Ecologie : Sandrine Perrier désabusée par l’action politique

Lors du premier tour des élections municipales à Vénissieux, les écologistes ont bien eu du mal à se faire entendre, d’autant plus que dans le journal Médiapart, Sandrine Perrier, tête de liste en mars 2020, précise que les trois élus de la période 2014-2020 ainsi que les cinq militants étaient sans réunion depuis des années, et là on se demande pourquoi avoir monter une liste pour les élections municipales et métropolitaines du mois de mars 2020.

Selon ses propos, il n’y avait pas de groupe politique actif sur Vénissieux, ce qui prouve que le mouvement écologique dans notre commune, ce n’est pas encore ça. Sur la campagne électorale du premier tour, elle avoue que le budget alloué était de 5 000 euros, pas de quoi faire une vraie campagne. L’absence de militants, de moyens financiers ont fait en sorte que le parti EELV a réalisé un moins bon score au premier tour, que lors des élections européennes de 2019.

Pour le second tour, l’alliance des écolos avec les communistes n’est en soit pas une surprise car selon Sandrine Perrier, ce serait sous la pression des équipes de Bruno BERNARD (EELV) que la fusion a pu être faite afin de conforter l’alliance avec la gauche au niveau métropolitain.

« Si notre circonscription était si importante, pourquoi on ne les a pas vus pendant la campagne ? »

C’est vrai que lors de la campagne du second tour, on a pas vu M. Bernard à Vénissieux, et les militants écolos étaient bien timides !!!!

Aujourd’hui le conseil municipal compte trois adjoints écolos :

  • Lanouar Sghaier (écologiste, 6e adjoint) est en charge de la Voirie, des Transports, du Cadre de vie, de la Propreté.
  • Patricia Ouvrard (écologiste, 13e adjointe) au Conseil de quartier.
  • Nicolas Porret (écologiste, 12e adjoint) hérite du Commerce et de l’Économie sociale et solidaire

Les actuels adjoints EELV de la majorité, arriveront-ils à faire remonter le nombre de militants sur Vénissieux, auront-ils une visibilité sur les décisions prisent au plus haut niveau, mystère et boule de gomme

Sandrine Perrier est aujourd’hui désabusée par l’action politique et on peut le comprendre, étant donné le faible nombre de militants EELV sur Vénissieux. 

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.