Les candidats au débat de France3 Lyon

A l’occasion du débat organisé par France3, quatre tête de liste ont répondu présent pour y participer, Michèle Picard (PCF), Yves Blein (Nous, Vénissieux), Christophe Girard (Divers Droite), Damien Monchau (RN), et Yann Roustan (EELV) qui représentait Mme Perrier, tête de liste pour les écologistes.

Avant de rentrer dans le vif du débat, le journaliste a donné quelques chiffres, dont certains nous montrent dans quel état est la ville de Vénissieux : 

  • 65 984 habitants (selon les chiffres de l’Insee 2017)
  • 44.4% des habitants de la commune ont moins de 30 ans alors que la moyenne en France est de 35.4 %
  • Le taux de chômage est de 24.6%, alors que la moyenne nationale est de 9.7% ((selon les chiffres de l’Insee 2016)
  • Le taux de pauvreté est de 31%, largement supérieure à la moyenne nationale qui est de 14;7%
  • Le revenu moyen à Vénissieux est de 15 725 € qui reste assez faible à la moyenne, qui est de 21 713 €

Certains de ces chiffres sont assez inquiétants et montrent bien dans quel état est la commune, et qui peut expliquer les problématiques que la ville connait.

La première question a été posée à Mme Picard, à qui on demandait si le marxisme est pertinent, comme tout politique Mme Picard, n’a pas vraiment répondu à la question posée, mais à parler plutôt d’une gauche rassemblée. C’est vrai que si Karl Marx voyait un peu ce qu’il se passe à Vénissieux, il sortirait de sa tombe pour tirer les oreilles aux communistes.

Plus sérieusement, le débat s’est déroulé dans une certaine sérénité, même si messieurs Monchau (RN) et M. Girard (Divers droite) se sont querellés sur un courrier que M Girard a envoyé aux colistiers FN des municipales 2015 et d’une éventuelle alliance au second tour des élections, à condition que les deux candidats s’ignorent cordialement au premier tour.

La plus grande partie du débat a été axé sur le thème de la sécurité, qui reste un sujet fondamental pour les vénissians, et chaque candidat à sa recette et sa baguette magique, pour améliorer la sécurité des vénissians. Il y a un point où tout le monde est tombé d’accord c’est bien celui des problèmes de sécurité, y compris le trafic de stupéfiants. 

Poor remédier à cette problématique, M. Blein veut doubler le nombre de policier municipaux, tandis que messieurs Girard et Monchau, parle de les tripler tout en leur accordant le droit de porter une arme, tandis que Mme Picard, veut augmenter le nombre d’agent de surveillance de la voie publique (ASVP), dont les fonctions sont de :

  • exerçer des missions de police sur la voie publique. Il possède des compétences de police judiciaire en matière de surveillance et de prévention des règles relatives à la sécurité et la salubrité publiques.
  • assurer pour l’essentiel des missions de constatation et de verbalisation d’infractions au code de la route, au code des transports, au code de l’environnement ou encore au code des assurances

On se demande pourquoi elle ne l’a pas fait pendant sa mandature.

Pour ce qui du représentant EELV, leur but étant dans un premier temps de faire un diagnostic. Heu, je ne sais pas où était les écologistes, mais le diagnostic, n’est plus à faire, et pour les vénissians il y a urgence. 

La sécurité, problème évident sur Vénissieux, et Mme Picard, s’est contenté de nous donner des chiffres que l’on a déjà lu dans la presse locale tandis que M Blein, qui pense que « la municipale est très en dessous au niveau de ce qu’elle devrait être », a dénonçé le manque de caméras de surveillance, 116 à Vénissieux, 300 à Saint-Priest, ville de 45 000 habitants et qui selon lui, à le plus faible taux de criminalité de délinquance sur les jeunes.

D’autres thèmes ont été abordés, je vous invite à regarder le débat et faire votre propre opinion.

 

L'info c'est le partage !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.