Blein : « le droit à la tranquillité des vénissians »

Yves Blein, député de la 14ème circonscription, sera t-il le prochain maire de Vénissieux et réussira t-il à mettre fin au long règne communiste, c’est ce qu’il espère avec l’aide de ses colistiers, qui ont été présentés lors de la conférence de presse du 22 novembre 2019. Yves Blein, a reçu les journalistes dans le local de campagne situé au 15 rue Gambetta à Vénissieux, qu’il connait bien puisque c’est à cette adresse qu’il avait élu demeure lors des législatives de 2012. Lui portera t-il chance, réponse le 22 mars 2020.

En homme politique expérimenté le député candidat a présenté devant les journalistes de la presse locale, son programme en énumérant les principales lignes, en mettant en avant la sécurité et la proximité tout en déclarant que « les vénissians ont droit à la tranquillité ».

D’autres sujets ont aussi été évoqués : 

  • Logement et commerce
  • Solidarité et emploi
  • La santé avec la mise en place d’une mutuelle communale
  • Ecologie et développement durable
  • Impôt en proposant une baisse de l’impôt foncier sur le bâti
  • Sport, loisirs, culture et sport

Il y a quelques mois le candidat Yves Blein, avait déclaré qu’il se présenterait uniquement dans le cadre d’un large rassemblement. Ce que j’ai vu aujourd’hui ne me semble pas être un rassemblement élargi, mais on ne doit pas avoir la même définition du verbe rassembler car parmi les colistiers présents à cette conférence de presse on notera la présence que d’une représentante de la société civile Camille Champavert, de Maurice Iacovella, investi par l’UDI, Mustapha Ghoulia, investi par le micro-mouvement Libre de Valérie Pécresse, complètement inconnu à Vénissieux, de Lotfi BenKhelifa (PS) à ce jour non investi par le Parti Socialiste, Estelle Jellad, elle aussi non investi à ce jour par le Modem, et Soundes Boujday, cheffe de file LREM. 

S’il est élu, le député prendra la décision de quitter son mandat d’élu national, pour se consacrer pleinement à la ville de Vénissieux afin de pouvoir mettre en place son programme. Reste à savoir quel en sera le coût, et le fait de déclarer qu’il faut réduire la masse salariale de 67% à 50% ne suffira peut-être pas à mettre en place tous les thèmes évoqués. 

Bien évidemment on reviendra en détail sur les principaux axes de son programme, car ce 22 novembre était aussi l’officialisation de son local de campagne avec la présence d’une centaine de personnes. Parmi les autres colistiers qui n’ont pas eu le privilège d’assister à la conférence de presse, on pouvait voir M. Kessi, M Jean Pierre Commual Haour, tous deux anciens élus à Vénissieux. D’ailleurs on se demande bien pourquoi il n’ont pas été sollicités pour participer à cette conférence de presse. Il est clair que la stratégie de la communication a pris le dessus et qu’il fallait mettre en avant les étiquettes de parti, même si le mouvement Libre de Valérie Pécresse, représenté par M. Ghouila, est quasiment inconnu à Vénissieux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le mouvement Nous, Vénissieux a aussi un logo qui selon le candidat LREM, représente plusieurs fois la lettre V, vous l’aurez tous compris V comme Vénissieux, on est bien loin des slogans communistes, genre Vénissieux, ville belle et rebelle

 

L'info c'est le partage !.

1 Commentaire

  1. Le droit à la tranquilité des Vénissians, c’est d’abord d’avoir des « élus » qui écoutent la population. Par exemple qui cessent de faire comme bon leur semble avec les aménagements et les destructions dans la ville. Tout le monde en a ras-le-bol : presque plus d’espaces verts, des constructions qui étouffent les gens de plus en plus nombreux à se plaindre, des voitures partout, et des projets de percées de routes au milieu de la LA TRANQUILITE des quartiers et de la SECURITE des enfants.
    On aimerait savoir la position de M. BLEIN sur les projets de renouvellement urbain (comme ils disent) dans nos quartiers : quelle est sa position sur la destruction de logements sociaux alors que plus personne ne trouve de logement, que des étudiants s’immolent face à la misère, que des travailleurs réguliers dorment dehors ou dans leur voiture quand ils en ont une, que des écoles organisent l’accueil de familles avec des enfants pour qu’elles ne dorment pas dans la rue.
    Quelle est la position de M. BLEIN sur des percées de routes en plein milieu de quartiers plein d’enfants, qui vont supprimer des aires de respiration et de sécurité ?
    On attend sa réponse. MERCI DE BIEN VOULOIR NOUS DIRE, M. LE DEPUTE;
    Evo Maduro

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.