Le TOP 2012

« Expressions » n°498 vient de sortir un article sur le TOP et me permet une fois de plus d’écrire la suite de mon enquête sur cet organisme. On n’est pas surpris de voir que ce journal local n’a aucune objectivité puisque il ne donne pas toutes les infos. Alors que nous dit le journaliste de « Expressions », bref on peut y lire l’historique de la création du TOP, voulu par André Gérin, (autrefois maire, aujourd’hui député et demain simple conseiller municipal). En lisant l’article on s’aperçoit que c’est tout simplement un communiqué de la mairie, on apprend que les employés seront « municipalisé », chouette pour eux, mais que veut dire ce mot. Dans quelles conditions seront-ils recrutés, garderont-ils leur ancienneté, leur salaire, leur avantage sociaux, etc etc . De plus je tenais à informé Expressions qu’à partir de 20h15 il n’y a plus aucun agent sur le terrain, c’est uniquement une permanence téléphonique, mais cela, la ville ne le dit pas. Une fois de plus les élus se moquent de nous et ne nous disent pas la vérité, de ce qu’est vraiment le TOP. Qui à décidé de la fermeture de cette structure, faudrait que Mr Falconnet et son directeur de la sécurité s’expliquent. Début 2012 le TOP ne sera plus une régie autonome mais d’une délégation de service public. Ouah, super la mascarade. La ville ne dit pas et ni le Progrès qu’une des personnes du TOP doit passé au Prudhomme au mois de novembre. Office Public de la Tranquillité (tu parles) une bien belle connerie qui a coûté un maximum d’argent, une moyenne de 500 000 euros par an. Bien sur cela a permis à certaines personnes d’avoir du travail, mais sont elles satisfaites de leur emploi, pas du tout, d’après ce que j’ai pu savoir. Aucun management, aucune considération de la part des élus en charge du TOP, aucun directeur depuis plusieurs mois, etc etc. Je pourrais encore dire un certain nombre de choses, mais je risquerai d’être attaqué pour diffamation. Exemple le jour ou la ville a appris mon enquête sur le TOP, c’était le branle bas de combat, tout le monde cherchait à savoir d’ou venait mes informations. Pourquoi ? de quoi la ville a t-elle peur ? On peut se poser bien des questions. Ce qui est certain c’est que cela dérange un certains nombres de personnes, et c’est tant mieux, car il faut que çà change. Les secrets internes, les petits arrangements, les choses qu’il faut dire ou pas, les vénissians ont besoin de transparence et c’est pour cela que j’invite tous les vénissians à s’exprimer et à s’indigner afin de montrer leur ras-le-bol dont la ville est gérée. Mon enquête se poursuit sur le TOP et la mission locale ainsi que le SITIV.

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.