Informatique : le Sitiv

En visitant le site d’un des adjoints à la ville, je me suis dit, tiens, je vais encore parler du SITIV (Syndicat Intercommunal des Technologies de l’Information pour les Villes), et là comme par hasard, l’opposant PS Lotfi Benkhélifa a posté un message sur sa page Facebook et ce mardi 26 janvier 2016, Le Progres publie un article dont le titre est « Informatique : le Sitiv menacé de « Bug final« . Le titre, je le reconnais est bien trouvé.

M. Benkhélifa écrit 

Rappelons que ce syndicat coûte extrêmement cher aux contribuables Vénissians…..Un outil électoraliste??

et reprend même l’article du Progrès.

Va-t-on vers la dissolution du Syndicat intercommunal des technologies de l’information pour les villes (Sitiv), créé il y a plus de quarante ans, à l’initiative de la municipalité communiste de Vénissieux ?… (Source Le Progrès)

M. Millet (PCF), adjoint à la ville de Vénissieux, et vice-président du SITIV, a aussi publié un article sur son site afin de donner sa version des faits et donne des précision sur le budget, les dépenses de fonctionnement etc etc etc. Et à l’occasion des voeux, Mme Gicquel (ex-PS) adjointe et Présidente du Sitiv, a tenu à rassurer les employés pour leur annoncer qu’il n’y aura pas de dissolution.

Mais pourquoi rassurer les 34 agents de ce syndicat constitué de chef de projet, d’ingénieurs, de techniciens, et du personnels administratifs et qui sous l’initiative de la ville de Vénissieux, assurent l’informatique pour les huit villes qui sont :

  • Vénissieux (PCF)
  • Vaulx-en-Velin (PS)
  • Givors (PCF)
  • Corbas (PS)

et les villes de droite :

  • Grigny
  • Pierre-Bénite,
  • Saint-Chamond
  • Rive-de-Gier.

Comme vous le constatez, 4 villes de gauche et 4 villes de droite. Deux membres des villes de Saint-Chamond et Rive de Gier, dirigé par des maires de droite ont demandé au Préfet la dissolution du Syndicat en se justifiant par

qu’au regard de la qualité et du coût du service rendu aux huit collectivités locales, par le Sitiv en matière informatique, le compte n’y est pas.

Et çà, cela ne plait pas à M. Millet qui a écrit sur son blog

Des articles de presse ont mis en cause le SITIV autour de rumeurs erronées sur un syndicat intercommunal « obsolète » et « trop couteux…Et de dénoncer pêle-mêle : « Dysfonctionnements, obsolescence, gabegie…

Définition du Larousse des mots :
Gabégie : Gestion financière défectueuse ou malhonnête ; gaspillage
Obsolescence : Fait d’être périmé. Dépréciation d’un matériel ou d’un équipement avant son usure matérielle.

Bon, moi je ne mets pas en question les compétences du personnel de ce syndicat mais il faudrait que l’on m’explique pourquoi, et je prends comme exemple la médiathèque Lucie Aubrac, les ordinateurs « rament » assez souvent :

  • problème réseau ?
  • connexion ?
  • matériel ? Si un des ingénieurs ou techniciens, pouvaient m’apporter une réponse, ce serait bien !!!

Mais ce n’est pas tout, puisqu’une bataille de chiffres s’engage entre les maires de Rive-de-Gier, de Saint-Chamond et ceux publiés par M. Millet qui précise que 

Les chiffres utilisés dans la délibération de Rive de gier (36,3€) ou St-Chamond (24,9€) ne reposent sur aucune donnée connue du SITIV.

Selon M. Millet qui publie un tableau sur son site, pour Rive-de-Gier, le coût total par habitant s’élève à 12.88 euros et pour Saint-Chamond 11.10 euros par habitant. 

Qui a tord, qui a raison !!! That’s the question ?

Au delà, de tout çà, le préfet devra bien rendre une décision, et celui-ci devra trancher avant l’été pour prendre en compte la demande de dissolution formuler par M. Hervé Raynaud maire de Saint-Chamond et Jean Claude Charvin maire de Rive-de-Gier

En tout cas, le vice-président qui est aussi adjoint communiste de Vénissieux, n’apprécie pas les critiques faites au Sitiv et demande

à tous les élus de respecter les personnels et leur compétence, et de prendre le temps de s’informer de manière contradictoire avant de porter des jugements sur la qualité des missions assurées par ces agents.

Il faut savoir aussi que le Sitiv s’installera au printemps 2017 dans l’immeuble Le Miroir actuellement en chantier et que l’installation dans ces nouveaux locaux a fait l’objet de critique de la part de l’opposition de Vénissieux et de quelques élus des autres villes.

Les anciens locaux du Sitiv qui sont situés sur le terrain passage de l’Avenir ont été vendu au promoteur immobilier Bouygues. Concernant le montage financier, l’article du Progrès en date du 31 août 2015 précise que :

Le montage financier inclut la vente du Sitiv, passage de l’Avenir a Bouygues Immobilier pour 1 millions d’euros, ainsi que le remboursement du Fond de Compensation pour la TCV (FCTVA) à hauteur de 405 000 euros. Au final le coût net TTC pour le Sitiv s’élève à 1,2 million d’euros qui sera financé par un emprunt (Source Le Progrès)

Le SITIV est administré par des élus : 16 délégués titulaires et 16 délégués suppléants. Le Comité syndical dispose d’une gouvernance collégiale, le président et quatre vice-présidents. Plusieurs villes sont adhérentes : Corbas, Saint-Chamond, Givors, Grigny, Pierre-Bénite, Rive de Gier, Vaulx-en-Velin et Vénissieux. Chaque commune contribue au financement de cette structure. Mme Gicquel (ex-PS), adjointe à Vénissieux, est depuis avril 2015 la Présidente du Conseil d’Administration. M. Pierre-Alain Millet, vice-président du SITIV, ancien président jusqu’en 2015

Budget de fonctionnement du Sitiv :  2.8 millions d’euros

Membre du Sitit : Vénissieux (PCF), Vaulx-en-Velin (PS), Givors (PCF), Corbas (PS), et les villes DVD : Grigny, Pierre-Bénite, Saint-Chamond, Rive-de-Gier.

Contribution totale des différentes villes [1]

  • Vénissieux (PCF) : 802 893 €
  • Vaulx-en-Velin (PS) : 515 289 €
  • Givors (PCF) : 240 701 €
  • Corbas (PS) : 343 334 €
  • Grigny : 126 899 €
  • Pierre-Bénite : 185 063 €
  • Saint-Chamond : 402 491 €
  • Rive-de-Gier : 192 358 €

Source → pierrealainmillet.fr

L'info c'est le partage !.

1 Commentaire

  1. ce qui est drôle c’est que si les 2 villes de la loire sortaient du sitiv, celui ci cerait automatiquement dissous et intégré au grand lyon.

    On pourrait penser que le président du grand lyon ait une opinion sur la question ?.

    « Art. L. 3641-8. – La métropole de Lyon est substituée de plein droit, pour les compétences prévues aux articles L. 3641-1 et L. 3641-2, au syndicat de communes ou au syndicat mixte dont le périmètre est identique au sien ou totalement inclus dans le sien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.