Conseil de quartier Parilly : l’inquiétude des habitants

Tout n’est pas acté !!! C’est ainsi que l’on pourrait tirer de la conclusion du conseil de quartier qui a eu lieu mercredi 14 octobre 2015 et dont les questions ont tourné autour du Puisoz et des 600 logements qui devraient être construits, sur un projet qui va s’étaler sur une dizaine d’année. Et comme je l’avais pressenti, les habitants de ce quartier étaient très remonté contre la construction de ses logements sur le terrain du Puisoz.

Un terrain de 20 hectares (200 000 m²) qui devrait accueillir les magazins Ikéa et Leroy Merlin, ainsi que la construction d’autres programmes immobiliers.

Les riverains du Puisoz, s’inquiéte plutôt de la construction de ses 600 logements qui correspondrait à une population de 2 400 personnes, mais la municipalité ne veut pas se contenter d’une simple zone commerciale et pour faire baisser l’inquiétude auprès de la population de ce quartier, Mme Le maire a donné comme raison : 

Nous voulons un lieu de vie sur ce secteur à urbaniser depuis 30 ans, afin d’éviter des camps de Rom comme en 2007 ou une zone morte le soir qui favoriserait l’insécurité dans le quartier. Question logement nous prévoyons des résidences pour personnes âgées et pour étudiants, du social et du privé avec des commerces et des services publics.

Bien évidemment toute celà devra être acté avec la Métropole. Donc, ce terrain a été choisi pour éviter les squatts des Rom et contre l’insécurité ?Les habitants n’étant pas rassurés par cette explication, Mme Burricand conseillère municipale (PCF) et métropolitaine est montée au créneau pour donner elle aussi son explication

J’ai grandi avenue de Pressensé avec une vue imprenable sur ce no mans’s land qu’il fallait traverser dans le noir. Par sécurité il vaut mieux construire des habitations. Avec 600 logements, on ne construit tout de même pas les Minguettes ! Là-bas, c’est 27 000 personnes dans le quartier. Ici on en est loin

Les habitants des Minguettes (1) apprécieront cette explication

Même l’explication de Mme Burricand n’a pas suffit à faire retomber la tension, puisque une habitante a répliqué par

Nous avons le droit d’être inquiets. Vous répondez par l’ironie, Madame, mais nous, nous avons investi dans ce quartier et nous souhaitons préserver sa qualité de vie.

Et cette dame a bien raison d’être inquiète, puisque déjà les travaux qui débuteront normalement au printemps 2017 par la construction de Leroy Merlin et Ikéa vont engendrer pas mal de problèmes de circulation, et autres… Donc je vous laisse imaginer la configuration de ce quartier une fois que tout sera terminé.

Mais pour Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux, qui répond aux inquiétudes des habitants sur les 600 logement prévus; elle a tenu à rappeler que 

3 000 personnes ont fait une demande de logements sur la commune, dont 2 000 vénissians et  1 000 extérieur. Nous devons tenir en compte et créer l’offre

Source Le Progrès

(1) Petit rappel historique sur le nom donné à ce quartier : Selon Wikipédia, le nom Minguettes provient d’un bourgeois de Lyon, Gallien Minguet, qui y possédait un domaine au XVIIeme siècle.

Voir l’édition du Progrès en version papier du vendredi 16 octobre 2015 ou sur internet → Le Progrès

L'info c'est le partage !.

1 Commentaire

  1. vraiment cette mairie se fou de nous et de plus en plus ouvertement
    tu leur dis quoi que ce soit, il te reponde pas et se foute de toi derriere,
    ils veulent rajouter des logements sociaux? ou bien renouveller leur electorat vieillissant ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.