Médecins en grève : pour ou contre !!!

Medecin en greveAie aie, docteur j’ai mal. Et non y a pas de médecins, ils sont en grève. C’est un peu caricatural, je le reconnais. Mais il est clair que lorsque les médecins se mettent en grève, c’est la panique. Un médecin m’a déclaré que les délais d’attente aux urgences étaient de 7 à 8 heures en fonction de la gravité du patient, bien entendu.

Cette gréve est-elle justifiée et que réclament exactement les médecins. Certaines organisations de praticiens, à l’image de la Fédération des médecins de France (FMF), réclament le retrait pur et simple du projet de loi Touraine. C’est la généralisation du tiers payant obligatoire qui suscite le plus de remous, une mesure défendue par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, mais les médecins ne veulent pas entendre parler du fait de la complexité administrative.

Voyons ce qu’il se passe chez nos amis européens, seules la Belgique, le Luxembourg, et donc la France, font exception à la règle, 25 autres pays européens appliquent le tiers payant. Pourtant c’est une promesse de campagne de François Hollande donc les médecins ne sont pas pris au dépourvu. Pourquoi faire une grève maintenant ?

Cette fameuse compléxité administrative, aie aie. La raison invoqué par Claude Leicher, président de MG France est que « Il existe plus de 400 mutuelles en France, il y a donc beaucoup de papiers à envoyer, or un généraliste sur trois n’a pas de secrétariat pour gérer les tâches administratives et on risque de ne pas toujours être payés»,  » (source). Certains infirmiers invoquent la même raison, et les kinés, les sages-femmes, ils en pensent quoi. Putain de paperasse : lol

Pourtant selon Philippe Gaertner, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (PSPF), chez les pharmaciens, le tiers payant s’est généralisé « sans problème ».

Mais les revendications ne s’arrêtent pas là, car la plupart des syndicats de médecins réclament une hausse (de 23 à 25 €) du tarif de consultation des généralistes.

Les médecins ne devraient-ils pas jouer le jeu afin de faciliter l’accès aux soins des citoyens, n’oublions pas que 20 à 25 % de la population renonce aux soins pour raisons financières. 

Certains médecins sur Vénissieux pratiquent déjà le tiers payant partiel, ceux qui le pratiquent ont certainement une secrétaire qui gère toute la paperasse, certes un médecin seul passera plus de temps à s’occuper de l’administrative. Il serait peut-être judicieux de réfléchir à créer plus de maison de santé ou un pôle santé afin améliorer la qualité de la prise en charge (permanence des soins, gestion informatique des comptes rendus de prises de sang, secrétariat commun, etc.).

La reconnaissance passe t-elle aussi par les finances. A méditer.

Je pense que vous avez tous été au moins une fois chez un médecin, faîtes nous part de vos expériences.

L'info c'est le partage !.

4 Commentaires

  1. En France dire que 25 à 30 % des français renoncent aux soins pour raisons financières c’est faux. Les chiffres c’est 1% de renoncement chez un généralise et 5% chez un autre spécialiste. Par contre 25 à 30% renoncent aux soins : d’optique et dentaire, parce que l’Etat s’est désengagé depuis belle lurette à rembourser quelque chose dessus et souvent faute de complémentaire santé. D’autre part le TPG n’est pas qu’un soucis administratif pour les médecins, c’est surtout une mise sous tutelle de l’Etat. L’Etat qui par ce biais devient l’unique financeur des médecins avec toutes les pressions que cela comporte sur lui et sa perte d’indépendance pour soigner le patient. La Sécu commence déjà a envoyer des courriers pour orienter les prescriptions, et avec le TPG elle pourra forcer la main et ainsi sanctionner. Ce que vous devez comprendre c’est que les patients seront les premiers sanctionnés. Le TPG n’est en rien une mesure sociale car celui , non salarié, qui est trop riche pour avoir la CMU et trop pauvre pour se payer une mutuelle sera toujours dans la même situation avec le TPG.
    La grève n’est pas un mouvement corporatiste, les mouvement actuels un peu partout qui se développent (Quimper, Roanne, Ain, 65, 95 ..) sont des mouvements qui défendent la médecine libérale et l’indépendance de prescriptions ainsi que le secret médical (bafoué avec cette loi et la création de la base patient qui saura tout de vous et vendra ces données aux assureurs, mutuelles, banques…et qui adapteront vos cotisations en fonction de vos risques..). A l’inverse vous avez des syndicats, comme la CSMF et MG France par ex, qui eux, alors qu’ils étaient au départ pour ce TPG, retournent aujourd’hui leur veste et en profitent pour revendiquer une hausse de 2€. Ces syndicats là ne sont pas représentatifs des médecins de la base ni de leur combat contre cette loi.
  2. avec une informatique vraiment opérationnel on devrait bien réduire le temps « papiers »
    faut il encore le vouloir. Les technocrates sont ils prêts. Pas sur !!
  3. Le problème est toujours de se prononcer sans connaissance suffisante et sur des représentations.

    94% des généralistes sont en secteur 1 sans dépassement. Leur refus de gérer la partie mutuelle du tiers payant est une impossibilité économique. Les pharmaciens ont accepté de gérer le tiers payant avec les mutuelles en échange d’une augmentation de leur chiffre et de leur marge et ont embauché un personnel dédié à sa gestion
    Les infirmiers ne pratiquent pas le tiers payant avec les mutuelles car seulement pour leurs patients chroniques pris en charge à 100%. Pour le faire ils font appel aux médecins qui font gratuitement les démarches administratives….Les médecins font le tiers payant pour les patients pris en charge à 100%. Pour ces deux professions cela représente quand même d’ores et déjà des charges administratives de l’ordre de 3 heures par semaine pour des situations réputées les plus simples….

    Les 2/3 des médecins ne peuvent pas se payer une secrétaire et étouffent sous les charges administratives qui représentent 3 heures de travail par jour (sans aucune rémunération sans aucune possibilité de délégation par absence de marge économique).
    Les médecins sont au taquet en terme d’activité chiffrée à 56 heures par semaine (IRDES) en incluant les temps partiels à 36h/S choisis pour des raisons familiales avec une démographie en baisse de 0,5% par an depuis 5 ans, une baisse d’activité de 2% par an et une baisse de revenus de 1% par an depuis 10 ans. La popilation croit de 1% par an faut il le rappeller?

    La rémunération horaire d’un médecin est de 26€ en baisse constante depuis 10 ans. Sa seule possibilité d’équilibrer consiste à augmenter son temps de travail. Toutes les charges administratives qui lui sont ajoutées depuis 20 ans ont été assorties d’un habillage informatique simplifiante alors que la réalité est celle d’une embolie de papier et de dispositifs informatiques obsolètes chronophages. Le temps soignant amputé par le temps administratif voilà la principale cause de refus de nouvelles contraintes.

    Le tiers payant est déjà de fait pour les 100 régimes d’assurance maladie obligatoire et nous refusons de le gérer avec les 800 mutuelles et assurances qui ne jouent pas le jeu en multipliant les tracasseries administratives et les ardoises. Nous avons connu cela entre 1997 et 2005 puisque nous l’avons tenté et voyons nos collègues pharmaciens enlisés dedans au quotidien.

    Les centres de santé qui pratiquent le tiers payant sont tous déficitaires et ne peuvent s’équilibrer que par une subvention par patient de 46 € par an et seulement si ils ont des dentistes qui apportent une marge financière au centre. la plupart du temps ils doivent recevoir une subvention supplémentaire des ARS. (rapport de la mutualité 2013).

    les urgentistes ont fait greve pour obtenir le paiement d’heures supplémentaires pour faire face aux 19 millions d’actes par an (300 millions pour les medecins libéraux) dus à la décroissance des actes de médecine générale. chaque passage aux urgences représente un surcout de 95€, l’hopital consomme 10% de plus des ressources santé tous les 20 ans.
    On augmente les pompes pour vider le bateau qui coule sans réparer les brèches.
    La ministre a répondu en 6h00 à la menace des urgentistes elle consent à nous recevoir dans 3 semaines. on se fout de qui ?

    Maintenant l’hopital se dit que les ressources de la solidarité lui reviennent de droit et tant pis pour les libéraux qu’ils se débrouillent avec les mutuelles et n’ont qu’à s’équilibrer avec des dépassements d’honoraire.

    Mon syndicat MGFrance réaffirme la place de la médecine générale dans la société.
    Médecins de la personne, de l’écoute et du soin, de la prévention et de la santé nous redisons toute notre place et notre volonté de rester accessible à tous.

    Mais là trop c’est trop et en terme de pénibilité je vous invite à réfléchir à notre métier qui est sur le podium du palmarès de la surmortalité et du suicide.

  4. LE tiers payant ok, mais derrière faut arrêter 400 mutuelles c’est ingérable faut au niveau informatique qu’ils se regroupent pour un seul envoi et un seul interlocuteur.
    Sinon pour moi, faut qu’ils soient mieux payé mais qu’ils acceptent aussi les déserts medicaux et les visites à domicile.
    Large débat, et les dentistes? et les pedicures? les ortophonistes etc etc

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.