Mourad Benchellali : « Les frappes de la coalition profitent évidemment à Daesh »

LyonCapitale a publié une interview de Mourad Benchellali sur des sujets qui restent d’actualité comme le terrorisme, le salafisme, les jeunes et la radicalisation…

Certes vous ne trouverez pas de réponses sur tous ces sujets, mais il apporte sa propre analyse suite à son vécu.

Concernant la situation sur Vénissieux, Mourad Benchellali part du principe que :

J’ai l’impression que la situation est la même partout, la religion prend de plus en plus de place dans la vie des individus.

Il revient sur l’épisode de la mosquée de la Pyramide, qui selon les autorités préfectorales et municipales, ne respectaient pas les normes de sécurité. La mosquée a été fermée et détruite mais selon Mourad Benchellali :

Je pense que cela pose beaucoup de problèmes. Il n’y a pas d’alternative pour les 600 fidèles de cette mosquée, fermer la mosquée salafiste à Vénissieux a poussé à la clandestinité. Cela peut provoquer du ressentiment, être interprété comme une attaque contre l’Islam. Ce n’est pas que Vénissieux, il y avait aussi Saint-Fons.

Aujourd’hui certains responsables de la sécurité dont le patron de la DGSI, craignent une « guerre civile », sentiment que partage aussi M. Kabtane, mais pour Mourad Benchellali, le terme est un peu excessif, et il se base sur ce qu’il s’est passé il y a quelques mois en Allemagne :

En Allemagne par exemple, on a eu des manifestations anti-islam avec plus de 50 000 manifestants, et on est loin de la guerre civile.

Bien évidemment, il craint, comme tous les musulmans de France

des affrontements, une confrontation. D’ailleurs après chaque attentat, on le voit, il y a des actes anti-islam

Retrouvez l’intégralité de cette interview réalisée par David Pauget sur le site de LyonCapitale

L'info c'est le partage !.

3 Commentaires

  1. Mireille a raison.
    Une chose serai intéressante, c’est de savoir par quelles circonstances ce local de jardinier s’est transformé en mosquée.
    Monsieur Gerin pourrait peut etre répondre à la question.
  2. Se n’était pas une mosquée mais un ancien local des jardiniers municipaux , utilisé comme salle de prière .Et le vendredi les pelouses autour de ce local étaient envahies par 300 à 400 personnes . Je l’ai constaté en me rendant sur place plusieurs fois (Prise de photos) . La sécurité était » limite » .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.