Assemblée Générale : Jean Moulin et Charles Perrault


Les assemblées générales de quartier continuent encore cette semaine avec les quartiers de la pyramide et Monmousseau Herriot Cagne les 14 et 15 novembre 2017, à l’école Jean Moulin et au groupe scolaire Charles Perrault.

Ensuite ouf, on arrivera bientôt à terme de ces assemblées générales, où pratiquement les mêmes sujets ont été évoqués, stationnement, sécurité, incivilités, propreté, etc etc.

Mais l’assemblée générale de Charles Perrault sera une étape importante puisque il sera certainement question de la fameuse barre qui n’a pas été prise en compte dans la réhabilitation des quatre immeubles de la place rouge où plus 10 millions seront investis pour rénover les appartements, ce qui représente un coût de 50 000 par logements. Malheureusement le cinquième bâtiment a été oublié puisque dans le projet de l’urbaniste Humbert David, il était prévu tout simplement de le démolir. 

Car pour les allées du 1 au 11 rue Edouard Herriot, les 60 locataires ont appris cet été qu’il y avait bien un projet de démolition. Le lundi 26 juin 2017, quelques habitants des allées 1-11, du quartier Edouard Herriot se sont présentés au conseil municipal pour exprimer leur colère et Mme le maire leur a indiqué qu’ils seront reçus par M. Boumertit et M Millet, tous deux adjoints de la majorité municipale. Une première réunion a eu lieu le 07 juillet 2017, et adjoints et responsables ont essayé de rassurer les locataires.

A l’issue de cette réunion, l’adjoint au logement n’a pas trop perdu de temps pour écrire un long article sur cette rencontre et sur la politique de rénovation urbaine. Alors qu’en a t-il déduit notre élu. 

  • qu’aucune décision n’avait été validé par la ville pour les démolitions de la rénovation urbaine, et notamment aucune pour la barre 1-11 Edouard-Herriot
  • que le projet de l’urbaniste était un projet global pour l’ensemble des quartiers des Minguettes
  • que la concertation se poursuivrait dans les 6 mois à venir et que l’avis des habitants seraient un critère de décision essentiel pour la ville. (Lire l’intégralité de son article sur son site internet → Une rénovation urbaine pour la ville et pour ses habitants)

Donc, on n’en sait pas plus.

Deux autres réunions ont eu lieu à la mi-octobre où l’urbaniste a présenté et expliqué deux options, l’une avec démolition et l’autre sans, tout en précisant qu’il avait une préférence pour la démolition de cette barre de 60 logements.

Alors démolition ou pas, c’est la question que se pose les locataires qui se sentent bien abandonné. Mais alors que dit M. Boumertit, adjoint au GPV (Grand Projet de Ville) et à l’insertion. Selon l’article du Progrès en date du 14 novembre 2017

La décision finale appartient au bailleur et aux élus, et devraient se positionner dans ce dossier d’ici la fin de l’année. 

Mais il tient à préciser que la Métropole de Lyon et Alliade, ont leurs mots à dire sur ce dossier. Wouep, une façon de nous dire que la ville n’est pas la seule responsable de la décision à venir, tout en précisant :

Personnellement je suis pour la rénovation urbaine mais il peut y avoir des limites. On ne peut pas pousser les gens vers la sortie.

Heu, ben si, les gens seront poussés vers la sortie, si la décision de démolir cette barre sera actée. De plus, il était parfaitement informé en tant qu’adjoint du Grand Projet de Ville, que la démolition était prévue dans le projet initial, donc pourquoi n’a t-il pas pris les devants pour informer les locataires de ce projet, et pourquoi n’a t-il organiser des réunions d’information ?

L'info c'est le partage !.

Laisser un commentaire