Permis à point

Le permis à point pour les élèves du groupe scolaire Charles Perrault à Vénissieux, décidément les enseignements ont des idées bien saugrenues. Après le permis à point pour les adultes, voici le permis à points pour les enfants du primaire des zones sensibles. Mais qui à inventer ce système. A ma connaissance il y a un règlement que l’on accepte au début de l’année alors pourquoi encore une telle idée. L’enfant devra faire attention à ne pas griller le feu rouge, sinon les points sautent et lorsqu’ils n’en restent plus, on convoque les parents. Que va apporter de plus ce permis, rien, que dalle, et bien évidemment les parents n’ont pas leur mot à dire. Il faut signer et accepter le règlement. Les enseignants devraient avoir un esprit plus civique en organisant des réunions d’explication en la présence des parents et des élèves et je sais qu’il n’est pas évident d’organiser ce genre de réunion ou peu de monde est présent. Mais c’est tellement facile de faire signer un document par l’élève et les parents et en cas de problème ou de forte diminution des points, on vous convoque. Je ne sais pas si ce procédé est vraiment utile, certains enseignements sont à mon avis réticent, mais il faut appliquer les directives. A quand le bonnet d’âne pour les élèves qui n’apprennent pas leur leçon, je suis sur que nos élites du ministère trouveront d’autres idées toutes aussi comiques. L’incivilité existe, tout le monde le reconnait, mais franchement un permis à point pour des enfants du primaire, est-ce vraiment la bonne idée ?. Qu’en pensent les parents d’élève de Vénissieux, rien, puisqu’on ne les voient jamais et il n’y a aucun compte rendu des réunions. Je ne sais pas si ce procédé est appliqué dans d’autres établissement de Vénissieux. Y en a un peu marre de ces enseignants qui pensent tout savoir car ils transmettent le savoir, les parents ont le droit de s’exprimer sur les punitions, ou sur les règles de l’établissement. Trouvez vous normal d’affliger des punitions écrites et collectives, il faudrait mieux opter pour une punition dans un cadre pédagogique, surtout que lorsque la punition écrite est terminée, l’enseignement la jette parfois à la poubelle sous les yeux de l’enfant. Quel mépris pour l’enfant et pour les parents.

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.