Absentéisme municipal : Girard Vs Gautin

Ce sujet a été débattu lors du dernier conseil municipal du 26 juin 2017, et selon M Girard, conseiller municipal et Métropolitain, opposition de droite, ce coût représente pour la municipalité un montant de 3,9 millions d’euros. Mais ce chiffre correspond au calcul effectué par la Chambre Régionale des Comptes dans son rapport de 2013.

A cette date, le taux était, selon la Chambre Régionale des Comptes, près du double de la moyenne nationale pour les collectivités. Et selon l’élu de droite :

La chambre régionale avait tout de même dénombré un total de quelques 52.127 jours de travail ainsi chômés, soit un coût pour la collectivité de 3,9 millions d’euros […]En effet tout le monde peut imaginer la perte d’énergie que sous-tend l’écœurement des agents qui, sans aller jusqu’à être en arrêt maladie, font leur travail quotidiennement avec la boule au ventre.

Mais connait-on pour l’année 2016 le coût de l’absentéisme à Vénissieux et lors de son intervention du 26 juin 2017, M. Girard précise que 

Depuis la mise en lumière de cette déficience majeure de votre gouvernance de la ville par la Chambre Régionale des Comptes, l’évolution de ce point crucial pour l’efficacité municipal n’a jamais fait l’objet d’une communication transparente envers le Conseil Municipal. Où en est-on aujourd’hui ? Pouvez-vous nous informer sur le taux d’absentéisme en 2016 ?

Qu’à cela ne tienne, Jean Claude Gautin, adjoint aux ressources humaines, a donné une réponse à M. Girard, qui a été publiée dans La lettre des élus communistes et apparentés de Vénissieux n°42 du 24 juillet 2017 et selon l’élu communiste, il n’y a rien d’extraordinaire et que M Girard s’enferme dans un raisonnement ultra libérale.

Ces chiffres n’ont rien d’extraordinaire pour une Ville comme Vénissieux, ils sont même plutôt corrects : 24 jours par salarié pour les maladies ordinaires, contre 36 Jours à la Ville de Lyon. Les principaux facteurs de ces arrêts sont la pénibilité de certains métiers (ATSEM, Adjoint Technique), l’allongement de la carrière et le recul du départ à la retraite. Mais cela, M. Girard, enfermé dans un schéma de pensée ultra libéral, refuse à l’entendre.*

Bon, il est clair que ces deux élus ne sont pas partis en vacances ensemble. En tout cas cela ne nous dit pas quel a été le coût de l’absentéisme pour l’année 2016. Peut-être que l’adjoint communiste pourra nous donner de plus amples informations chiffrées.

 

L'info c'est le partage !.

2 Commentaires

  1. « Le problème est là justement: plus personne ne veut bosser. Physiquement s’entend, et là je rejoins les propos du président, dans son interview qu’il a donné au Point, qui considère que l’université n’est pas forcément pour tout le monde le chemin à suivre pour faire sa vie et celle des siens. Interview par ailleurs, que je vais lire ce soir car j’ai de la lecture en retard. Le système est ainsi fait, il a rendu les gens rassasiés et repus de tout. Des tâches physiques surtout, et non des richesses inaccessibles ou du peu qu’ils auront d’en jouir, à la manière par exemple, d’un gargantua désargenté mais heureux de sa bonhomie. Mes avis que l’absentéisme va être considérablement surveillé dans les mois à venir et qu’il sera sévèrement réprimé, au grand désespoir d’une source tarie désormais, celle qui fût si abondante et si généreuse et qui pourvoyait à ses besoins.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.