Michèle Picard soutient l’élu condamné

Les rentrées politiques de Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux, se déroule toujours au Club de la Presse, qui d’ailleurs reçoit une subvention de la municipalité. Personnellement je me demande bien pourquoi notre maire se déplace à Lyon pour ce rendez-vous. De plus à ce jour, seul Expressions, et Le Progrès ont fait un article sur événement politique, à ma connaissance LyonMag, et LyonCapitale n’ont à priori pas encore publié d’article.

En visionnant la vidéo de sa conférence de presse, on constate qu’il n’y a pas grand monde, d’un point du vue médiatique c’est bien inquiétant pour une maire qui dirige la 3ème ville du Rhône et la 7ème de la Région.

 

Et comme, seuls les journalistes sont invités, je suis donc passé par la case site internet de notre maire pour avoir un peu d’infos. Rien de surprenant dans son discours, puisque la moitié de celui-ci remet en cause la politique de Manu, heu pardon du Président Macron, et son premier ministre Edouard Philippe.

Dans son discours publié sur son site internet, aucune information concernant la condamnation de son adjoint M. Thierry Vignaud (MRC) chargé de l’état civil, élections, cimetières, et qui a été condamné à six mois de prison avec sursis, une mise à l’épreuve de deux ans, 3 000 euros d’indemnisation pour les employés du bar et les fonctionnaires de police, mais aussi une obligation de se soigner suite à cette violente altercation dans un bar du 8e arrondissement survenu au mois de mai 2018.

Au mois de juin, Michèle Picard (PCF) avait déclaré être « contre la double peine », propos qu’elle a réitéré quand la question lui a été posée par le journaliste du Progrès concernant l’élu : 

Il reste adjoint pour l’instant, il n’a pas démérité par rapport à sa délégation. La justice est passée, je suis contre la double pleine. Il serait tellement facile de tirer sur ce père de famille comme certains n’ont pas manqué de le faire. J’ai opté pour un traitement humain. Ce n’est pas du laxisme. Conserver ses responsabilités d’adjoint peut l’aider à guérir. Mais il n’y aura pas de seconde chance.

J’aurai bien aimé savoir qu’elle aurait été la réaction de Mme Picard, si un élu de l’opposition ce serait trouvé dans la même situation. Donc on a un élu, qui est censé donner l’exemple, qui a été condamné pour des actes violents envers des employés et des policiers, et Mme le maire, considère, qu’il faut lui donner une seconde chance, car c’est un père de famille. Et bien heureusement que notre maire n’est pas non plus juge au tribunal car, si on suit son raisonnement, tout le monde a droit à une seconde chance si la personne souffre de problème de dépendance à l’alcool.

De plus, avant cette affaire, M. Vignaud voulait démissionner, ce que Mme le maire a refusé. On pourrait se dire que l’adjoint en question aurait pu une fois de plus demander sa démission, mais notre maire a décidé de le garder à son poste 

Article du Progrès → La maire de Vénissieux n’évince pas son adjoint condamné : «Je suis contre la double peine»

Article de sa condamnation →Violences dans un bar: Thierry Vignaud, élu de Vénissieux, condamné à du sursis

 

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.