Punaises de lit : elles sont toujours là

Le fait de ne pas en parler, ne veux pas dire que le problème n’existe plus. Bien au contraire, car selon une enquête de l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) 72 000 consultations liées aux punaises de lit ont eu lieu en France l’an dernier, soit un taux d’incidence de 109 consultations pour 100 000 habitants.

Toutes les régions ne sont pas logées à la même enseigne, puisque la région Auvergne Rhône-Alpes (AURA) est la plus touchée par ce phénomène, le nombre de consultations est de près de 216 visites médicales pour 100 000 habitants, soit deux fois plus qu’en Ile de France (96 consultations). Selon l’enquête de l’Institut de Recherche, l’enquête a été réalisé suite à la collecte de données auprès des médecins généralistes

« collecte de données effectuée auprès de 214 médecins généralistes du réseau Sentinelles, permettent d’objectiver pour la première fois l’impact des punaises de lit sur la santé des Français. Parmi les motifs les plus fréquents de consultation, figurait la présence de lésions cutanées (98%), mais aussi la dégradation de l’état de santé psychologique. Ainsi, 39% des patients ayant consulté souffraient d’insomnie et 39% estimaient que l’infestation avait eu un retentissement sur leur vie professionnelle, familiale ou sociale. » (Inserm)

La Auvergne Rhône-Alpes arrive en tête, suivie par la région PACA (145 consultations) et Grand Est (129). À l’inverse, la région Pays-de-la-Loire n’a comptabilisé que 19 consultations en un an.

Toujours selon l’étude : « les moyens de lutte utilisés sont souvent considérés comme inefficaces par les patients », certaine dû à un protocole strict à suivre, sinon l’efficacité de l’intervention ne sera pas constatée.

la DGS (Direction Générale de la Santé) et la DGPR (Direction Générale de la Prévention des Risques) vont saisir l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) afin que celle -ci actualise les recommandations quant aux méthodes efficaces et durables de lutte contre les punaises de lit.

L’Etat a mis en place un numéro (0.806.706.806) et le site stop-punaises.gouv.fr, dédiés à la question des punaises de lit.

Du côté de la municipalité, il n’y a eu aucune communication officielle, alors que la commune a vu un grand nombre de cas chez les locataires des différents bailleurs de la commune. Certains prennent en charge la totalité des frais, d’autres demandent une participation financière. 

Il est temps que le mairie, et les services concernées tiennent compte de l’étude de l’INSERM, et de ne pas attendre le dernier moment.

Il faut aussi que les locataires dont le logement est infecté par ces bestioles informe au plus vite le bailleur et ses voisins, et ne pas tenter de régler le problème soi-même car seule une société spécialisé peut vous aider à trouver une solution, tout en suivant un protocole très strict.

Les conseils de l’INSERM

Il existe des gestes et des précautions simples pour limiter le risque de ramener des punaises de lit chez soi.

  •  En voyage
    • Lorsque vous séjournez dans un hôtel, une cabine de train ou de bateau, une maison d’hôtes… Inspectez la chambre : les placards et le lit (matelas, oreillers, sommiers…) pour détecter la présence éventuelle de punaises de lit
    • Déposez votre valise sur le porte valise après l’avoir inspecté et non sur le lit qui peut être infesté
    • Si vous détectez la présence de punaises, avertissez la réception et changez de chambre voire d’hôtel
    • Si vous avez détecté la présence de punaises de lit sur vous ou vos vêtements, mettez tous vos effets personnels (brosses à cheveux, trousses de maquillage, vêtements…) dans un sac plastique et fermez-le hermétiquement jusqu’à ce que vous les traitiez
      Au retour de tout voyage, prenez le temps d’inspecter vos vêtements et bagages et si vous soupçonnez la présence de punaises de lit, traitez votre valise et son contenu
  • Chez vous
    • Evitez d’accumuler des objets dans votre lieu de vie. Ainsi, vous diminuez le nombre d’endroits où les punaises peuvent se cacher
    • Si vous achetez des meubles d’occasion (sommier, fauteuils…) examinez-les et nettoyez-les minutieusement avant de les installer chez vous et, si possible, traitez-les à la vapeur chaude. Évitez d’acheter un matelas d’occasion
    • Si vous achetez des vêtements d’occasion, inspectez-les et transportez-les dans un sac fermé hermétiquement et lavez-les à au moins 60° C
    • Si vous emménagez dans un nouvel appartement, contrôlez les pièces (recoins, zones de papier décollé, etc.) avant d’y placer vos meubles
    • Vous pouvez équiper vos matelas, sommier et oreillers de housses étanches aux punaises de lit pour faire une barrière supplémentaire de protection contre les punaises.

Retrouver l’ensemble des conseils sur le site Ameli.fr

 

 

L'info c'est le partage !.

2 Commentaires

  1. Je ne vois pas le rapport avec mes soi disant amis de Nous, Vénissieux, et pour votre information personnelle, ce ne sont pas mes amis, et je discute avec toutes les personnalités politiques de la ville y compris ceux de la majorité actuelle. De plus, les punaises ne concernent pas uniquement les quartiers populaires, puisque de grands hôtels parisiens et new-yorkais ont été confronté à ce genre de bestioles
  2. Bonjour,

    Cela ne vous concerne pas, ni vos amis de nous venissieux qui habitent dans de belles maisons ou de beaux appartements.

    Elles concernent ceux qui habitent dans des vieux appartements comme les tours de minettes ou charréard / Monery…..

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.