Marché des Minguettes : un problème récurrent.

Dernièrement le Progrès a encore fait un article sur la marché des Minguettes, çà tombe bien, il faut parler de ce marché qui est complètement laissé à l’abandon et ou le stationnement sauvage est devenu monnaie courante, et la municipalité depuis des années n’a rien fait pour améliorer les choses. Mais face à ce marché il existe depuis deux ans un marché parallèle, ou plutôt un marché de la misère ou les gens essayent plus ou moins de vendre des marchandises d’occasion ou des choses qui ont été souvent récupéré dans des déchetteries ou dans des poubelles. Pourquoi ces marchands de la misère font-ils cela, tout simplement car ils n’ont pas d’autres moyens de gagner un peu d’argent pour faire nourrir leur famille. Au début c’était essentiellement des ROMS mais aujourd’hui on trouve toutes sortes de catégories de personnes car la misère augmente. Les opérations de police n’y feront rien, alors qu’à trouver la municipalité pour éviter cette soi disant concurrence aux « gentils forains ». Et bien rien, en fait elle compte sur l’ADPM (Association pour le Développement et la Promotion des marchés) afin de trouver des solutions. Il faut dire que la ville de Vénissieux vient tout récemment de prendre son adhésion à cette association pour un montant de 5 000 euros par an; oh encore de l’argent gaspillé inutilement. Et Mme le maire croit dur comme fer à cette association en qui elle a entièrement confiance et pour faire face aux critiques, elle nous lance la fameuse phrase « Il revient à l’Etat de s’emparer de cette problèmatique ». Ouais OK et la problématique des stationnements, elle appartient aussi à l’état, quel piètre excuse, Mme le maire et compagnons (adjoints de la majorité) , trouver d’autres excuses.

L'info c'est le partage !.

1 Commentaire

  1. Souvenez vous , les grevistes de la faim, les marcheurs ,Toumi et autres ,ils
    vont marquer l’histoire local, national et meme international , que de livres
    sur ses hommes et femmes.Et quand vous rentrez à Vénissieux, rien sur eux
    et pourtant la ville parle souvent d’ eux, il serait peut etre temps d’ avoir
    une rue toumi djaidja à monmousseau cela marquera notre histoire à nous
    tous Venissians, deja la préparation d’ un film à la mairie de faire cette effort.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.