Rivalta se fâche et le fait savoir

Bernard Rivalta, conseiller communautaire et 38 ème vice-président de la Communauté Urbaine de Lyon a décider de mettre fin au conflit interne de la section locale PS de Vénissieux. Après Lotfi Benkhélifa, qui m’ a personnellement demandé pourquoi je lui en voulais tant, ce qui franchement n’est pas le cas, voici que Mr Rivalta a décidé de siffler la fin de la récré, comme on peut le lire sur le blog Expressions Vénissieux. D’après lui le trio Hamdiken-Kessi-Thévenon qui soutient la candidature du syndicaliste Marc Soubitez est un  “Un épiphénomèneIls se sont mis en dehors des règles du parti. Ils peuvent aller voir ailleurs s’ils le souhaitent.” Pour être plus clair cassez-vous. Mais ce n’est pas fini il nous donne un peu plus de précision sur la future élection municipale de 2014 et une possibilité d’union avec le PC “Ce qui nous rassemble est plus important que ce qui nous divise, c’est sur ce constat que la discussion doit s’engager. Nos deux partis ont une longue pratique de la négociation.” Cela veut tout dire, et à mon avis on est bien parti pour un rapprochement PS/PC, peut-être pas au premier tour, mais au second tout c’est certain. Mais Lotfi Benkhélifa nuance un peu en précisant “Les discussions avec nos partenaires communistes vont se mener au niveau fédéral et au niveau local. Il n’y a pas d’accord national. Nous recherchons l’union mais les deux scénarios sont encore possibles. Même s’il est évident que personne n’a intérêt à partir seul.” Mais Mr Rivalta pense surtout à sa réélection, d’ailleurs il compte figurer sur la liste socialiste – ou d’union de la gauche – à Vénissieux, en position éligible. Il fera même partie des élus fléchés, envoyés siéger à la communauté urbaine, qui deviendra bien vite métropole. Et il a même le soutien de notre cher maire de Lyon : « A la demande de Gérard Collomb, je participerai aux négociations entre le Grand Lyon et le conseil général [afin de créer la nouvelle collectivité] », confie-t-il. Il y a fort à parier qu’il se succède à lui-même à la tête du Sytral. Alors à 66 ans il espère redevenir conseiller communautaire, avoir un siège pour la futur métropole, et garder le fauteuil de président du Sytral. Et bien à l’heure ou l’on parle de cumuls des mandats, lui, a bien l’intention de tout garder. Bon, faudrait quand même qu’il songe à partir à la retraite et laisser sa place. Comme tous ces politiques qui une fois que leur siège est acquis, ne veulent plus le quitter, ils me font rappeler tous ces présidents africain et du Maghreb qui espère garder le pouvoir jusqu’à la fin de leur vie.  Alors que vont décider les trois élus PS dissidents ? A ce jour aucun d’entre eux n’a démissionné du PS, ce qui est à mon avis contradictoire. Pour les responsables locaux PS, la position est claire, si vous ne soutenez pas le programme et les décisions, ils ne vous restent qu’une seule solution, la porte est grande ouverte. Malgré le coup de sifflet de Rivalta, petite guerre n’est pas terminée. Et pour terminer, j’aimerai bien savoir combien de fois Mr Rivalta est allé à la rencontre des vénissians, ou dans les pseudos conseils de quartier. Sait-il vraiment ce que les vénissians pensent du PS et du PC, j’en doute. Pour ma part je ne l’ai jamais aperçu dans les marchés. Alors Mr Rivalta, avant de proposer votre candidature, venez discuter avec les vénissians, cela vous changera de vos bureaux.

L'info c'est le partage !.

6 Commentaires

  1. Je pense que « petit homme » doit habiter sur Villeurbanne !!!! Si je me souviens bien, il est « parti » (ou viré) de Villeurbanne pour Vénissieux.
    Je me souviens très bien de l’arrivé de M. Rivalta sur Vénissieux et je suis d’accord avec vous quand vous dites que c’est un magouilleur, pour preuve les malversations au sein du Sytral.
    Il a été condamné
    voici une analyse de lyoncapital daté de 2008:
    « Analyse : Le dernier des staliniens semble bien accroché à sa mairie. Pourtant, quand on compare les résultats d’André Gerin à ceux obtenus par sa voisine de Vaulx-en-Velin, on peut légitiment s’interroger… Mais le PS n’ira pas lui chercher des noises. Son seul objectif est de faire élire Bernard Rivalta quelque part, puisqu’il a été banni de Villeurbanne. Face aux deux crocodiles, Gerin et Rivalta, la droite qui dispose pour une fois d’un candidat sérieux, le quadra villiériste Christophe Girard, se met à rêver, même si les derniers résultats électoraux ne plaident pas du tout en sa faveur. »
    Il faut arrêter de voter pour ces gens la
  2. Merci pour tous ces commentaires, effectivement je pense que Rivalta n’a rien fait sur Vénissieux et n’a rien à y faire. Quant aux socialistes locaux, quelle image lamentable ils donnent.de leur section
  3. Nous,on a expulsé ce petit homme magouilleur; si il est chez vous c’est que le PS de Venissieux est une poubelle !
  4. Bonjour
    Pourquoi M. Rivaltat veut il s’allier au PCF.
    Un petit rappel et oui encore…. 🙂
    Pour briguer la présidence du Sytral: il faut être au Sytral (lapalissade!!)
    Pour siéger au Sytral: il faut être élu à la communauté urbain de Lyon
    Pour être élu à la communauté urbain de Lyon: il faut être au moins conseillé municipal et être de la majorité.
    En finalité, la gouvernance de Vénissieux ne l’intéresse pas il lui faut simplement un siège de conseillé et d’être élu par le conseil municipal.
    Voila pourquoi une alliance avec le PCF lui convient très bien, c’est purement une affaire personnelle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.