Le CLI ?

Bon c’est quoi encore ce sigle. Décidément les technocrates et politiques sont trop fort pour inventer des commissions, des réunions, mais semble moins efficace pour nous sortir, du RSA et du chômage qui touche plus de 10% de la population active

Evaluation chomage
@http://www.insee.fr/fr

Mais revenons sur ce fameux CLI, qui en fait veut tout simplement dire Commission Locale d’Insertion. Ces commissions ont l’air d’avoir de sacrés pouvoirs puisque selon le site internet du PS vénissian EnsemblePourVénissieux

Ces commissions ont de larges pouvoirs puisqu’elles doivent évaluer les besoins d’insertion socioprofessionnelle des bénéficiaires du RSA, recenser l’offre d’insertion, donner un avis sur les programmations, etc…

Et c’est CLI porte même un numéro, décidément tout est une question de numéro :-P . les CLI sont en charge de toutes les questions concernant l’insertion des bénéficiaires du RSA.

Il existe pour le département du Rhône 11 CLI, et le CLI 9 regroupe les communes de Vénissieux, Saint-Fons, Solaize , Corbas, Mions. Depuis peu, le président du CLI 9 a été nommé par le Président de la Métropole. Auparavant, il s’agissait généralement de conseiller métropolitain représentant le territoire concerné. Jusqu’en janvier 2015 la CLI 9 était présidé par Marie-Christine Burricand, conseillère municipale communiste à Vénissieux et conseillère métropolitaine. mais l’annulation en 2015 des élections municipales de mars 2014 a changé la donne. Ce qui fait que depuis 2014, la CLI 9 n’avait plus de présidence. 

Mais grâce à un tour de passe passe de M. Collomb, Président de la Métrople, sénateur et maire de Lyon, celui-ci a :

pris un arrêté qui lui permet de nommer les présidents de CLI sans passer par le vote des élus du conseil métropolitain.

Tiens donc, cette petite tambouille n’est pas précisé sur l’article du site internet du groupe des élus socialistes et républicains !!!

Bref, quoiqu’il en soit, ce ne sera plus un conseiller métropolitain qui présidera la CLI 9 mais M. José FELIX, DRH du Groupe ALDES. Quoi un patron privé qui est en charge de la Commission Locale Insertion, de quoi faire hurler Mme Burricand, qui a vite posté un article sur son site Internet

Et Mme Burricand est colère de chez colère puisque selon elle, cette manoeuvre de M. Collomb serait une revanche suite à la défaite du parti socialiste lors des élections de mars 2014, et des élections municipales partielles de mars 2015

Gérard Collomb a la rancune tenace et n’a pas digéré les défaites des listes qu’il soutenait à Vénissieux en 2014 et 2015, pas plus que l’opposition des communistes à la réforme de collectivités territoriales qui a enfanté la Métropole ! […] Une fois de plus Gérard Collomb affiche sa conception archaïque de la vie politique, exerçant la présidence de la Métropole comme un potentat, ainsi que ses affinités avec le gouvernement et son ministre de la casse du droit du travail Macron. Je suis inquiète du recul démocratique qui se confirme après ces premiers mois de fonctionnement de la Métropole.

Même Mme Picard, maire communiste de Vénissieux, n’est pas contente puisqu’elle a déclaré dans Expressions que :

Qu’on change ainsi les choses sans passer par le conseil de la Métropole, c’est intolérable. Et puis on ne peut pas accepter que les élus soient écartés au profit de personnes issues du secteur privé qui n’ont pas de légitimité pour assumer de telles fonctions. Que les entreprises soient associées, oui, c’est nécessaire ; mais les élus doivent rester décideurs. D’autant qu’avec son expérience, Marie-Christine Burricand, élue de Vénissieux, commune qui représente 70 % des bénéficiaires de la CLI n° 9, aurait dû en toute logique être reconduite à la présidence.

Quant au parti socialiste, il se réjouit de la nomination de M. Félix, tout en y apportant un petit bémol

Compte tenu des missions de cette instance, nous ne pouvons que nous réjouir de cette initiative du Grand Lyon. Mais nous ne pouvons pas non plus manquer de remarquer que cette CLI est aujourd’hui la seule qui ne sera pas présidée par un élu métropolitain. Doit on voir dans cette orientation le souhait d’innover sur notre territoire ? Cette nomination s’est elle faite en parfaite cohérence avec la municipalité de Vénissieux et plus particulièrement avec ses conseillers métropolitains  ? Nous espérons en tout cas que les récentes prises de position de Madame Picard ne sont pas à l’origine de ce qui pourrait être interprété comme un signe de défiance vis à vis de la municipalité de Vénissieux ?

Le fait est que M. José FELIX (DRH du groupe ALDES) est maintenant Président du CLI 9, nous verrons si cette commission prendra bien en compte les difficultés des personnes bénéficiant du RSA, car le plus important est de permettre à ces demandeurs d’emploi de s’insérer par le biais d’un retour à l’emploi ou par une formation. Nous verrons dans quelques mois si le travail la Commission Locale d’Insertion, présidée par une personne venant du privée est une bonne chose ou pas.

L'info c'est le partage !.

8 Commentaires

  1. Sans faire aucun parallèle comment et par qui sont nommés les membres des conseils d administration des régies? Regie du théâtre, Bizarre; ….même la commission des impôts n échappe pas a l empreinte des monarques venissians. D ailleurs un DRH donc un professionnel est toujours plus objectif qu’une élue qui pourrait être taxée de clientélisme voir de favoritisme…………,.
  2. Sans caricaturer la chose, un ou une élu qui ne vient pas du haut du panier aurait été plus pertinent. Choisir un patron qui vit du travail des autres pour estimer les besoins des gars au RSA. C’est sur il doit vraiment savoir ce que vivent ces personnes. D’ailleurs au moyen-âge c’était le seigneur qui décidait des besoins des serfs. Le message c’est quand même: « Nous savons ce qui est bon pour vous alors taisez vous »

  3. 100% d accord avec toi
    Fallait prendre un SDF pour le poste, au moins dans ta mentalité, il ne gagne pas d argent donc un etre humain meilleur
    La compétence on s en fou
  4. Un patron pour décider des besoins d’insertion des bénéficiaires du RSA? Le PS nomme en oubliant au passage la démocratie un gars qui gagne en une journée le revenu mensuel d’une personne au RSA c’est très pertinent.

    Un DRH dans ce système financiarisé c’est un gars qui travaille à avoir le minimum de salarié dans son entreprise pour un maximum de rentabilité et il met en place des PSE de temps à autre. En gros il participe à la fabrication de futurs bénéficiaire du RSA.

    Sa philosophie de la solidarité (l’essence même du RSA) dans l’entreprise, c’est soit le plus performant, écrase tes collègues en faisant un meilleur chiffre qu’eux et toi tu resteras, les autres seront virés. Le candidat parfait en somme pour ce poste. PS parti des patrons.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.