« La bonne voie » et « l’ADN de Vénissieux » 3 commentaires


Alors là, chapeau pour Expressions, n°638 puisque pour ce numéro on a droit à deux interviews, l’une de Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux, et l’autre de M. BenMabrouk, adjoint à l’économie, donc tout ce qui concerne l’emploi et le commerce.

Pour Michèle Picard, « l’industrie est dans l’ADN de Vénissieux », je rajouterai même dans cet ADN, les noms de rues qui font souvent références à des personnalités communiste (lol).

Soyons plus sérieux puisque la première magistrate parle de l’économie donc de l’emploi et que Vénissieux compte un grand nombre de demandeurs d’emploi, qui si je ne me trompe pas atteint le triste chiffre de 8 000 personnes à la recherche d’un travail.

Selon, la mairesse, « la présence des entreprises, à permis à Vénissieux, de ne pas être une cité dortoir », déjà, en 2010 elle avait déclaré dans Expressions

C’est une ville en pleine mutation, la troisième du département, une ville jeune qui ne ressemble pas au cliché de la cité dortoir ou du ghetto ostracisé (Source Expressions)

Heu on ne doit pas avoir la même définition de la Cité Dortoir, car pour un grand nombre de spécialistes, ces grands ensembles restent des cités dortoirs, et la définition sur Wikipédia est très explicite :

Une ville-dortoir, ou cité-dortoir, est une ville avec un marché du travail réduit et dont le principal but est de regrouper des logements. (Source Wikipédia)

Dans cet article, elle cite trois fois la société Carso, laboratoire d’analyse de l’eau et autres produits et installé au pied des Minguettes, en précisant qu’elle emploie 800 salariés. Oups, elle a oublié de préciser que Carso a déménagé de Gerland pour s’installer à Vénissieux, et apportant avec elle, ses salariés. Ce que l’on aimerait savoir, est le nombre de vénissians recrutés et à quel poste. Car cette société spécialisé dans la biologie, et les analyses recrutera certainement mais du personnel qualifié et il faut du temps pour former des vénissians en technicien de laboratoires et en biologiste.

Bon assez parlé de notre maire, et passons à notre adjoint à l’économie. Alors lui, il est trop fort. Quand il était dans l’opposition, il critiquait la politique de la ville, et aujourd’hui il est avec eux. Et oui, il ne faut jamais dire fontaine je ne boirai pas ton eau. Et comme son domaine c’est aussi l’emploi, que dit-il d’intéressant. Selon lui, 480 entreprises ont été accueillies à Vénissieux. Ah bon, et combien d’entre elles ont recruté des vénissians ? 

Superbe, il nous parle de la Charte de Coopération, remis à chaque fois sur la table, et du Groupe Emploi, mais qu’est-ce donc encore cela, bon il parait que c’est un truc qui regroupe les conseillers d’insertion professionnelle de toutes les structures vénissianes (Expressions). Bon, comme dirait l’autre j’ai fait une recherche du terme Groupe Emploi, sur le nouveau site internet de la ville de Vénissieux, et bien je n’ai pas trouvé grand chose, ou alors je suis nul en recherche d’informations. 

Grosso modo, pour l’adjoint à l’économie, la ville fait son travail et que ses services sont sur la bonne voie. 

On apprend pas grand chose de cette interview, mais si cela vous intéresse, le titre de l’article sur Expressions est « Nous sommes sur la bonne voie ».

Ce que les vénissians aimeraient savoir, c’est le budget alloué à l’économie et l’emploi, 1%, 2%, 3%, ou plus, ou alors moins ? Il serait intéressant que M. BenMabrouk Djilannie s’exprime et nous donne le chiffre exact, pour réaliser des actions en faveur de l’emploi, et du commerce. Un autre adjoint aurait été intéressant à interviewer puisque l’emploi le concerne indirectement, c’est M. Idir Boumertit, adjoint au Grand Projet de Ville et à l’insertion, on aimerait aussi connaître le budget qui est affecté à sa délégation.

A quand une interview de l’opposition sur ces sujets importants !!!

L'info c'est le partage !.


Laisser un commentaire

3 commentaires sur “« La bonne voie » et « l’ADN de Vénissieux »

  • ridfa69
    venissieux est une ville dortoir, pas de resto, pas de bar sympa, pas de lieu de rencontres
    une ville devenu morte sous anarchie
  • Jocelyne de Leo
    Vénissieux n est pas une ville dortoir car il y a encore de l industrie sur son territoire. C est à dire que des gens viennent y travailler et non seulement pour y rentrer dormir apres une journée de boulot effectuée ailleurs. Cependant pour combien de temps encore? Car à laisser des boites comme Bosch fermer tranquillement, Volvo faire des PSE en serie, Avadel Pharma, Veninov delicaliser la production et Jean Delatour liquider sa boite Vénissieux risque fort de se transformer à terme en arrondissement dortoir et de consommation de Lyon. Ou alors en campus technologique comme le souhaite la metropole où les actionnaires etrangers viennent chercher du CICE, CIR et autres aides fiscales pendant que la production du produit final sera faite dans les pays à « bas cout ».