Les communistes et l’insécurité: « c’est la faute au gouvernement… »

Certains vénissians font le constat que l’insécurité est grandissante sur la commune, au contraire de certains élus-es qui pensent que tout est fait pour que les habitants se sentent plus en sécurité.

La ville de Vénissieux, publie tous les trimestres les chiffres de la police municipale, et notre maire se contente de dire que la sécurité est du domaine régalien d’où peut-être son refus d’augmenter le nombre de policiers municipaux. Par contre, lorsque les habitants doivent subir certaines incivilités, on se demande où est le maire, ainsi que son adjoint à la sécurité ?

Un adjoint à la sécurité totalement silencieux depuis sa prise de fonction, aucun communiqué, aucune publication, aucun commentaire ni tweet, ni post FaceBook, à se demander s’il existe vraiment ?

Et parfois on se demande vraiment qui est le maire de cette ville, puisque cette fois-ci, c’est l’adjoint au logement qui réside sur le plateau qui a décidé de relayer sur son site internet le tract du parti communiste vénissian et ceci suite à l’incendie de plusieurs véhicules sur un des quartiers du plateau.

M. Millet, qui aborde décidément tous les sujets de la ville, a donc pris sa plume, pour dire qu’il était aux premières loges vendredi dernier lorsque de son balcon, il a vu des pompiers en intervention se faire caillasser par un groupe de personnes. On a comme l’impression que l’élu communiste découvre un fait qui existe depuis quelques temps sur une grande partie du territoire national.

Mais les communistes qui sont aux manettes de la ville n’apportent pas de solutions, mais posent la question suivante « Voitures brulées, caillassage des pompiers, violences urbaines, Que Faire ? » Et je vous donne dans le mille, c’est encore la faute à Macron, qui selon le tract du PCF local « le gouvernement laisse faire le trafic international, le blanchiment bancaire et les intérêts géopolitiques et économiques qui vont avec. »

La seule solution proposée par les communistes locaux, c’est d’organiser « un front populaire contre les violences »

Décidément, le discours des communistes vénissians est tout aussi anachronique que leur site internet

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.