Ils sont arrivés à Paris : et après ?

Epinay Sur Voves
Epinay Sur Voves

Samedi 31 octobre 2015, Paris. Les marcheurs partis des Minguettes et rejoints par quelques personnes se sont retrouvés à la Bastille, ou ils ont pu croisé la marche de la Dignité. La marche de la citoyenneté de Arbi Rezgui, qui est parti le 17 octobre des Minguettes, accompagnées de Leila et Amstar n’ont pas trouvé un écho médiatique national, et ceci est bien malheureux, car il en fallait du courage pour parcourir tous ces kilomètres.

La marche de la Dignité a réuni plus de 5 000 personnes, ce qui est un succès mais médiatiquement cela a été à mon avis un flop. Mais intéressons nous à la marche de Arbi Rezgui, Leila et Amstar, qui depuis Vénissieux ont marché jusqu’à Paris.

A Paris ils ont été rejoints par d’anciens marcheurs. Malheureusement, Arbi n’a rien posté sur sa page FaceBook, et nous n’avons aucune photo de cette journée.

On ne peut que féliciter Arbi et ses amis d’avoir fait autant de kilomètres, qui leur ont permis de rencontrer des gens extraordinaires. Arbi n’a malheureusement pas eu le succès médiatique qu’il méritait. Malgré tout, et bien avant son départ, Arbi avait déclaré

Ce n’est pas le nombre qui compte, même s’il y a qu’une personne qui arrive à Paris, même s’il y a qu’une personne qui a compris le message. Ça me suffit.

Nous attendons patiemment son retour afin de connaître son ressentiment et nous faire part de cette expérience.

La question que l’on peut se poser aujourd’hui est toute simple : ET MAINTENANT ON FAIT QUOI ?

L'info c'est le partage !.

5 Commentaires

  1. Salut à tous.
    oui, BRAVO à eux et à tous ceux qui prennent ce genre d’initiative. mais on voit bien le résultat.
    les médias s’en cognent, et du la France aussi. N’oublions pas que la France de 2015 ne pense qu’a travers les médias. si ce n’est pas diffuser sur BFM LCI ou autre chaîne d’info, c’est que ça n’existe pas. entre prarentahese, ce n’est que le reflet de l’etat d’esprit de la France en ce moment…
    la presse est moins libre en France qu’au Ghana, au cap vert, en Namibie, à la Jamaïque, en Uruguay, au Surinam…. ( http://index.rsf.org/#!/ )

    Tous comme Spartacus, je pense que la solution ne pourra être que politique. les paroles et les manifestations, peuvent marquer un temps, mais un parti ou une intégration plus importante en politique serait bien plus efficace.

    Assez de nous prendre pour les chibani arrivés pour reconstruire la France, juste bon à prendre le boulot qu’on veut bien nous donner.
    Nous ne pouvons plus nous contenter de prendre ce qu’on daigne nous donner….

    mais chosisons nous vraiement nos represantant?…

  2. ls sont arrivés au bout de leur périple en sillonnant les routes de France et de Navarre pour atteindre enfin la capitale. Quelques 500km parcourus trouveront grâce à nos yeux du mérite qui leur en coutât de laisser derrière eux, familles et travail pour s’en aller porter le message de désespoir qui demeure en banlieue vers un pouvoir qui n’en a cure ou qui n’en mesure pas la force assurément.

    Le succès d’une telle entreprise ne se mesure pas à l’aune des médias qui en permit la nature mais bien dans les cœurs qui se réjouissent du bienfait d’une telle aventure. S’il est un hommage que je porte à l’endroit de la marche, d’Arbi et ses acolytes, je reprendrai ces quelques lignes empruntées à M.Condorcet pour les en remercier très chaleureusement.

    « Qu’importe à celui qui peut faire aux hommes un bien éternel, d’être méconnu un instant, et de perdre des suffrages qui lui auraient peut-être mérité des honneurs de quelques jours ? Regrettera-t-il qu’on l’ait empêché d’être utile ? Mais il le sera bien plus surement encore en remplissant sa noble carrière. Qu’il ait donc le courage de braver la calomnie comme la persécution, et de n’y voir qu’une preuve glorieuse de ses services, plus attestés par ces cris des ennemis de la chose publique, toujours éclairés sur leurs intérêts, que par les applaudissements de ses faibles amis, souvent si faciles à égarer. »

  3. Ils nous font marcher depuis 30 ans. Sa suffit le combat sera politique. Nous devons prendre conscience que si nous voulons peser dans ce pays nous avons les urnes et les elections. Si nous ne sommes pas contents et bien creéons nos partis et faire en sorte que les rapports de forces politiques soient inversés. C’est le seul moyen d »en sortir.
  4. Bien évidemment, c’est tout à son honneur d’avoir parcouru autant de kilomètres sans l’aide de personne, tandis que la marche pour la Dignité était soutenue par je crois une soixantaine d’organisation et d’associations. Ils avaient les moyens. Arbi et ses amis ont marché sans se soucier du côté médiatique, et c’est tout à leur honneur. Je regrette seulement que peu de vénissians, moi y compris, ne se soient pas déplacés à Paris pour le soutenir et dire, OUI on est en encore là et on le restera. Maintenant l’aspect médiatique n’est pas à négligé surtout à cette période ou l’information défile à grande vitesse,à la différence des années 83 ou les réseaux sociaux et les chaines d’info H24 n’existaient pas. Sur le fond, maintenant on peut se poser la question, et maintenant on fait quoi ? Faudra t-il encore attendre 30 pour refaire une autre marche et reparler des mêmes revendications. Marcher, OK et après, toute la question est là !!!
  5. moi je trouve que même en l’absence d’écho médiathique cette marche est un succès: ils l ont faite jusqu’à paris, ils ont fait des vraies rencontres loin du buzz médiathique hypocrite et servile… ils l’ont fait sans soutien des politiques de Vénissieux et avec le mépris affiché de la mairie(déjà en 1983….). c’est comme ça mon pote Haddou, ce monde est cruel à tous ceux qui ne font partie d’aucun sérail et qui ne leur cire pas les bottes!!
    au moins il ne sera récupéré par personne
    Arbi est libre!! il marche pour l’histoire!!
    l’égalité c’est l’avenir….faire la guerre au fric fou aussi!!
    bravo Arbi!! moi ça m’a fait du bien!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.