faute du « délitement de la société« , bon alors, il faudrait aussi lui faire rappeler aussi, le délitement du parti communiste vénissian car au second tour des élections municipales, les communistes recueillaient 8 584 voix en 1995, 6 197 en 2001, 6 798 en 2008 et… 4 967 en 2014, timidement rattrapé par les 4 989 voix de 2015. Autrement dit, la base électorale a fondu de 41,8 % entre 1995 et 2015. (Source quartiersXXI).

Et oui le délitement existe aussi en politique !!!

 

L'info c'est le partage !.

7 Commentaires

  1. Il y va de soit que concernant l insécurité a venissieux mme le maire du haut de son pouvoir de chef de police est entièrement responsable . Ok mais a sa décharge pour ce qui concerne les grimlins sans casque sur les deux roues c est une consigne a l échelle nationale qui a été donné afin d éviter des courses poursuites donnant la mort sur des jeunes !! Et oui on marche sur la tête Amina 😉
  2. Madame le maire « de s’interroger à la fois sur le rôle des familles et sur une éventuelle réforme de l’ordonnance de 1945 dont l’approche éducative pourrait être devenue largement inadaptée. »

    Autrement dit Mme le maire ou serait-ce le parti communiste ou peut-être bien M.Millet (M. Gerin étant à la retraite) propose de condamner et d’expulser les parents qui verraient ses bambins contrevenir à la loi trop souvent (sic). Du coup on se débarrasserait des « gêneurs »en les expulsant, parents et enfants, familles sans le sou, laissées à la misère du monde, et on retrouverait une ville un peu plus « white » comme dirait manu et plus sûre. Bin mes z’aieux, c’est y pas du propre!
    En attendant et bien lui fasse, on retrouve là, la touche « gériniste » ou comment le succès vint lui donné des ailes (de la plus splendide des girouettes du far-« ouaiste »républicain)!
    Pour le cas des incivilités commises ici et là, comme le montre les reportages pbv(poubellelaville) que les Immortels* auront tôt fait de visionner, peut-être, ok mais encore, et pour le reste? C’est proprement irréalisable parce que vous pouvez pas faire payer un « chibani »qui vivote avec peu, qui a bossé dur et parfois dans la saleté ou une maman veuve qui perçoit un minimum d’aide en la petite pension du mari qui touchait à peine trois francs cinq sous. C’est inhumain.

    A mon avis c’est à l’extérieur que ça se passe, pas dans les familles mais bien dehors! C’est là que tout s’organise, c’est donc là qu’il faut chercher et c’est par là que nous trouverons des réponses aux questions posées. Pourquoi les jeunes sont-ils ensemble, réunis ou en groupe dans les cités à effrayer le premier quidam venu? Pourquoi ne travaillent-t-ils pas? Pourquoi n’œuvrent-ils pas à l’essor de la société, cherchant quid de sa réussite, son salut ? Pourquoi ce mal-être dans les banlieues et enfin comment vivent elles? La société les ignore quand elle les a « catalogué » puis rangé à l’index de ses projets. La banlieue est né. Du rmi au rsa qui permit qu’elles se nourrissent, elles ont été banni(es) à des lieues, chassées du village et éloignées du 9°étage, bien loin des ors de la République qu’elles auraient pu convoiter si tant est qu’elles en aient eu l’accès. C’est dur en revanche, pour un homme fut-il blanc, noir, rouge ou bronzé(la teinte des trois), de sentir qu’il est exclus, inutile et bon à rien. Il se sent ignoré des siens et déjà par l’humanité qu’il en attend, il se morfond dans son existence. Que faites vous de la dignité humaine Madame ? En reste-t-il seulement, puissiez vous me le dire?
    Comment croyez vous Mme Picard, que ces « pauvres » hères agissent pour vivre, animés du sentiment d’exister dans le tumulte du genre humain, sortis tout droit des règles communes sinon qu’ils participent du naturel pour le faire? Quel émerveillement ce naturel, quand il donne à la création le pouvoir de se mouvoir dans l’espace et dans le temps. C’est là toute la compréhension du monde. Ma foi et pour ma part, je crois modestement que c’est ce que ferait tout être censé en pareil cas, aidé en cela par une faim (fin) qui justifierait les moyens (nous a-t-on dit) pour sauver sa peau si d’aventures il venait à manquer de culture sans laquelle il n’y aurait pas d’histoires et sans laquelle l’Histoire serait figée.

    * http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/les-quarante-aujourdhui

  3. Et pendant ce temps, une satire humoristique, dans un etage imaginaire
    Qui a vu le dictionnaire? qui a vu le dictionnaire?, vite le journaliste va se pointer
    il est encore aux toilettes !!! non mais sérieux j ai déjà essayé, et les feuilles sont pas douces du tout, faut vraiment acheter du papier la prochaine fois!!!!!
    il reste quoi ? que la lettre D, bon ok je vais placer Délation, j aime bien, ca me donne un air intelligent, ce qui faut avouer c’est pas simple
    « Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite »
  4. D’accord avec le constat et après qu’elles propositions pour y remédier ?
    Blablatage politicien
    Il faut bien exister ! Les élections regionales approchent!!!!!!!
  5. Une fois c est une responsabilité nationale et une autre fois locale ? Ça change avec la meteo ? Plus sérieusement d’après la ruemeur que l’on entend à Vénissieux comme quoi la police à venissieux à pour consigne de ne pas poursuivre les jeunes sans casques en scooter ou sans permis en moto on reste perplexe quand même ? Maintenant reste à voir ce que le maire mettra en place pour maintenir une sécurité à venissieux

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.