Indemnité des salariés de Bosch : la CGT pas contente 3 commentaires


Bon, fallait bien que la CGT donne son avis sur les indemnités que les 128 ex-salariés de l’entreprise devraient recevoir. Indemnité de licenciement supra-légales à hauteur de 80.000 euros par personne. Mais bien entendu cela ne permettra pas de sauver l’entreprise qui en 10 ans a perdu 800 emplois.

Selon l’article de LyonCapitale qui cite des informations du journal Le Progrès :

Après des discussions avec le personnel, l’équipementier s’engagerait donc à verser 10.2 millions d’euros à ses anciens salariés. Un geste jugé « exemplaire » par le représentant de la CFDT Marc Soubitez, qui saluait dans les colonnes du même journal « un protocole d’accord unique en France et en Europe ».

Effectivement la CFDT avait publié un communiqué se félicitant de cet accord : 

Les anciens salariés de BOSCH Vénissieux vont bénéficier d’un dispositif d’accompagnement social et financier exemplaire et unique !…

Mais le son de cloche est différent du côté de la CGT et trouve cet accord un peu amer, même si le syndicat reconnaît le montant considérable de ces indemnités supra-légales et pour le secrétaire générale de l’UL, « ça relève plus d’un coup de pub ».

Un coup de pub, et bien qu’il aille dire cela aux salariés qui ont réussi a avoir une indemnité largement au dessus, de la normale. Certes cela ne leur rendra pas leur emploi, et pour certains, en fonction de l’âge il sera difficile de se repositionner sur le marché du travail., bien que soient prévus des reclassements et la poursuite de l’activité industrielle du site au travers de la Société BoostHEAT.

Et le syndicat CGTiste, se tourne du côté des lycéens pour nous mettre larme à l’oeil, en précisant que :

Ce sont aussi les lycéens de la cité scolaire Seguin-Sembat qui vont faire les frais de cette énième fermeture d’usine. » Deux lycées qui « formaient de futurs salariés dans le cadre de partenariats avec Sillia VL

Ces lycéens qui se forment au sein de cet cité scolaire, dans le domaine de la métallurgie, n’allaient pas forcément travailler à côté, de plus, l’ex entreprise Bosh, n’est pas la seule dans le domaine métallurgique, donc une fois leur diplôme acquis, les lycéens devront s’orienter dans d’autres entreprises, voire d’autres régions de France. La mobilité est une chose que l’on doit accepter surtout lorsque l’on est jeune et que l’on ne s’est pas encore tout à fait établi. 

Bizarre, Michèle Picard, maire communiste de Vénissieux, ne s’est pas encore exprimé à ce sujet, ni d’ailleurs son adjoint à l’emploi et aux commerces, M. Benmabrouk. 

Lire l’intégralité de l’article de LyonCapitale → Bosch va verser des indemnités records à ses ex-salariés de Vénissieux

L'info c'est le partage !.


Laisser un commentaire

3 commentaires sur “Indemnité des salariés de Bosch : la CGT pas contente

  • Rachid Zani
    Merci de quoi Pierre, d’avoir donner des subsides avec un argent public, fait d’Yves votre mentor, un homme bon et généreux que la nature a pourvu d’un grand cœur? Qui ne le ferait pas avec un argent public dans le cadre de la réserve parlementaire allouée aux députés, sans souffrir d’en donner du sien?

    C’est facile de crâner avec l’argent des autres, c’est plus difficile par contre de donner de soi et de ses biens qui contribueront au bonheur de l’autre.

    Bien sûr qu’une indemnité est nécessaire et pour rejoindre Mme Leo, comment peut-on s’en réjouir?

  • Jocelyne de Leo
    Si le montant des indemnités est une bonne chose pour les salariés qui perdent leur emploi comment peut on s en féliciter? Le représentant CGT a raison, les emplois disparaissent et donc les potentielles débouchés pour nos jeunes de Vénissieux et d’ailleurs aussi. Bosch et Renault avaient des partenariats avec le lycée pro Marc Seguin. Une classe vient de fermer, combien vont suivre avec ces fermetures de sites? A côté de ça Bosch va augmenter sa forte rentabilité. Misère pour les uns et soleil doré pour les autres. Bosch achete le silence et contient la revolte à coup de milliers d’euros. Là ils en ont de l argent pour fermer des sites mais beaucoup moins quand il s agit d investir dans l appareil productif et donc dans l ’emploi local. Honteux et dire que ce Soubitez ne parle que d argent. Misère…. La population devrait se révolter devant le vol de notre avenir industriel.
  • Pierre
    Il faut remercier le député monsieur Blein pour son aide. Grâce à lui ils auront des indemnités. Merci merci merci