Résidence E. Herriot : la barre d’immeuble ne sera pas détruite

Ben chat alors, voilà maintenant que la barre d’immeuble ne sera pas détruite et on apprend via l’article d’Expressions, que la ville et le bailleur réclame de l’argent afin de  demander d’inscrire les crédits dans les dossiers qui seront déposés au titre de la Convention de site pour 2018 – 2025. Un article fort intéressant dont le titre est Minguettes : la Ville et Alliade Habitat demandent la réhabilitation de la barre Édouard-Herriot 

Et là on en apprend des choses. Alors que les locataires ont appris cet été que leur barre d’immeuble était vouée à la démolition et à ce titre avaient décidé de montrer leur désapprobation lors du conseil municipal de juin 2017, Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux déclara en mars 2018 dans l’article du journal local Expressions que la démolition de cet barre d’immeuble ne figurait pas dans le projet, contrairement à ce que certains prétendent. 

Alors là, je n’y comprends plus rien, et les locataires se sont donc trompés, et ont fait du bruit pour rien – lol. Pourtant dans un article du même journal on pouvait lire :

La suppression de l’immeuble était une piste envisagée par l’architecte en charge de la rénovation urbaine des Minguettes, présentés dans le Grand Projet de Ville en 2015 (Expressions)

Donc la démolition était quand même inscrite dans le projet pour laisser la place à deux immeubles neufs et une nouvelle route reliant l’avenue Otchatz. 

Je me demande bien ce que serait devenue cette barre, si les locataires n’avaient pas pris les choses en main pour dénoncer le projet et que la mairie s’engage finalement à lancer une consultation via un cabinet spécialisé qui suite à une enquête a le constate que la plupart des locataires préfèrent rester dans leur quartier. 

Finalement la démolition, heu pardon la non démolition, heu, je sais plus, le pseudo projet de démolition, ahahah, est parti aux oubliettes, et maintenant la question de la rénovation de cette barre est remise à l’ordre du jour. La ville a donc fait des démarches auprès de la Métropole et de l’agence nationale pour le renouvellement urbain afin d’avoir des crédits au titre de la convention de site 2018-2025.

Faut reconnaître que tout ceci n’est pas très clair, et les habitants ont bien fait de manifester et montrer leur mécontentement et en partie avoir gain de cause, car reste aujourd’hui la bataille pour la rénovation, et si on avait pris le temps d’être à l’écoute des locataires, tout ceci ne serait pas arrivé et la barre aurait pu faire parti du programme de réhabilitation qui est aujourd’hui engagée sur les autres barres d’immeuble du même quartier.

 

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.