C’est la rentrée 2017-2018 1 commentaire


Et c’est parti pour une nouvelle rentrée, enfin pas pour tout le monde, puisque des enseignants des groupes scolaires Charles Perrault et Henri Wallon ont décidé de faire grève pour le 04 septembre 2017. Quelle bonne idée, n’est-ce pas !!! Lol

Bref, ce sont pas moins de 630 000 élèves de l’Académie de Lyon qui feront leur emprunteront le chemin des écoles, et plus de 12 millions en France

Et avec cette rentrée, certains élèves auront certainement droit à une visite des élus. Comme vous l’avez certainement lu ou entendu dans les médias écrits et télévisuelles, cette rentrée commence par une nouvelle réforme du nombre d’élèves dans les classes situées en zone REP+ (réseaux d’éducation prioritaire renforcés) avec un nombre maximum de 12 élèves dans les classes de CP. Certaines dérogations ont été acceptées pour un total de 13 élèves.

Mais vous avez certainement aussi entendu, le mot REP. Alors quelle différence entre REP+ et REP. Selon le ministère de l’Education Nationale

Les REP+  concernent les quartiers ou les secteurs isolés connaissant les plus grandes concentrations de difficultés sociales ayant des incidences fortes sur la réussite scolaire et les REP plus mixtes socialement mais rencontrant des difficultés sociales plus significatives que celles des collèges et écoles situés hors de l’éducation prioritaire.

Bon en fait c’est un peu plus compliqué que cela, mais si vous voulez en savoir un peu plus, vous pouvez jeter un coup d’oeil sur le site du ministère de l’Education Nationale ou sur ce site qui explique en détail la différence entre REP+ et REP → vousnousils

Les nouveautés pour cette rentrée 2017-2018

  • Classes de CP dédoublées : réforme des CP dédoublés en réseaux prioritaires renforcés (REP +), soit la mise en place de classes à douze ou treize élèves dans les 2 500 classes de CP situées dans les anciennes zones d’éducation prioritaires
  • Rythmes scolairesretour à la semaine de quatre jours. Consultées depuis le 28 juin, 37% des communes françaises ont choisi de supprimer dès la rentrée la demi-journée supplémentaire de classe (Vénissieux a décidé de maintenir la semaine à 4,5 jours)
  • Evaluations les élèves seraient, à l’échelle nationale, évalués en CP (au mois de septembre) puis en classe de 6e (au mois de novembre)
  • Devoirs faits : le dispositif «devoirs faits», qui prévoit de prendre en charge l’élève lorsqu’il fait ses devoirs, notamment en s’appuyant sur des associations et les équipes pédagogiques – pour qu’il n’ait pas à les réaliser à la maison, toutes les familles n’ayant pas la même capacité à l’aider – doit être lancé à partir de la Toussaint dans les collèges.
  • Stages de réussite : la généralisation, pour 108 000 élèves (de CM2 et entrant en 6e) de «stages de réussite» permettant de réviser le français et les mathématiques, trois heures par jour sur cinq jours, durant les vacances de printemps et/ou d’été, et de se familiariser le cas échéant avec son nouvel établissement.

Source site Internet Libération → Rentrée scolaire : ce qui change cette année

Bonne rentrée aux élèves et bien évidemment aux mamans qui elles aussi, vont devoir gérer tout ça.

L'info c'est le partage !.


Laisser un commentaire

Commentaire sur “C’est la rentrée 2017-2018

  • Franck Muller
    Faire des réformes sans donner les moyens supplémentaires, c’est déshabiller Pierre pour habiller Paul, c’est enlever des moyens aux CE 1 et CE 2 pour les donner aux CP….C’est pour dire que l’on a réformé quelque chose, mais çà, on a l’habitude de la com venant de Macron.

    Certes près le désastre du Ministère Vallaud-Belkacem, le nouveau Ministre de l’Education, M. Blanquer, apparaît comme un moindre mal.Or, ce n’est pas parce que ce dernier a mis un coup d’arrêt à certaines réformes désastreuses, et c’est tant mieux, que tout est réglé, loin de là. 
    Ne pas détruire notre système éducatif, c’est bien, reconstruire une vraie Ecole républicaine du mérite et de l’effort, ce serait mieux ! 
    Depuis trop d’années, les politiques menées par les précédents gouvernements, ne produisent que décrochage scolaire, accroissement des inégalités et perte des savoirs fondamentaux. 
     
    L’urgence est de reconstruire les fondations d’un système éducatif qui a pourtant été un exemple pour le monde. L’’Ecole doit retrouver ses missions premières, à savoir l’apprentissage des savoirs fondamentaux, la lecture, l’écriture, et le calcul. Elle doit être le premier vecteur de l’ascenseur social, et aider à l’intégration des enfants issus de la diversité, comme elle a pu le faire pour des enfants de souche Italienne, Espagnole, Portugaise, et bien d’autres.
     
    A Debout la France, nous estimons que rien ne se fera sans :
     
    1 –  le retour de la discipline et de l’autorité des enseignants dans les écoles, avec une revalorisation de leurs salaires.
    2 – l’apprentissage des savoir fondamentaux avec la refonte des programmes, notamment en redonnant toute sa place à l’enseignement chronologique de l’Histoire et en augmentant le nombre d’heures de Français.
    3 – l’abrogation de la réforme du collège et l’instauration d’un brevet et d’un baccalauréat exigeants.
    4 – le maintien des programmes nationaux pour assurer l’égalité républicaine de l’enseignement et éviter le mirage de l’autonomie des établissements, symbole d’une Ecole à plusieurs vitesses.