Karima Souid : Prison avec sursis requis


Karima Souid, ex-membre du parti Ettakatol (gauche), a été élue à l’Assemblée constituante de Tunisie de 2011 à 2014 comme représentante des Tunisiens de France et ce vendredi 23 mars 2018, elle passait devant le tribunal correctionnel de Lyon, pour outrage sur personnes dépositaires de l’autorité publique, en visant la commissaire de Vénissieux et la désignant, d’« incompétente » sur sa page Facebook suite à une lettre envoyé au député de la 14ème circonscription, Yves Blein, où ele avait précisé :

une commissaire démissionnaire et incompétente, des agents de police qui vous manquent de respect

Face au juge et afin de défendre sa position, elle a déclaré :

Cette opinion, c’est la mienne (…) Je pense qu’il y a des gens qui sont morts en France, mais aussi en Tunisie, pour la liberté d’expression

Vanessa Mazière , commissaire à Vénissieux, était présente à l’audience, pour défendre son cas mais aussi son travail en mettant en avant les chiffres d’interventions et d’élucidations de trafics de stupéfiants de ses agents. Son avocate n’a pas pesé ses mots, puisque lors de sa plaidoirie, a jugé les proposé de Karima Souid d’ « écoeurants » et « révoltants».

Le parquet via le procureur de la République a donner son point de vue en dénonçant les écrits de Mme Souid, qui sont faits pour « blesser, rabaisser et humilier »

Hervé Banbanaste, avocat de Karima Souid a évoqué la liberté d’expression en précisant que sa cliente venait quelques instants auparavant d’entendre des remontrances, en forme de leçon de morale, de la part de la procureure.

Ce que fait le procureur, c’est la police de la pensée.

Mais pour l’avocat, tout ceci serait « une procédure bâillon qui a pour but de faire taire » tout en plaidant « le droit de dire des choses qui dérangent dans le cadre d’un débat public », en vertu de l’article 10 de la Convention européenne des Droits de l’Homme

En tout cas cette audience nous a permis d’avoir quelques chiffres sur le travail des policiers à Vénissieux, et des problèmes qui existent dans notre commune, et que les policiers ont reçu près de 15.000 personnes en 2017, ont traité 7.500 procédures.

L’avocate de la commissaire Vanessa Mazière a demandé un euro de dommages et intérêts et l procureur de la République a réclamé trois mois de prison avec sursis.

La délibération aura lieu le 06 avril 2018.

Article du Progrès → Vénissieux: prison avec sursis requise pour avoir qualifié une policière d’«incompétente»

Article de Rue  89 → Procès de Karima Souid : « J’ai le droit de penser que la police est incompétente et de le dire »

L'info c'est le partage !.

Laisser un commentaire