Agression des profs : le soutien du maire, une semaine après les faits

Le 15 janvier 2021, cinq professeurs du collège Paul Eluard qui sortaient de l’établissement pour rejoindre l’arrêt du tram T4, ont été pris à parti par un groupe de jeunes.

Plusieurs articles sont parus dans la presse locale. Une semaine après les faits, c’est au tour du parti communiste de publier un communiqué, bien évidemment transmis aux différents sites d’information, sauf le nôtre. Le journal Expressions a aussitôt fait un article sur cette affaire tout en reprenant le communiqué, envoyé par le secrétaire du parti communiste vénissian, M. Serge Truscello. Il faut aussi préciser que le communiqué a été publié sur le site Le Vénissian, et l’auteur est PAM qui semble être un adjoint à la ville de Vénissieux.

Mme Picard, maire de Vénissieux, a réagi le 23 janvier pour condamner ces actes de violences. Pourquoi avoir attendu une semaine pour publier un communiqué et bien notre la première magistrate de la ville, a trouvé la parade, expliquant qu’il ne faut pas aller trop vite :

« La parole d’un maire est attendue par toutes et tous, parfois très vite, parfois trop vite, car c’est compter sans la discrétion nécessaire à l’exercice de mon mandat. »

Non, madame le maire, dans ce genre d’affaire, il ne s’agit pas de faire de la précipitations ou compter sur la discrétion, les faits sont trop graves pour ne pas les dénoncer rapidement et d’apporter dès les évènements connus, son soutien aux personnels enseignants. 

Dans son communiqué, l’élue communiste nous parle de la tension et la crise que le pays traverse, tout en précisant qu’elle a écrit plusieurs fois à tous les acteurs institutionnels. Heu, quel rapport, entre des faits violents, des insultes, un caillassage de tramway et la crise actuelle.

« D’autant qu’à l’extérieur, la tension monte et la crise que nous traversons ne va rien apaiser, bien au contraire. Je l’ai dit et écrit plusieurs fois à tous mes interlocuteurs institutionnels, les conséquences de ces derniers mois sont multiples. Certaines sont déjà criantes de réalité sur tout le territoire national, au plan social comme économique. Mais il est urgent de regarder la face cachée de l’iceberg : les conséquences psychologiques sont et seront dramatiques pour beaucoup de nos concitoyens, en particulier pour les plus fragilisés. »

Avec son adjointe à l’éducation, les élus municipaux et métropolitains membres du conseil d’administration du collège, recevront très prochainement une délégation afin d’aborder tous les sujets sans tabous. Ah bon, car auparavant il y avait des sujets tabous ?

Lors de sa campagne, l’élue communiste, a décidé de ne pas augmenter le nombre de policiers municipaux, alors que la principale du collège lance un appel aux forces de l’ordre pour que des patrouilles de police quadrillent le quartier régulièrement. Peut-être que face à l’augmentation du nombre des faits violents, de l’incivilité quotidienne, l’élue communiste changera son fusil d’épaule, et envisagera une augmentation du nombre de policiers municipaux, et que les communistes ne viennent pas nous rabâcher que la sécurité est du domaine régalien.

Ce qui est tout aussi incroyable, c’est le silence de M. Jean-Maurice Gautin 18e adjoint ( PCF), chargé de la sécurité. Depuis sa prise de poste, il ne s’est pas encore exprimé, laissant à Mme le maire de répondre aux problèmes liés à la sécurité, on se demande bien pourquoi, elle n’a pas gardé cette délégation, comme lors du précédent mandat

Tout aussi étonnant, le silence du député de la 14ème circonscription, qui depuis sa défaire aux élections municipales et métropolitaines est aux abonnés absents. 

 

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.